Accueil » Actualités » Semaine de l’immigration francophone

Semaine de l’immigration francophone

Venir au Yukon pour commencer une nouvelle aventure n’est pas toujours une expérience facile. Afin d’aider et accueillir les francophones nouvellement arrivé.e.s, l’Association franco-yukonnaise (AFY) et le Partenariat communauté en santé (PCS) proposent plusieurs initiatives, comme le programme de jumelage, le service d’interprétation en santé et le Test d’évaluation de français. Portraits et témoignages de quelques-unes de ces personnes qui ont « fait le grand saut » pour venir vivre dans le Grand Nord.

 

VOX POP

 


Amandine Voyer

Photo fournie

 

Le Test d’évaluationde français

J’ai entendu parler du service par mes collègues de travail à la Garderie du petit cheval blanc. Nous sommes une majorité de personnes immigrantes au sein du personnel et, à ma connaissance, nous sommes plusieurs à la garderie à avoir pu passer le test à Whitehorse.

Passer le test à Whitehorse m’a épargné un aller-retour à Vancouver et m’a fait gagner un temps fou. Ça ne m’a malheureusement pas permis d’économiser de l’argent, car j’avais déjà acheté mes billets, mais j’ai pu aller à Vancouver seulement pour visiter et faire des achats plutôt que pour passer le test.

J’ai eu la chance d’être parmi les premières personnes à profiter de ce service et je suis certaine qu’il aidera beaucoup de futur.e.s résident.e.s permanent.e.s! Après la réception de mes résultats du TEF, j’ai pu postuler pour mon Entrée express. Je suis actuellement dans le bassin de candidat.e.s et j’attends avec impatience le tirage de mon dossier.

 

 


Vianney Goma

Photo fournie

 

Le Test d’évaluation de français

J’ai entendu parler du service grâce à une amie francophone qui s’était elle-même renseignée pour le passer de son côté.

Normalement, j’aurais dû aller à Vancouver ou à Calgary pour passer le test. Avoir la possibilité de le faire à Whitehorse m’a vraiment permis de réduire mes frais et mon empreinte écologique, puisque je n’ai pas eu à me déplacer.

Cela m’a aussi permis de lancer mon processus d’immigration au Yukon plus rapidement et de réduire la logistique. Cela m’a vraiment été bénéfique. J’ai eu beaucoup de chance, car il ne restait des places qu’en septembre, et l’AFY s’est quand même arrangée pour que je le passe plus tôt en juillet.

 

 


Mounia Cole

Photo : Maryne Dumaine

 

Le service d’interprétation en santé

C’est mon employeuse, la directrice en poste à la Garderie du petit cheval blanc à l’époque où j’y travaillais, qui m’a transmis la carte de visite du PCS pour le service d’interprétation et d’accompagnement en santé.

Cela m’a aidée à avoir une compréhension linguistique parfaite lors des rendez-vous médicaux pour moi et mes enfants, ainsi que de l’aide dans la prise de rendez-vous. En tant que parent, c’est un soulagement de pouvoir être bien accompagnée dans le système de santé.

Le service d’accompagnement a aussi été très aidant dans la prise en charge de mes transports, par exemple lorsque j’étais dans l’incapacité de conduire. Et par les temps de restrictions sanitaires, cela m’a permis de ne pas être seule lors de mes rendez-vous, notamment pendant ma grossesse. L’interprète et accompagnatrice Madeleine Girard était autorisée à m’accompagner alors que mon mari ne l’était pas, puisqu’elle était étant considérée comme travailleuse essentielle. Elle a toujours fait preuve d’un grand professionnalisme et je me suis toujours sentie très à l’aise et dans le respect du secret médical.

 

 


Elodie Moreau

 

Photo fournie

 

Le programme de jumelage

J’ai d’abord découvert ce programme grâce au site Web de l’AFY, puis via la page Facebook. J’ai participé à un sondage sur le programme et mes collègues m’en ont aussi parlé.

J’ai été jumelée avec Annie Maheux en septembre et grâce à elle j’ai pu découvrir des lieux, nous sommes allées au restaurant, au marché… Elle m’a aussi permis de rencontrer des gens, et m’a présentée à ses ami.e.s lors d’un repas et d’une randonnée au lac Fish. Ça m’a permis de mieux connaître la communauté francophone. Quand j’avais des questions, elle me donnait des conseils, notamment sur l’équipement pour l’hiver. J’ai aimé ce programme de jumelage et je remercie vraiment Annie de m’avoir donné de son temps et permis de découvrir de nouvelles choses.

(À noter que l’AFY recherche activement de nouveaux parrains et nouvelles marraines pour ce projet.)

 

Ces  publireportages ont été réalisés grâce à la contribution financière d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *