Accueil » Actualités » Une garderie francophone plus forte que jamais

Une garderie francophone plus forte que jamais

Laurie Trottier

L’année 2020-2021 de la Garderie du petit cheval blanc n’aura pas été de tout repos. Une gestion, marquée par la pandémie et par les changements importants dans les frais de garde, qui compte tout de même plusieurs projets sur la table, comme un surplus budgétaire pour le projet d’agrandissement et un possible rapprochement avec la Commission scolaire francophone du Yukon.

Photo : Marie Mounier

 

La Garderie du petit cheval blanc a tenu son assemblée générale annuelle (AGA) le 14 septembre dernier, en mode virtuel. Pour la présidente sortante du conseil d’administration (CA), Ketsia Houde-McLennan, l’équipe a « réussi à garder les enfants en sécurité et en santé » dans la dernière année, malgré les défis sanitaires occasionnés par la pandémie de COVID-19, en plus d’avoir mené à bien le réajustement des budgets en lien avec l’annonce de la réduction des frais de garde en avril dernier. Selon elle, le plus grand progrès du programme de garderie universelle yukonnais réside dans l’augmentation des subventions pour les salaires des éducatrices et des éducateurs, une reconnaissance nette de l’importance de leur travail et de leur compétence.

Lors de l’année financière 2020 – 2021, l’organisme en petite enfance a engrangé un surplus budgétaire de 106 523 $, qui sera, si accepté par le CA, affecté en majeure partie au fonds d’éventualité (urgence) de l’organisation et au fonds du projet d’agrandissement de la garderie, a expliqué la trésorière sortante Rima Khouri. Le projet d’agrandissement est envisagé depuis plusieurs années et une étude de faisabilité a été réalisée il y a peu de temps.

Vers un changement du mode de gouvernance?

Lors de l’AGA, la vingtaine de membres présent.e.s ont voté en faveur de la proposition d’explorer un nouveau modèle de gouvernance pour la garderie, dont une des options serait de s’intégrer à la Commission scolaire francophone du Yukon. Ce changement serait majeur pour l’organisation, qui basculerait alors sous la responsabilité du ministère de l’Éducation. Sophie Brisebois, conseillère, a expliqué que l’organisation se questionnait sur le modèle de gouvernance actuel, basé sur l’implication bénévole de membres de la communauté et de parents, devant les imposantes tâches à venir, telles que l’agrandissement.

Un rapport en 2008 avait d’ailleurs déjà été fait par les deux entités pour explorer cette possibilité de gouvernance. Le conseil d’administration reviendra donc vers les membres lorsque cette exploration sera complétée.

Faible participation aux élections du CA

L’AGA s’est conclue par une séance d’élections assez timide, alors que seulement deux des quatre postes libres ont été comblés. Ce sont Maureen Laigniel et Emilie Herdes qui ont été élues aux postes de conseillères, alors que Sophie Brisebois et Jason Durand quittent les rangs du CA.

Cependant, les postes de présidente et de trésorière, respectivement occupés précédemment par Ketsia Houde-McLennan et Rima Khouri, demeurent vacants. Toute personne qui souhaiterait se joindre à l’équipe du CA peut donc contacter Jocelyne Isabelle par courriel, à direction@petitchevalblanc.ca.

Le mode virtuel de l’AGA n’a pas eu raison de l’esprit de camaraderie qui règne entre les membres impliqué.e.s au sein de l’organisation. Tour à tour, les personnes présentes ont félicité le CA et les membres de la garderie pour le travail accompli dans les récentes années. La directrice Jocelyne Isabelle a aussi présenté chaleureusement les 21 employé.e.s qui proviennent des quatre coins du monde – une richesse, selon elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *