le Vendredi 3 février 2023
le Jeudi 22 Décembre 2022 7:30 Société

Le prix des fêtes

Shonagh Mccrintle, Véronique Thériault, Clodie-Pascale Brasset-Villeneuve et Denis Lacroix,  à la sortie de la Garderie du petit cheval blanc. — Photos : Camille Boyer
Shonagh Mccrintle, Véronique Thériault, Clodie-Pascale Brasset-Villeneuve et Denis Lacroix, à la sortie de la Garderie du petit cheval blanc.
Photos : Camille Boyer
Alors que l’inflation se fait ressentir plus que jamais au Yukon, le temps des fêtes approche en amenant avec lui de nombreuses dépenses. Selon le Bureau des statistiques du Yukon, l’indice des prix à la consommation a augmenté de 5 % à Whitehorse entre le 1er septembre 2021 et le 31 août 2022. Nous nous sommes rendus à la sortie de la Garderie du petit cheval blanc pour interroger quelques parents sur l’impact qu’aura l’inflation sur leurs traditions du temps des fêtes.
Photo : Camille Boyer

Shonagh McCrindle, mère de August

On a quand même réduit ce qu’on planifiait, on reste ici en ville à Whitehorse, nous notre famille vient de Québec. On est assez chanceux, Augie est première nation donc on a eu accès à un programme pour Noël, qui donne tout un grand souper de Noël […] et ça aide! Mais il y a assurément des réductions qui entrent en jeu. Pour moi, Noël c’est quand même le temps de l’année où on mange en famille, entre amis, donc j’aurais focalisé tout mon budget sur la bouffe. […] Maintenant j’ai un peu plus de flexibilité avec ça […] mais [pour les cadeaux] c’est vraiment le minimum. Des affaires utiles et du seconde main, je fais des affaires en poterie, comme des tasses et des bols […] ou des affaires faites maison!

Photo : Camille Boyer

Clodie-Pascale Brasset-Villeneuve, mère de famille

Je dois dire que pour le temps des fêtes, je ne ressens pas directement un impact négatif pour l’inflation. […] Le fait qu’on est un peu loin de nos familles, on fait un peu moins de dépenses. On se rencontre avec des amis, plus de style potluck, donc c’est moins que de recevoir avec des grosses tablées et des gros repas traditionnels. C’est juste ma façon de célébrer, donc, par le fait même, ça n’affecte pas mes dépenses nécessairement. Petite famille, petites attentes, on essaie de ne pas être orientés trop sur les cadeaux. Je dois dire que non, pour le moment, je ne ressens pas l’inflation

Photo : Camille Boyer

Véronique Thériault, mère de famille

Ce que je trouve le plus difficile, où est-ce que je le vois plus, c’est l’épicerie, j’ai trois enfants. J’adore recevoir et avoir des soupers avec les amis. Pour le reste je pense qu’on fait attention, on achète un peu moins. Pour l’épicerie je vois une grande différence dans les dernières années. […] Je coupe ailleurs, je ne coupe pas sur la nourriture. […] Par exemple, on va faire attention, on va moins aller au restaurant. On va acheter de la bonne nourriture quand même, mais on va moins faire de sorties au restaurant pour essayer d’éviter les coûts de ce côté-là.

Photo : Camille Boyer

Denis Lacroix, père de famille

Je pense que l’inflation va affecter notre domicile en fonction des repas qu’on va acheter. […] Au magasin, tout coûte un peu plus cher en ce moment alors c’est sûr que c’est des choses qu’on va prendre en considération.

En tant que cadeaux cette année, on se trouve à avoir un Noël un peu plus petit, ça adonne de cette façon-là, il y a moins de famille qui se trouve avec nous cette année. Ce n’est [donc] pas vraiment une considération. L’inflation ne va pas affecter les types de cadeaux que je planifiais peut-être d’acheter. Si tous les nièces et neveux avaient été présents ici pour Noël, je pense qu’on aurait peut-être géré les cadeaux un peu différemment.