le Jeudi 2 février 2023
le Jeudi 8 Décembre 2022 7:59 Éducation et jeunesse

Reprise des événements jeunesse

Les membres du comité Jeunesse Franco-Yukon ont participé au Forum jeunesse pancanadien à Ottawa du 24 au 27 novembre. — Photo : fournie
Les membres du comité Jeunesse Franco-Yukon ont participé au Forum jeunesse pancanadien à Ottawa du 24 au 27 novembre.
Photo : fournie
Les rencontres de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF), le Forum jeunesse pancanadien (FJP) ainsi que le parlement franco-canadien du Nord et de l’Ouest (PFCNO) ont repris leurs activités en personne.

Du 24 au 27 novembre, pour la première fois en trois ans, la FJCF a tenu sa rencontre du conseil de direction en personne, à Ottawa. Vincent Bélanger, le nouveau président du comité Jeunesse Franco-Yukon (JeFY) est allé représenter la jeunesse franco-yukonnaise à cette réunion. « C’était l’occasion pour que les différents représentants des provinces puissent se rencontrer, avoir une formation sur comment bien gérer la FJCF et comment bien appliquer la gouvernance », explique-t-il.

Forum jeunesse pancanadien

Pour des raisons financières, la FJCF a pris la décision cette année de coller sa rencontre de direction à celle du Forum jeunesse pancanadien (FJP), qui s’est donc tenue plus tard au cours de la même semaine. Le FJP est un évènement récurrent de la FJCF qui a lieu tous les deux ans. C’est l’occasion pour plusieurs jeunes à travers le Canada de se rencontrer pour échanger sur différents sujets concernant la francophonie. « Postpandémie : réimaginez le Canada par et pour les jeunes » était la thématique traitée lors de l’édition de cette année. Plusieurs membres du comité JeFY ont participé au Forum, qui s’est en grande partie déroulé sous forme de discussions ouvertes.

Photo : fournie

« La première journée, on est allé au Sénat et on a eu une discussion avec un sénateur et deux sénatrices », raconte Victor Tölgyesi, participant au FJP et membre de JeFY. « On a parlé d’environnement un peu, on a parlé du futur et de beaucoup de sujets concernant la jeunesse francophone et l’insécurité linguistique », précise-t-il.

« Après cette discussion-là, on n’était pas au Sénat très longtemps. On est allé au MIFO [Mouvement d’implication francophone d’Orléans], qui est un centre francophone en Ontario, et on a eu des discussions avec d’autres [jeunes] francophones », développe Victor Tölgyesi. Les jeunes ont alors suivi une formation sur ce qu’est un Forum ouvert avant d’être amenés à participer à une telle activité.

« On était dans une grande salle avec une dizaine de tables. Chaque personne pouvait s’avancer et proposer une thématique de discussion pour sa table. On devait prendre des notes et […] on essayait le lendemain de continuer les discussions, d’arriver à des conclusions, des moyens d’agir, etc. », détaille Vincent Bélanger. « Plusieurs thématiques ont été débattues, entre autres l’insécurité linguistique, la vérité-réconciliation, la santé mentale […] ou comment soutenir les arts en français, et en règle générale comment est-ce que les jeunes peuvent agir en politique », précise le président du groupe des jeunes francophones du Yukon.

Parlement franco-canadien du Nord et de l’Ouest

Plus tôt en novembre, le PFCNO, un parlement jeunesse annuel, a également repris ses activités en personne à Victoria pour sa 31e édition. « Il y avait trois projets de loi et on devait les débattre en chambre en suivant les procédures parlementaires. C’était à la fois pour débattre, mais c’était aussi pour apprendre comment ça marche un parlement, c’est quoi les formules de politesse qu’il faut utiliser… », partage Vincent Bélanger. Les jeunes ont eu l’opportunité de faire des rencontres et de créer des liens à travers leur expérience enrichissante. « J’ai vraiment eu beaucoup de plaisir, j’ai rencontré beaucoup de nouvelles personnes », se réjouit Victor Tölgyesi.

Ce fut une fin d’année très mouvementée pour la jeunesse franco-yukonnaise, qui n’arrête pas de rayonner à travers ses projets.