le Jeudi 2 février 2023
le Jeudi 22 Décembre 2022 8:00 | mis à jour le 3 janvier 2023 11:49 Politique

Changements à venir en politique territoriale

Le premier ministre Sandy Silver a annoncé son départ prochain. — Photo : Archives A.B.
Le premier ministre Sandy Silver a annoncé son départ prochain.
Photo : Archives A.B.
La séance d’automne de l’Assemblée législative du Yukon s’est clôturée le 24 novembre dernier, laissant cependant plusieurs questions en suspens. Entre autres, l’entente entre le Parti libéral du Yukon et le Nouveau Parti démocratique (NPD) arrive à échéance le 31 janvier prochain, et l’annonce du départ prochain de Sandy Silver a lancé une course à la direction du Parti libéral. Explications.

Ce texte est suivi d’une capsule « Lecture simple ».

 

Qui remplacera Sandy Silver?

Sandy Silver, le premier ministre du Yukon, a annoncé sa démission en septembre dernier, précisant qu’il attendrait qu’un nouveau chef du Parti libéral soit choisi avant de quitter ses fonctions. Les membres du Parti libéral du Yukon devront donc élire une nouvelle personne à la tête de leur parti le 28 janvier prochain.

Ranj Pillai est député de la circonscription de Porter Creek sud et ministre du Développement économique, du Tourisme et de la Culture. Il a annoncé, le 25 novembre dernier, sa candidature à la succession de Sandy Silver à la tête du Parti libéral du Yukon.

Photo : Laurie Trottier

M. Silver restera cependant député de sa circonscription, à savoir celle du Klondike, jusqu’aux prochaines élections générales.

Les membres du Parti libéral du Yukon ont jusqu’au 7 janvier pour soumettre leur candidature. Au moment d’écrire ces lignes, seul Ranj Pillai, l’actuel ministre du Développement économique, du Tourisme et de la Culture a annoncé qu’il briguait la chefferie du Parti libéral du Yukon. La personne qui se retrouvera à sa tête, et qui deviendra donc le nouveau premier ou première ministre du Yukon, sera élue par les membres du parti. En ce moment, une centaine de personnes détiennent leur carte de membre, selon Paolo Gallina, porte-parole du Parti libéral du Yukon.

La première étape est de choisir le nouveau chef du Parti libéral. Cela fait, le gouvernement travaillera à la transition entre Sandy Silver et la nouvelle personne élue, explique Paolo Gallina.

Par voie de communiqué, Currie Dixon, leader du Parti du Yukon et chef de l’opposition officielle, a exhorté le gouvernement du Yukon à établir « des règles claires pour les ministres en exercice qui brigueront la tête du parti, afin de s’assurer que leurs positions et les ressources gouvernementales ne sont pas utilisées à mauvais escient ni pour faire campagne ».

Incertitude pour le NPD

À la suite des élections de 2021, le NPD et le Parti libéral du Yukon ont conclu une entente de collaboration, fondée sur le principe de « bonne foi et aucune surprise ». Le NPD a accepté de voter en faveur des budgets proposés par les libéraux et de ne pas appuyer tout vote de confiance susceptible de faire tomber le gouvernement. En échange, les libéraux se sont engagés à inclure plusieurs éléments de la plateforme néodémocrate à leur agenda de 2022. Le plan pour des soins dentaires publics au Yukon en est un exemple, ainsi que le gel des loyers, qui, pour l’instant, est en vigueur jusqu’à la fin de l’entente. Celle-ci arrive à échéance le 31 janvier 2023.

La cheffe du Nouveau Parti démocratique du Yukon, Kate White, affirme avoir de nombreuses idées quant à un renouvellement potentiel de l’entente de collaboration avec le gouvernement libéral. L’Assemblée législative du Yukon compte présentement trois membres néodémocrates.

Photo : Laurie Trottier

La cheffe du NPD du Yukon, Kate White, ne sait toujours pas ce qu’il adviendra de l’entente en février prochain. « Le Parti libéral est favorable à l’idée de poursuivre les pourparlers avec le NPD. Au-delà de cela, ce sera le nouveau premier ministre qui aura à déterminer si [l’entente] est a) négociée et b) prolongée », souligne Paolo Gallina.

Kate White n’est pas contre le renouvellement d’une entente et croit que cette collaboration a permis de faire avancer certaines des solutions que son parti proposait. « Par contre, dans plusieurs cas, les libéraux n’ont fait que le strict minimum », souligne-t-elle. « Ils ont fait passer le gel des loyers, mais n’ont rien ajouté concernant les évictions sans motif. »

Selon Kate White, ces ententes de collaboration sont un pas de plus vers une démocratie plus égalitaire : « Je crois aussi que ce que nous sommes en train de vivre, c’est [ce à quoi] la démocratie devrait ressembler. Ce n’est pas un parti majoritaire qui peut prendre toutes les décisions sans avoir le soutien de l’assemblée ».

La prochaine séance de l’Assemblée législative du Yukon débutera la première semaine de mars.

IJL – Réseau.Presse L’Aurore boréale

LECTURE SIMPLE

Démission du premier ministre du territoire

 

Quand un premier ministre démissionne… que se passe-t-il?

Sandy Silver, le premier ministre du Yukon, représente le Parti libéral du territoire. Il a annoncé sa démission en septembre, mais a décidé de rester en poste jusqu’à ce qu’il soit remplacé.

Qui peut le remplacer?

La personne qui remplacera Sandy Silver doit être membre du Parti libéral du Yukon. Pour devenir membre, il faut remplir certains critères, comme être âgé.e de 14 ans ou plus et détenir la citoyenneté canadienne.

Ensuite, il faut présenter sa candidature avant le 7 janvier prochain. En ce moment, seul Ranj Pillai a déposé sa candidature. Ranj Pillai est présentement ministre du Développement économique, du Tourisme et de la Culture.

Qui peut voter?

Les personnes qui peuvent voter pour désigner la prochaine personne à la tête du gouvernement libéral sont les membres du Parti libéral. Si Ranj Pillai est le seul candidat à s’être présenté, il sera élu par acclamation : il n’y aura pas besoin de voter. Les élections auront lieu le 28 janvier prochain. Et lorsque la session de printemps de l’Assemblée législative – là ou siègent les 19 député.e.s élu.e.s du Yukon – débutera, nous aurons une nouvelle personne à la tête du gouvernement!