le Jeudi 2 février 2023
le Jeudi 12 janvier 2023 7:55 | mis à jour le 17 janvier 2023 12:40 Arctique

Les paysages du Yukon exposés à Toronto

Laurie Trottier est allée à la rencontre de plusieurs activistes environnementaux de Old Crow. — Photo : Laurie Trottier
Laurie Trottier est allée à la rencontre de plusieurs activistes environnementaux de Old Crow.
Photo : Laurie Trottier
Les photos de Laurie Trottier ont été exposées au centre Harbourfront à Toronto jusqu’au 8 janvier.

Les vastes paysages de toundra au cœur de laquelle la Première Nation Gwitchin Vuntut porte son regard sont au centre de l’objectif de la journaliste Laurie Trottier.

Récipiendaire d’une bourse en journalisme environnemental attribuée par l’organisme Nordic Bridge 2022, celle qui est aussi diplômée en droit international et relations internationales est allée à la rencontre de plusieurs activistes environnementaux de cette Première Nation aussi appelée Old Crow dans le Nord du Yukon en juillet 2022. Le réchauffement climatique et les changements observés dans la biodiversité, notamment les caribous, mais aussi les solutions locales, sont quelques-uns des thèmes abordés par la journaliste lors de son séjour.

Une Première Nation, des solutions

La Première Nation Gwitchin Vuntut fait figure de précurseure dans la lutte contre le réchauffement climatique. En mai 2019, le chef Dana Tizya-Tramm avait présenté une déclaration d’urgence climatique.

Ce document, qui tire la sonnette d’alarme sur les conséquences de la hausse des températures sur la faune, notamment la harde de caribous de la Porcupine dont la Première Nation dépend directement pour sa sécurité alimentaire, présente aussi des solutions locales ancrées dans la culture gwitchin. Depuis, cette déclaration a provoqué des remous et a été utilisée comme document de travail par d’autres collectivités autochtones, en Australie notamment.

Une bourse nordique pour les jeunes journalistes

Cette bourse destinée aux jeunes de moins de 25 ans a permis à Laurie Trottier de faire un reportage visuel et audio en immersion dans un environnement canadien arctique, aux premières loges du dérèglement climatique qui affecte directement la collectivité. Avec la hausse accélérée des températures, « il y a urgence de documenter la façon dont le changement climatique affecte les communautés, la culture et notre planète, » a indiqué le centre Harbourfront dans un communiqué de presse du 24 mars 2021, au commencement de la formation des 13 boursiers sélectionnés et originaires du Canada, de l’Islande, du Danemark, de la Norvège et de la Suède.

Le travail présenté dans cette exposition qui couvre le Canada, le Danemark, la Finlande et la Norvège est un véritable témoignage de la puissance de la collaboration interculturelle. L’œuvre dans cette exposition démontre également la magie qui découle du rassemblement de personnes partageant les mêmes idées et originaires de pays aussi éloignés géographiquement, mais intimement liées par la connexion au territoire, dans un but commun de faire face à l’urgence climatique.

Au cours de ces 18 mois et en préparation des reportages sur le terrain qui se sont déroulés durant l’été 2022, les boursiers ont appris les bases du journalisme – de la rédaction de longs métrages, la production de balados, en passant par la narration vidéo – et se sont penchés sur certaines des questions les plus critiques que se posent les journalistes, à savoir : « Comment pouvons-nous faire un reportage avec, plutôt que sur les communautés autochtones ? », « Comment pouvons-nous continuer à collaborer sur les questions arctiques pendant que la Russie fait la guerre à l’Ukraine ? » et bien d’autres.

 Articles de l’Arctique est une collaboration des cinq médias francophones des trois territoires canadiens : les journaux L’Aquilon, L’Aurore boréale et Le Nunavoix, ainsi que les radios CFRT et Radio Taïga.