le Dimanche 4 Décembre 2022
le Jeudi 24 novembre 2022 5:00 | mis à jour le 30 novembre 2022 14:19 Culture

Une formation musicale offerte aux francophones

Romain Fitoussi, Lorène Charmetant, Brigitte Desjardins et Mathieu Gingras lors de la dernière soirée de la résidence de professionnalisation musicale.  — Photo : Camille Boyer
Romain Fitoussi, Lorène Charmetant, Brigitte Desjardins et Mathieu Gingras lors de la dernière soirée de la résidence de professionnalisation musicale.
Photo : Camille Boyer
Du 7 au 10 novembre derniers, une résidence de professionnalisation musicale en français s’est tenue pour la toute première fois au Yukon, en soirée, au Centre de la francophonie. C’était l’occasion pour trois artistes émergents de participer à un programme de mentorat et de recevoir les judicieux conseils de Romain Fitoussi, de Lorène Charmetant et d’Olivier de Colombel, musiciennes et musiciens de profession.

L’objectif de la résidence était de préparer les artistes émergents – Mathieu Gingras, Amélie Kenny-Robichaud et Florian Boulais – en vue de leur performance musicale à Onde de choc, le 18 novembre.

Certains d’entre eux auraient aimé que le mentorat se poursuive au-delà de ce spectacle. Lorène Charmetant et Romain Fitoussi ont exprimé l’envie de rencontres à plus long terme et un peu plus éloignées dans le temps. « Il est difficile d’améliorer de façon drastique la technique d’un musicien en seulement quatre soirées », affirme Romain Fitoussi, formateur originaire de France, bien que certains artistes ont remarqué une amélioration radicale dans certains domaines.

La résidence était organisée par Brigitte Desjardins. Elle a offert au groupe un accueil et une ambiance d’apprentissage chaleureuse.

Des nouvelles connaissances

Amélie Kenny-Robichaud est une musicienne autodidacte émergente, connue sous le nom de scène Anneky. Pour elle, le Yukon étant l’hôte d’une culture musicale francophone vibrante, ce genre de formation est pertinent. « J’ai énormément appris de la résidence musicale », avoue-t-elle.

Elle ajoute que l’équipe de formation a su lui fournir un bagage théorique, qui représente des connaissances très utiles pour une artiste n’ayant pas de formation professionnelle. « Ça a été très déstabilisant comme expérience, mais tellement enrichissant! », partage la jeune artiste.

Les cours de guitare offerts par Romain Fitoussi lui ont permis de s’améliorer et de gagner en confiance sur son instrument, et ce, dès les premières rencontres. Elle a aussi appris à utiliser un outil technologique grâce à Olivier de Colombel : « Olivier nous a aussi présenté le logiciel iReal Pro, qui va être un super outil pour le futur. »

Amélie Kenny-Robichaud évoque également le désir de poursuivre des cours de musique avec Lorène Charmetant. L’expertise diversifiée, mais complémentaire de l’instructrice et des instructeurs s’est avérée des plus pertinentes.

Évoluer en tant qu’artiste

Florian Boulais, un autre des artistes émergents ayant participé à la formation, mentionne qu’il a été enrichissant de pouvoir travailler et partager avec d’autres musiciens : « Ce genre d’expérience permet vraiment d’évoluer en tant qu’artiste », soutient-il.

C’est d’ailleurs l’idée qu’en a Romain Fitoussi. « Ce genre d’expérience avec d’autres artistes permet un échange intéressant », affirme le guitariste et saxophoniste. Il ajoute que « la participation de plusieurs autres musiciens aurait vraiment été bénéfique à l’évolution générale du groupe ».