le Mercredi 4 octobre 2023
le Mercredi 1 avril 2015 11:55 Sports - Loisirs

Course Percy DeWolfe

Pour se rendre jusqu'à Fortymile, les coureurs devaient mener leur équipage sur le Fleuve Yukon. Photo : Christopher Scott.
Pour se rendre jusqu'à Fortymile, les coureurs devaient mener leur équipage sur le Fleuve Yukon. Photo : Christopher Scott.

Christopher Scott

Les amateurs de course de chiens ont eu droit à la dernière compétition de la saison lors de la tenue, la semaine passée, de la Course commémorative Percy DeWolfe reliant la municipalité de Dawson à celle d’Eagle, en Alaska. Pour une trente-huitième année consécutive, l’événement qui consiste en un aller-retour de 338 kilomètres honore ainsi la mémoire de Percy, célèbre facteur qui a assuré la livraison du courrier entre ces deux communautés durant quatre décennies au cours de la première moitié du vingtième siècle. La course se déroule presque entièrement sur le fleuve Yukon, sur un terrain peu accidenté.

Première à partir, Alexandra Rochat a reçu l'honneur de se faire confié le courrier cérémoniel par un agent de la GRC. Photo : Christopher Scott.

Première à partir, Alexandra Rochat a reçu l’honneur de se faire confié le courrier cérémoniel par un agent de la GRC. Photo : Christopher Scott.

L’événement est très prisé par les Dawsoniens qui sont sortis en grand nombre par un temps doux pour saluer le départ, le matin du jeudi 26 mars. Des enfants de la garderie arboraient notamment des pancartes où l’on lisait « Go dogs, go! » Le chef du bureau de poste et un officier de la GRC, vêtus en costume d’époque, étaient également sur place pour confier un sac de courrier symbolique à la première musheuse à partir.

Le coup d’envoi s’est donné devant l’ancien bureau de poste, édifice en bois centenaire situé à l’angle de la rue King et de la 3e Avenue. Au moment de s’approcher de la ligne de départ, les équipages de neuf chiens se montraient fébriles en sautillant et jappant d’impatience. Les départs se sont effectués à deux minutes d’intervalle, à compter de 10 h 2. Les équipes ont avancé sur la rue King avant de dévaler la pente qui menait vers le fleuve Yukon. En raison d’un tournant accentué, plusieurs équipages ont chaviré au moment d’entrer sur le fleuve avant de se redresser, sans toutefois faire de blessés.

Crispin Studer avec ses chiens avant le départ, a remporté une quatrième victoire consécutive cette saison. Photo : Christopher Scott.

Crispin Studer avec ses chiens avant le départ, a remporté une quatrième victoire consécutive cette saison. Photo : Christopher Scott.

À la différence de la Yukon Quest, la Percy est une compétition beaucoup plus intime, et tous les coureurs de cette année étaient des résidents du Yukon ou de l’Alaska. En s’entretenant avec l’Aurore boréale quelques minutes avant son départ, le vétéran de la Quest Normand Casavant s’est d’ailleurs réjoui de la forte participation francophone à l’événement. En effet, en plus de Normand, il y avait au moins trois musheurs francophones sur les quatorze compétiteurs de la course, et c’est la Suissesse d’origine Alexandra Rochat, domiciliée à Whitehorse, dont le nom fut tiré au hasard, qui a reçu l’honneur de partir en premier en livrant le sac de courrier jusqu’à Eagle.

Au courant des journées de jeudi et vendredi, la température est remontée et d’après les témoignages a atteint près de vingt degrés pendant un moment au soleil. Heureusement, il y a eu relativement peu de débordements d’eau et peu d’embûches sur la piste. Suivant les règles, la course a comporté deux arrêts obligatoires, soit à Fortymile, du côté yukonnais de la frontière, et à Eagle, pour un total de huit heures.

Quelques instants après le départ, l'équipe de Nathaniel Hamlyn descend la rue King vers le fleuve du Yukon. Photo : Christopher Scott.

Quelques instants après le départ, l’équipe de Nathaniel Hamlyn descend la rue King vers le Fleuve Yukon. Photo : Christopher Scott.

Comme cela a été le cas lors des deux années précédentes, c’est le Suisse allemand d’origine Crispin Studer, résident de Carcross, qui a remporté l’événement en rentrant à Dawson à 14 h 50 le vendredi avec un temps de course de 20 h 21 min. Il a été suivi de près par Normand Casavant, qui a terminé 24 minutes plus tard, avec un temps de 20 h 45 min

L’exploit de M. Studer ne s’est pas réalisé sans défi puisqu’il a dû mettre un chien dans son traîneau en raison d’une blessure mineure. De plus, il a manqué de peu une avalanche qui s’est déversée sur le fleuve sur le chemin de l’aller en sortant de Fortymile.

« Il y avait d’énormes roches d’un mètre de diamètre », s’est-il rappelé en entrevue, un brin d’humour dans la voix. « J’ai entendu quelque chose tomber, et quand je suis venu voir [c’était] sur la piste. Alors, c’était un peu la plus grosse action. J’ai été obligé d’aller à travers les débris pour faire une nouvelle piste! »

En effet, malgré quelques incidents mémorables de cette veine, la course semble avoir été une occasion d’épanouissement et de satisfaction pour tous les participants.

Brian Whilmshurst de Dawson était de la partie. Photo : Christopher Scott.

Brian Whilmshurst de Dawson était de la partie. Photo : Christopher Scott.

L’événement s’est clôturé dans une ambiance festive samedi soir par un souper de gala dans la salle de bal de l’Institut du Klondike pour les arts et la culture, à Dawson. Les musheurs étaient accompagnés de leurs amis et familles, et les vétérinaires de la course ont félicité les participants pour avoir pris un soin exemplaire de leurs chiens malgré une chaleur qui aurait pu causer de la déshydratation. Lors de la remise des prix, Crispin Studer a reçu 3 000 $ pour avoir fini en première place. Normand Casavant a eu droit à 2 000 $ pour sa deuxième place. Alexandra Rochat, quant à elle, a gagné le prix spécial des vétérinaires, consistant en 0,6 once d’or, et pour lequel elle s’est dite « réellement touchée » en raison des soins qu’elle avait prodigués à ses chiens.

Pour se rendre jusqu'à Fortymile, les coureurs devaient mener leur équipage sur le Fleuve Yukon. Photo : Christopher Scott.

Pour se rendre jusqu’à Fortymile, les coureurs devaient mener leur équipage sur le Fleuve Yukon. Photo : Christopher Scott.