Accueil » À la une » Prix de l’engagement exceptionnel

Prix de l’engagement exceptionnel

Sophie André

Sylvie Binette, entrepreneuse, interprète et passionnée de la francophonie au Yukon, a reçu le 15 mai dernier le Prix de l’engagement exceptionnel.

Sylvie Binette a été récompensée pour son engagement exceptionnel au cours des 37 dernières années dans la mise lumière la francophonie au Yukon. Photo : Archives A.B.

 

La Journée de la francophonie yukonnaise du 15 mai dernier a été l’occasion, pour l’Association franco-yukonnaise (AFY), de remettre le prix de l’engagement exceptionnel à Sylvie Binette. Ce prix récompense chaque année une personne pour son engagement à soutenir la francophonie grâce à une implication hors du commun.

Cette année, une mention spéciale rend également hommage à Jean-François Blouin, figure de proue locale de l’enseignement en français.

35 ans d’implication

L’engagement de Sylvie Binette rayonne dans de multiples domaines : la préservation du patrimoine, le maintien des liens avec les organismes francophones et autochtones, ainsi que des projets à conscience écologique et environnementale.

« Dès 1985, j’étais monitrice de français au Yukon et je travaillais dans les écoles. J’ai toujours poussé fort pour offrir des services en français », partage Sylvie Binette. La Yukonnaise explique s’être occupée de l’étude des besoins des femmes francophones avant que l’association Les Essentielles ne soit créée.

Elle a également participé aux activités lorsque l’association était encore dans la petite maison rose, à un projet relationnel entre autochtones et francophones, et a coordonné des projets culturels tels que la programmation de musiques francophones lors d’émissions radiophoniques ou la section francophone de la librairie de Whitehorse Mac’s Fireweed, quand cette section existait encore.

Protéger le patrimoine historique francophone

Mais c’est pour son engagement plus récent que Sylvie Binette est mise à l’honneur cette année. Avec l’historien Yann Herry, elle a cofondé la Société d’histoire francophone du Yukon (SHFY) en avril 2021 et en est désormais la vice-présidente.

L’objectif de cette association est de rassembler l’ensemble de l’information liée à la francophonie du territoire et de la rendre disponible à tous et toutes – un véritable projet de conservation et transmission du patrimoine historique des francophones du Yukon.

« J’étais principalement impliquée dans l’interprétation du patrimoine naturel, mais le culturel a piqué ma curiosité », partage Sylvie Binette.

C’est en effet en découvrant le nom de Joseph Eugène Binet, l’un des pères fondateurs de Mayo, que Mme Binette a décidé de travailler sur son arbre généalogique et a découvert un ancêtre commun avec l’homme d’affaires des années 1900.

« La SHFY va ancrer le fait qu’il y ait eu une présence francophone au Yukon depuis bien longtemps, et aider au rayonnement de la communauté, soutient la passionnée. Ça fait presque 40 ans que je suis au Yukon, j’ai vu l’évolution! C’est incroyable le travail qui a été fait pour la francophonie : journée officielle, projets de loi traduits, écoles, AFY… Il y a peut-être encore des choses à faire sur l’histoire de la francophonie et en ce qui concerne les relations avec les autochtones, différentes de celles avec les anglophones – tout n’était pas rose. C’est intéressant d’étudier l’histoire pour se réconcilier, cela peut aider tout le monde », affirme l’interprète culturelle.

Actuellement au Québec, Sylvie Binette était absente de la cérémonie, mais a été contactée en direct par l’AFY pendant la Journée de la francophonie yukonnaise pour remercier la communauté.

« Le prix me touche tout particulièrement, souligne la francophone. Je ne suis pas la seule qui mérite un prix. Je suis reconnaissante. »

Une mention spéciale pour Jean-François Blouin

« Cette année, les membres du comité ont hésité pour départager deux personnes afin de décerner le Prix de l’engagement exceptionnel », informe Audrey Percheron, directrice des communications de l’AFY.

Finalement, une mention spéciale a été attribuée à Jean-François Blouin pour son dévouement envers la jeunesse et l’enseignement en français au Yukon depuis plus de 30 ans. Il est aujourd’hui conseiller pédagogique au secondaire pour la Commission scolaire francophone du Yukon. En 2013, il a reçu le prix Ken Spencer pour l’innovation en éducation.

Amoureux de la nature et du plein air, il a notamment participé à la création de l’Académie Parhélie, lorsque le secondaire francophone se situait encore dans le bâtiment de l’École Émilie-Tremblay à Whitehorse. Le programme visait alors à mettre l’accent sur un apprentissage en plein air et sur l’art, valeurs toujours présentes dans les programmes du CSSC Mercier.

Un prix pour fêter les Yukonnais et Yukonnaises francophones

Célébrer la Franco-Yukonnie permet de mettre en lumière la richesse de l’histoire des francophones au Yukon – une histoire qui se façonne depuis plus de 170 ans.

« Un appel à la communauté a été lancé en amont. Chaque personne pouvait remplir un formulaire avec des critères de sélection précis afin de sélectionner et rendre hommage au travail exceptionnel d’un individu pour la francophonie », explique Audrey Percheron.

Un comité de sélection, composé de membres du conseil d’administration de l’AFY, a départagé les candidatures proposées.

 

IJL – Réseau.Presse
L’Aurore boréale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *