Accueil » À la une » Les cygnes sont là, c’est le printemps!

Les cygnes sont là, c’est le printemps!

Kelly Tabuteau

Le Festival des cygnes est le plus important festival d’ornithologie amateur du Yukon. Organisé chaque année au mois d’avril, il attire la population locale tout comme les personnes de passage.

Outre les dizaines d’oiseaux migrateurs observés au Havre des cygnes (canards, rapaces, oies), il y a deux espèces de cygnes qui se reposent au lac Marsh : le cygne trompette et le cygne siffleur. Les siffleurs sont légèrement plus petits, mais il est difficile pour les novices de distinguer la différence, si ce n’est par le chant. Comme leur nom l’indique, l’un fait un bruit de trompette alors que l’autre siffle. Photo : Gouvernement du Yukon.

 

Si le calendrier annonce le début du printemps le 20 mars, tout le monde sait qu’au Yukon c’est le retour des grands oiseaux blancs qui annonce les prémices de la saison. Depuis le 1er avril 2022, le Centre d’interprétation du Havre des cygnes accueille personnes résidentes et touristes pour en faire connaître davantage sur le parcours migratoire des cygnes. Les premiers spécimens ont été reportés le dimanche 27 mars.

Estimer le nombre de cygnes

C’est toujours un exercice difficile d’estimer le nombre total de cygnes qui passent par le Havre des cygnes, puisque ceux volant la nuit ne peuvent être comptabilisés. Selon Carrie McClelland, biologiste principale chargée de l’éducation et de la sensibilisation au ministère de l’Environnement du gouvernement du Yukon, il y en aurait entre 9 000 et 30 000 qui s’arrêtent pour une pause repos-collation près des rives du lac Marsh.

Le comptage des cygnes se fait quotidiennement, au coucher du soleil.« La luminosité devient meilleure entre 19 h et 20 h, lorsque la réverbération du soleil sur la glace n’éblouit plus, explique Mme McClelland. À l’aide de son télescope, Jukka [Jantunen, le dirigeant du Centre d’interprétation qui effectue le dénombrement quotidien,] compte les cygnes un à un, de gauche à droite. C’est aussi le moment où les cygnes sont les moins actifs, donc ça facilite le travail de Jukka. »

Additionner les chiffres journaliers serait cependant une erreur, indique la biologiste, car il n’est pas possible de savoir combien d’oiseaux sont arrivés ou repartis pendant la nuit, une fois le décompte fini.

Il est aussi difficile de prévoir combien de cygnes seront présents cette année, puisque beaucoup de facteurs influencent leur flux migratoire : le vent, les températures, le pourcentage d’eau libre, etc.

La scientifique précise également que les cygnes peuvent être amenés à rester plus longtemps au Havre s’il n’y a pas de place pour eux plus au nord : « C’est un mystère de la nature. Nous ne savons pas comment ils le savent, parfois nous pensons qu’ils envoient des messagers qui reviennent avec la mauvaise nouvelle, mais c’est certain qu’eux, ils savent s’ils peuvent continuer leur voyage. »

Partager ses connaissances

Le personnel de la Direction de la faune aquatique et terrestre du gouvernement du Yukon se relaie au Centre d’interprétation du Havre des cygnes, de 17 h à 21 h en semaine et de 12 h à 19 h les samedis, dimanches et jours fériés, afin d’offrir des programmes d’éducation sur les cygnes.

Si aucune activité n’est spécifiquement organisée en français, toute la documentation est disponible dans la langue de Molière, les affiches comme les brochures. Carrie McClelland est également sur place pour répondre aux questions des francophones. Il n’y aura pas de nouveauté par rapport à la programmation habituelle, si ce n’est la reconduite des marches guidées.

Surfant sur leur succès de 2021 (proposées pour la première fois en 2021 pour contrer les restrictions de capacité dans le Centre d’interprétation), les biologistes proposeront des balades les fins de semaine à 12 h, 14 h et 16 h.

Carrie McClelland encourage tous les visiteurs et visiteuses à consulter le site du gouvernement du Yukon avant de se déplacer : « Tous les événements sont listés sur le site yukon.ca/fr/cygnes. C’est ici que nous indiquerons tous les changements qui pourraient survenir, notamment à cause de la COVID-19. Ce serait dommage de faire 40 minutes de voiture pour réaliser que l’activité a été annulée. »

Outre les rives du lac Marsh, le pont de Tagish et Carcross sont d’autres endroits recommandés par la biologiste pour observer les cygnes. « Le pont de Tagish est notamment pratique pour les personnes à mobilité réduite, car il n’y a pas besoin de marcher sur la glace pour voir les cygnes. »

Le record d’individus observés a été atteint le 13 avril 2019 avec 3 046 spécimens. L’année 2022 en établira-t-elle un nouveau? Réponse le 1er mai, à la fermeture du Centre d’interprétation du Havre des cygnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *