Accueil » Actualités » Souligner la journée contre la violence fondée sur le genre, en ligne

Souligner la journée contre la violence fondée sur le genre, en ligne

Laurie Trottier

Ce 25 novembre, pandémie oblige, les événements entourant la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes se feront plus discrets.

Habituellement plus mouvementée, la campagne internationale des 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le genre sera plus discrète cette année au territoire.

Les essentielles, le groupe de défense des droits des femmes francophones au Yukon, ont plutôt choisi de se tourner vers l’activisme en ligne pour cette édition de la campagne des 16 jours.

« La thématique de cette année sera la crise du logement et ses impacts sur la violence conjugale, explique Laurence Rivard, directrice de l’organisme. Avec la crise du logement, c’est plus difficile pour une personne s’identifiant comme femme de quitter un logement dans lequel elle subit de la violence, et elle préféra souvent rester dans un milieu violent que de se retrouver à la rue. »

Selon elle, les données compilées par l’Observatoire canadien sur l’itinérance et publiées en 2020 parlent également d’elles-mêmes : 91 % des femmes au Canada ayant expérimenté l’itinérance ont subi des actes de violence au cours de leur vie.

« Pour notre campagne en ligne, on a choisi de collaborer avec l’illustratrice Esther Bordet », ajoute-t-elle. Des infographies et des images seront donc accessibles sur Instagram et seront accompagnées de faits sur la crise du logement et les conséquences pour les personnes s’identifiant comme femmes.

La maison de transition pour femmes à Whitehorse prévoit un événement le 6 décembre en collaboration avec le Conseil des femmes autochtones du Yukon, pour honorer les victimes de l’attentat antiféministe survenu en 1989 à l’école Polytechnique de Montréal.

Sur son site Internet, le ministère des Femmes et de l’Égalité des genres du Canada propose une variété d’activités en lien avec la campagne des 16 jours, et invite les gens à prendre part à la conversation afin de réfléchir à des manières concrètes pour réduire la violence fondée sur le genre : femmes-egalite-genres.canada.ca/fr/commemorations-celebrations/16-jours/participer.html

Inclure tout le monde dans la lutte

Dans la dernière année, les événements pour honorer, commémorer et soutenir les femmes autochtones se sont multipliés au territoire. La première Journée nationale de la réconciliation, le dévoilement de la statue en l’honneur des femmes, des filles et des personnes bispirituelles+ autochtones disparues et assassinées, la Journée de la robe rouge ou la plus récente vigile, tous ces événements contribuent selon Jeanie McLean à « créer un dialogue ».

« Quand nous nous rassemblons pour partager notre histoire, c’est un moment de sensibilisation. Ça permet à toute la population de sentir qu’elle fait partie de la solution. C’était aussi le but avec la stratégie de lutter contre la violence faite aux femmes, aux filles et aux personnes bispirituelles+ autochtones, de faire en sorte que toutes et tous sentent qu’ils ont un rôle à jouer à l’avenir », explique la ministre de la Direction de la condition féminine et de l’équité des genres du gouvernement du Yukon et membre de la Première Nation de Tahltan.

Gaye Hanson, consultante pour le Cercle des femmes autochtones de Whitehorse, abonde dans le même sens : « J’ai rencontré plusieurs personnes blanches au fil des événements qui étaient là pour s’éduquer et qui démontraient de l’ouverture. Pour moi, c’est l’esprit même de la réconciliation. »

Vous ou quelqu’un que vous connaissez avez été victime d’une agression sexuelle? Appelez sans frais la Ligne d’écoute en cas d’agression sexuelle, accessible en tout temps partout au Yukon 1 (844) 967-7275.

IJL – Réseau.Presse. l’Aurore boréale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *