le Dimanche 24 septembre 2023
le Jeudi 2 avril 2015 8:15 Société

Et de douze pour Le Nombril

Le nouveau numéro de la revue Le Nombril sera disponible dès le 9 avril. Photo : fournie.
Le nouveau numéro de la revue Le Nombril sera disponible dès le 9 avril. Photo : fournie.

Pierre-Luc Lafrance

Le 12e numéro du Nombril paraîtra le 9 avril. Le lancement de la dernière édition de la revue yukonnaise en périnatalité et en petite enfance pour les parents francophones en milieu minoritaire aura lieu le jeudi 9 avril à la salle communautaire du Centre de la francophonie dans le cadre d’un repas-répit. Toutefois, la coordonnatrice du projet, Stéphanie Moreau, précise que l’événement sera ouvert à tous et pas seulement aux parents qui participent au programme Mamans, papas et bébés en santé.

Le nouveau numéro de la revue Le Nombril sera disponible dès le 9 avril. Photo : fournie.

Le nouveau numéro de la revue Le Nombril sera disponible dès le 9 avril. Photo : fournie.

Éditée par l’organisme Les EssentiElles depuis 2004, cette revue s’adresse aux familles, à ceux qui veulent en avoir une ou même à ceux qui s’intéressent aux questions liées à la périnatalité. Dans ce numéro, le thème sera « Parentalité, équilibre et bien-être ». Dans les 28 pages, il y a beaucoup de témoignages et d’expériences partagées écrits par et pour des francophones en milieu minoritaire », explique Mme Moreau. « Les gens ont partagé leur recette pour trouver l’équilibre sous différentes formes : mettre ses limites, communiquer. Les défis sont de maintenir un équilibre entre le travail, le rôle de parent, la vie de couple et sa place en tant qu’individu. Certains peuvent vivre un débalancement dans l’aventure de la parentalité. Ce n’est pas vécu par tous de la même façon. Il y a aussi plusieurs questions à se poser : est-ce qu’on retourne au travail, est-ce qu’on s’arrête après un, deux ou trois enfants? »

Pour Mme Moreau, il s’agissait d’une première expérience à titre de coordonnatrice du projet et elle a adoré cette aventure. « Je suis vraiment contente de la réponse. Le Nombril est de plus en plus connu, même chez les gens qui n’ont pas d’enfant, et les gens ont été très réceptifs à participer. J’ai adoré mon expérience et j’ai hâte de présenter ce numéro. C’est un vrai projet communautaire. Les gens ont participé et ont voulu partager leurs expériences. Le résultat est magnifique. Des organismes comme l’AFY et la Commission scolaire ont aussi contribué à la réalisation de ce projet avec l’achat de publicité. »

La communauté yukonnaise est très bien représentée dans ce numéro. Au-delà des témoignages qui permettent de transmettre de l’information par le vécu des parents, on trouve aussi plusieurs photos de Franco-Yukonnais avec leurs enfants. Toutefois, la revue voyage au-delà du territoire. On en trouve un peu partout au Canada, principalement dans les endroits où il y a des ressources périnatales. Et bien que ce soit surtout pensé en fonction des familles francophones en milieu minoritaire, on en trouve aussi des exemplaires au Québec.

Ceux qui ne peuvent être au lancement peuvent s’en procurer un exemplaire gratuitement au Centre de la francophonie après le lancement. Sinon, il est disponible sur le site des EssentiElles (tout comme les anciens numéros) : http://lesessentielles.ca/revue-le-nombril.php