Accueil » À la une » Élections municipales au Yukon

Élections municipales au Yukon

Laurie Trottier

Laura Cabott, mairesse de Whitehorse

Whitehorse se dote d’un conseil des ministres composé d’une majorité de femmes et qui fait place à la diversité.

Selon la nouvelle mairesse Laura Cabbot, c’est le temps qu’elle a investi dans le porte-à-porte qui a pu faire pencher la balance le soir du 21 octobre. Photo : Laurie Trottier.

 

 

Si la campagne électorale municipale a officiellement duré un mois, Laura Cabott a commencé à récolter des appuis et à échanger avec les résidents et résidentes depuis le 27 mai dernier.

Cela semble avoir porté fruit puisque le 21 octobre dernier celle-ci a mis la main sur 2 465 votes, soit 41,4 % des voix. Le soir des élections, celle-ci s’est dite rassurée, fatiguée, mais surtout honorée.

Laura Cabott succède à Dan Curtis, qui a rempli trois mandats à la mairie de la Ville. Elle a tenu à féliciter ses deux adversaires Patti Balsillie et Samson Hartland, qui ont respectivement récolté 30,6 et 27,7 % des voix.

Quelques priorités

Tout comme ces derniers, celle qui occupait le poste de conseillère depuis 2018 a annoncé que la priorité de sa campagne était le logement, mais aussi les changements climatiques et la réconciliation.

« J’ai conçu ma plateforme en prenant en compte mes trois années d’expérience et en écoutant les citoyen.ne.s, les dirigeant.e.s de petites et de grandes entreprises, des organismes à but non lucratif, et d’autres. J’ai vraiment capturé ce qui était important pour les résident.e.s de Whitehorse », a-t-elle affirmé tout juste après le dépouillement des votes.

Si elle ne parle pas français, Laura Cabott a tout de même mentionné quelques-unes de ses priorités concernant la communauté franco-yukonnaise lors de sa campagne : « Je vais promouvoir la participation des francophones dans les comités municipaux, faciliter le développement de services essentiels bilingues et soutenir la traduction des sections clés du site Internet de la Ville en français », a-t-elle annoncé.

Celle-ci a rencontré la directrice générale de l’Association franco-yukonnaise Isabelle Salesse et la présidente du conseil d’administration Lorraine Taillefer pendant sa campagne et souhaite continuer à le faire maintenant qu’elle est en poste.

Plus de diversité au conseil municipal

Le conseil municipal de la capitale du Yukon devient à majorité féminine. Il fait également preuve de diversité avec les présences de Michelle Friesen, membre de la Première Nation Ta’an Kwäch’än, Jocelyn Curteanu, immigrante philippine et Mellisa Murray, d’origine chinoise, à titre de conseillères.

Le conseiller Dan Boyd a été réélu, et Ted Laking et Kirk Cameron feront leur entrée au sein du conseil municipal. Laura Cabott a décrit ce prochain conseil comme une équipe fantastique qui relie des gens de tous les côtés de l’échiquier politique. La mairesse et les conseillères et conseillères sont élu.e.s pour un mandat de trois ans.

Taux de participation en baisse

Dans ce qui constituait la troisième élection de l’année, 31 % des résident.e.s de Whitehorse admissibles ont voté lors de ce scrutin, soit 6 % de moins qu’en 2018. C’est ce à quoi s’attendait Myles Dolphin, gestionnaire des communications stratégiques à la Ville de Whitehorse : « On s’attendait plus à 30 %. On sait que ça a été une année difficile », dit-il, en mentionnant notamment la pandémie.

Des efforts ont été déployés par la Ville pour tenter de rallier les quelque 19 000 personnes admissibles, comme le bulletin de vote spécial, une nouveauté qui a permis aux gens de voter à l’avance, la possibilité de faire parvenir son vote par courriel et la stratégie de publicité numérique, soutient Myles Dolphin.

« Il y a eu un effort pour acheter la publicité en ligne […], on a mis plus de budget là-dessus », explique-t-il. Selon ses dires, environ 1 000 dollars auraient été investis cette année, comparativement à zéro en 2015.

Le nouveau conseil sera assermenté le lundi 1er novembre.


Dawson choisit Bill Kendrick

Après onze ans au poste de conseiller de la Ville, Bill Kendrick prend les rênes du conseil municipal de Dawson. Laurie Trottier

Rejoint au téléphone le lendemain des élections municipales du 21 octobre, Bill Kendrick s’est dit rassuré et prêt à travailler dès que le nouveau conseil sera assermenté au début du mois de novembre.

Pourquoi faire le saut maintenant et briguer la mairie? D’abord parce que Wayne Potoroka, après trois mandats, a annoncé qu’il ne se représenterait pas aux élections municipales de 2021.

Mais aussi parce que Bill Kendrick voulait avoir plus de poids dans l’établissement des priorités de Dawson. « Après avoir été impliqué au sein du conseil pendant longtemps, je commençais à devenir un peu frustré lorsque certains enjeux recevaient plus ou moins d’attention », explique-t-il.

Par exemple, il aimerait rendre les réunions du conseil municipal accessibles en ligne, plutôt que seulement à la radio et parfois sur la chaîne de télévision locale. « Ça aiderait les résident.e.s de Dawson à s’impliquer dans les affaires municipales, que ce soit en posant des questions ou en se présentant aux prochaines élections », ajoute-t-il.

Aucune élection n’a été nécessaire pour élire Alexander Somerville, Patrik Pikalek, Elizabeth Archbold, et Brennan Lister aux postes de conseillers et conseillères de la municipalité, les quatre candidat.e.s ayant été élu.e.s par acclamation.

Sans surprise, c’est l’enjeu du logement auquel Bill Kendrick aimerait s’attaquer en premier. Il espère collaborer rapidement avec le gouvernement du Yukon pour obtenir davantage de terrains sur lesquels des unités de logement pourraient être construites.

« J’ai toujours souhaité m’impliquer au sein de ma communauté. Et tant et aussi longtemps que je vivrai ici, je vais continuer de le faire », ajoute le nouveau maire de Dawson.

IJL – Réseau.Presse – L’Aurore boréale

 

 


Écouter les articles :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *