Accueil » Actualité en images » Ron Janusaitis : un homme qui a su inspirer

Ron Janusaitis : un homme qui a su inspirer

Cécile Girard

La nouvelle du décès de Ron Janusaitis a attristé un grand nombre de Yukonnais et de Yukonnaises. M. Janusaitis est mort en Australie, le 23 mai à l’âge de 68 ans des suites d’une leucémie.

Son passage en terre yukonnaise a été fructueux et il a laissé sa marque et son sourire dans la francophonie.

Ron a été directeur de la Direction des services en français (alors appelée le Bureau des services en français) de 1998 à 2003. Il était très aimé de son équipe et de la communauté. Rachelle Dufour qui occupait alors le poste de chef de bureau se souvient de lui comme d’un homme extrêmement professionnel.

« C’était un plaisir que de travailler pour lui. Il savait très bien mener à bien ses projets. Il avait aussi le don de trouver des solutions originales », raconte-t-elle.

Mme Dufour a tissé et conservé des liens d’amitié avec M. Janusaitis et son épouse Faye Chambers. Elle les a visités en Australie en 2009.

« Je savais que c’était la dernière fois que je le voyais, mais je suis restée en contact téléphonique. »

Ron Janusaitis a fait progresser la Franco-Yukonnie pendant son séjour au territoire. Photo : Archives Aurore Boréale 2003

Ron Janusaitis a fait progresser la Franco-Yukonnie pendant son séjour au territoire. Photo : Archives Aurore Boréale 2003

Les témoignages sont unanimes pour affirmer que l’homme, enseignant de formation, a beaucoup fait progresser le dossier des services en français au Yukon. Il a joué un rôle important dans l’obtention du financement pour la construction du Centre de la francophonie et l’agrandissement de La garderie du petit cheval blanc.

M. Janusaitis a aussi été directeur (on disait alors surintendant) de la Direction des programmes de français au ministère de l’Éducation au début des années 1990. Il a été un des leaders des négociations pour la construction de l’école Émilie-Tremblay et de La garderie du petit cheval blanc sur le terrain de l’école française. Isabelle Salesse qui était directrice de La garderie francophone à la même époque se souvient qu’il avait déniché 5 000 $ afin d’appuyer un programme d’éducation physique pour les tout-petits.

Joint au Québec, Pierre Bourbeau, qui a été directeur de l’Association franco-yukonnaise au début des années 1990 n’a que des éloges à donner.

« Le décès de Ron Janusaitis m’a bien attristé. J’ai eu le grand plaisir de travailler en collaboration avec lui. Je dis grand plaisir, car je décris Ron comme un homme intègrement stratégique.»

En effet, les discussions avec lui ont toujours été directes et franches, mais dans un but bien planifié; comment favoriser le plus possible le développement de la communauté franco-yukonnaise.

C’est ainsi qu’avec lui il a été possible notamment de permettre la parution bimensuelle du journal l’Aurore boréale et de confirmer la participation financière du gouvernement du Yukon à la construction du Centre de la francophonie.

« Je garde un très bon souvenir de ma collaboration avec lui. Sa rencontre dans ma vie professionnelle a été un souffle d’inspiration et de plaisir. Je suis certain qu’il a également influencé plusieurs fonctionnaires en rapport avec la francophonie yukonnaise. »

En l’an 2000, l’AFY lui remet le prix Binet-Dugas afin de souligner son engagement envers l’excellence des services en français.

Par ailleurs, il a aussi été un bénévole dévoué pour le journal, offrant son expertise et vendant de la publicité dans le secteur privé, une tâche pas facile à la fin des années 1980. En 2007, il profite d’une visite au territoire pour venir prendre des nouvelles du journal. Nous avons discuté de quelques dossiers épineux. Il m’a conseillée et encouragée et m’a offert son aide à distance. « Envoie-moi un courriel. Je suis à la retraite et si je peux t’aider, cela me fera plaisir » m’a-t-il dit en partant.


Commentaires (1)

  1. Marlene Hogan dit :

    Hi my husband was a very good friend to Ron.My husband passes on May 29th and I wAs trying to find Ron and was vert shock to learn of his death.Please pass my condolences to Faye and Stephen

    Truly yours
    Marlene Hogan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *