Accueil » À la une » Esther Bordet dessine le Yukon et l’expose

Esther Bordet dessine le Yukon et l’expose

Marie Mounier

Durant tout le mois de novembre, Esther Bordet retourne au Northern Front Studio pour une exposition d’encre et d’aquarelle intitulée Wild Things.

Les dessins d’Esther Bordet seront aussi publiés dans le premier fanzine du Collectif d’illustrateurs et d’illustratrices du Yukon (YILCO), dont le thème est la peur

 

Des paysages, des animaux, la faune et la flore du Yukon se dessinent sous la plume et le stylo technique de l’artiste Esther Bordet. Après avoir de nombreuses fois installé ses œuvres dans des cafés, l’artiste yukonnaise organise sa première exposition officielle au territoire au Northern Front Studio.

Une exposition comme « l’instantané d’une année écoulée »

Il y a un an, Esther Bordet exposait ses œuvres pour la première fois au Northern Front Studio avec le Collectif d’illustrateurs et d’illustratrices du Yukon (YILCO). Intéressée par l’espace de la salle, elle a décidé d’investir les lieux, seule cette fois. L’artiste a eu toute une année pour réfléchir à sa future exposition.

Des planches de sa première bande dessinée Breakup, publiée dans l’anthologie Northern Gaze au printemps dernier, aux nouveaux dessins réalisés au cours de l’année, Esther Bordet propose involontairement une rétrospective de 2021.

De son travail se détachent trois thèmes récurrents : la nature, les montagnes et les animaux, ce qui a inspiré le titre de son exposition Wild Things (en français : Les choses sauvages).

D’une passion à l’autre, le Yukon comme terrain de création

Géologue de formation et de profession, Esther Bordet a laissé de côté sa première passion il y a un an pour se consacrer à sa deuxième, le dessin. Pourtant, c’est souvent sur le terrain en tant que géologue qu’elle photographiait les lieux pour les dessiner ensuite.

Plusieurs des créations exposées proviennent de ses excursions dans la nature. « Quand je suis à certains endroits, je sais ce qui va éventuellement se retrouver en dessin et en peinture », explique l’artiste.

« Parfois, ça me vient aussi de la volonté d’étudier », ajoute-t-elle. Le mouvement d’un poisson ou d’un ours, par exemple, se transforme en dessin qui sera finalement encadré. Esther Bordet s’inspire du regard direct qu’elle pose sur le Yukon et du temps passé dans la nature sauvage du territoire.

Une exposition entre dessin et histoire

Si par le passé l’illustratrice produisait principalement des peintures, cette fois elle n’exposera que des dessins. Depuis quelques années d’ailleurs, Esther Bordet consacre de plus en plus de temps à la bande dessinée, dont l’esthétique se retrouve parfois même dans ses dessins plus grands.

Plus qu’un simple paysage, c’est un récit qu’elle met en scène : « Je pars d’un dessin et je vais ensuite développer une petite bande dessinée ; parfois, ça reste une seule case et j’espère alors que la personne qui la regarde pourra l’interpréter. »

Ses œuvres sont exposées jusqu’au 30 novembre au Northern Front Studio, du lundi au vendredi, entre 17 h et 21 h.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *