Accueil » À la une » Nouvelles bannières touristiques pour le territoire

Nouvelles bannières touristiques pour le territoire

Ève Brosseau

De nouvelles bannières commandées à l’occasion de la Semaine nationale du tourisme seront installées près des attractions touristiques du territoire. Parmi les artistes sélectionnés pour le projet figurent trois francophones, Gorellaume, Marie-Hélène Comeau et Cécile Girard, aux côtés de Kimberly Edgar, Justien Senoa Wood et Tedd Tucker.

De gauche à droite, les artistes Justien Senoa Wood, Cécile Girard, Gorellaume, le ministre Pillai, Marie-Hélène Comeau, Tedd Tucker et Kimberly Edgar posent devant leur bannière respective. Photo : Ève Brosseau.

 

« Les visiteurs sont attirés par la nature, l’histoire, la culture et l’esprit d’aventure, thèmes que les artistes ont su saisir dans leur bannière », a lancé Ranj Pillai, ministre du Tourisme et de la Culture du Yukon. Il était au Centre touristique de Whitehorse le 3 juin pour féliciter les artistes et pour souligner la reprise du tourisme sur le territoire.

Le travail des artistes a d’ailleurs été salué par les personnes présentes, qui ont applaudi lors de la révélation des bannières. Chaque création représente un pan de la vie au Yukon, des plantes emblématiques jusqu’aux grandeurs des canyons, en passant par l’histoire, la culture et la faune locale.

Ce qu’en disent les artistes

Les artistes ont répondu à un appel d’offres du ministère du Tourisme et de la Culture qui avait préalablement déterminé trois thématiques : le caractère unique du Yukon, les merveilles naturelles et l’or du Yukon.

Après avoir appris la sélection de son projet, Cécile Girard était ravie. « C’est un contrat plaisant qui me tenait à cœur », précise-t-elle. La bannière de Mme Girard met en vedette Martha Louise Black, pionnière yukonnaise. « Je trouve qu’elle représente beaucoup l’esprit du Yukon, celui de l’aventure, de la réalisation personnelle et de l’engagement communautaire », ajoute-t-elle. En juillet prochain, Cécile Girard participera au Great Northern Arts Festival à Inuvik, en plus de préparer une exposition pour 2023 avec le collectif dont elle est membre, La bête à cinq têtes.

Marie-Hélène Comeau, habituée à la scène artistique communautaire, a profité de sa tribune pour remercier le ministère pour le concours. « C’est une occasion de s’arrêter et de se reconnecter avec le territoire », chose que l’on oublie parfois de faire dans le train quotidien, selon Mme Comeau. Sa bannière In the Canyon est inspirée d’une oeuvre qu’elle a produite lors d’une édition passée de l’événement artistique en nature Created at the Canyon.

L’artiste francophone Gorellaume a plutôt opté pour le thème des merveilles naturelles. L’ours, central dans sa bannière intitulée It’s watching you, too, fixe le public. « L’idée est de ne pas oublier que lui aussi nous regarde. [Les ours] sont des êtres vivants et nous avons une responsabilité à leur endroit », explique-t-il.

Kimberly Edgard, également d’expression française, a décidé de se concentrer sur le « petit ». L’artiste a proposé un microcosme de fleurs et de plantes natives, afin de faire contraste avec les grands espaces typiques de l’imaginaire du Yukon.

Les bannières seront installées dans les environs des lieux touristiques de la région au cours des prochaines semaines. Des cartes postales et des autocollants présentant les œuvres et leur artiste seront également disponibles dans les centres d’information touristique du Yukon.

 

IJL – Réseau.Presse
L’Aurore boréale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *