Accueil » À la une » Le Yukon examine son système électoral

Le Yukon examine son système électoral

Maryne Dumaine

Changer un système électoral ne se fait pas du jour au lendemain. Si un Comité spécial sur la réforme électorale a été mis en place au printemps 2021, le travail n’est pas encore achevé et les commentaires des citoyennes et citoyens sont désormais la pierre angulaire qui manque à l’édifice pour avancer dans une direction, ou dans une autre.

Photo : Maryne Dumaine.

 

Le 7 septembre dernier, le Comité spécial sur la réforme électorale a tenu une audience publique dans le but de recevoir les commentaires et suggestions des citoyennes et citoyens du Yukon. Une session de deux heures, lors de laquelle les membres du Comité, dont la cheffe du Nouveau Parti démocratique Kate White, le député du Parti du Yukon Brad Cathers et le ministre John Streicker du Parti libéral du Yukon, étaient les seuls à pouvoir poser des questions aux personnes qui souhaitaient s’exprimer.

Historique du projet de réforme électorale

Une première consultation publique a été organisée en 2018 par le gouvernement du Yukon. Au printemps 2021, suivant les recommandations de cette première consultation, l’Assemblée législative du Yukon a mis en place un Comité spécial sur la réforme électorale. Son mandat : se pencher sur la réforme et rendre compte de ses conclusions et de ses recommandations à l’Assemblée législative.

Après avoir tenu plusieurs audiences publiques, consulté des spécialistes en la matière et comparé notre système avec celui d’autres pays (notamment la Nouvelle-Zélande), un rapport a été présenté, faisant part des différentes options.

Kate White, présidente du Comité, insiste sur le fait que les audiences ne sont pas terminées : « Les gens ont jusqu’au 30 septembre pour s’exprimer. Nous allons faire des audiences publiques ce mois-ci dans les communautés », affirme-t-elle. Le public peut également s’exprimer par courriel.

Options proposées pour le système électoral du Yukon

Le travail du comité a abouti à un rapport livré fin 2021, dont un résumé, disponible sur le site Web de l’Assemblée législative, a été traduit en français en janvier 2022. « Nous avons distingué trois familles de systèmes électoraux : les systèmes à majorité relative et à majorité absolue, les systèmes de représentation proportionnelle et les systèmes électoraux mixtes », indique le document, qui présente brièvement plusieurs options de systèmes électoraux dans chacune de ces familles. Sont présentés aussi leurs avantages et leurs inconvénients, avec un regard spécifique sur la situation du Yukon.

En conclusion, le rapport recommande de choisir entre trois systèmes : le scrutin à majorité relative (qui correspond au statu quo), le scrutin à vote unique transférable, ou la représentation proportionnelle mixte.

Le scrutin à majorité relative (first-past-the-post, en anglais) est le système électoral actuel du Yukon. Selon le rapport, il permettrait de maintenir un lien local entre les députés et les citoyens. Ce système mène souvent à l’élection de gouvernements majoritaires. Son inconvénient majeur : les résultats peuvent être faussés, puisqu’un parti peut remporter plus ou moins de sièges sur le territoire que ce que laisse supposer sa part des votes.

Le rapport, qui élimine plusieurs options en raison de leur non-applicabilité pour le territoire, met cependant l’accent sur le scrutin à vote unique transférable. Ce système constituerait un moyen efficace de corriger la distorsion possible entre le nombre de voix et le nombre de sièges qu’entraîne le système de scrutin à majorité relative. Le rapport indique cependant que sa complexité nécessiterait une sensibilisation du public, ainsi que la découpe du territoire en quatre ou cinq circonscriptions, afin de faciliter les votes.

La troisième famille de systèmes électoraux, à savoir le système électoral mixte, comporte deux options, soit le vote parallèle et la représentation proportionnelle mixte. Dans les deux cas, deux systèmes électoraux sont combinés pour élire les députés. « Pour que de tels systèmes puissent fonctionner, il serait vraisemblablement nécessaire d’accroître le nombre de députés, en le portant par exemple de 19 à 30, indique le rapport. De cette façon, le système de scrutin à majorité relative pourrait comprendre les 19 sièges actuels, auxquels s’ajouteraient 11 autres sièges attribués par l’intermédiaire du second système électoral. »

La communauté de Whitehorse a répondu à l’appel

Une quinzaine de personnes, dont J-P Pinard, Juliette Greetham et Marguerite Tölgyesi, ont pris la parole tour à tour afin de faire valoir leurs idéaux et exprimer leurs suggestions.

Plusieurs leitmotivs se sont dessinés au cours de ces deux heures d’audience, dont l’importance de recourir au système d’assemblée citoyenne ainsi que l’abaissement de l’âge du droit de vote à 16 ans.

Le but des audiences publiques dans les collectivités du Yukon est de recueillir les commentaires de la population. Les personnes qui désirent faire part de leur opinion au Comité sont invitées à s’inscrire à l’avance en écrivant à [email protected] ou en téléphonant au Bureau de l’Assemblée législative, au 867-667-5494.

IJL – Réseau.Presse
L’Aurore boréale

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *