le Vendredi 3 février 2023
le Jeudi 27 octobre 2022 5:04 | mis à jour le 4 janvier 2023 16:40 Société

Immigration francophone : entre traditions et avenir

  Photo : Maryne Dumaine
Photo : Maryne Dumaine
Du 6 au 12 novembre prochains aura lieu la 10e édition de la Semaine nationale de l’immigration francophone, l’occasion de se pencher sur les initiatives mises en place en immigration au sein de la communauté franco-yukonnaise.

La Semaine nationale de l’immigration francophone (SNIF) est « l’occasion de rassembler les francophones quelles que soient leurs origines et de favoriser les échanges », explique le site Web de la campagne. Elle comprend chaque année une centaine d’activités, un peu partout au pays. L’objectif : favoriser les échanges. Au Yukon, la programmation est coordonnée par Diana Romero, agente de projets en immigration pour l’Association franco-yukonnaise (AFY).

L’immigration et l’intégration, au coeur des préoccupations

Tous les organismes franco-yukonnais se sont réunis au début du mois d’octobre afin de faire le point sur les accomplissements reliés à l’accueil des personnes immigrantes.

Lors de cette rencontre régulière du Réseau en immigration francophone du Yukon (RIFY), chaque organisme a pu démontrer à quel point le nouvel axe « inclusion et diversité » du plan stratégique communautaire était important.

L’AFY a ouvert le bal en mentionnant deux activités récemment coordonnées en partenariat avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) dans le cadre du projet « Communauté accueillante » : la création de balados et de capsules vidéo mettant de l’avant des personnes immigrantes.

« L’idée est de démontrer pourquoi ces personnes ont choisi cette communauté d’accueil et de présenter leur parcours », explique la coordonnatrice de la SNIF au Yukon, Diana Romero. Le résultat devrait être disponible pour le public au mois de mars prochain.

Du côté de la santé, les projets vont aussi bon train : un symposium sur les services de santé pour les personnes immigrantes verra le jour en février prochain et le Partenariat communauté en santé (PCS) prévoit y envoyer une délégation. Les services d’interprétation en santé sont également très utilisés, affirme Sandra St-Laurent, directrice de l’organisme. S’ils sont accessibles à tous et toutes, lorsque quelqu’un arrive de l’international, ce service devient parfois indispensable afin de comprendre et naviguer le système de santé du Yukon.

La Garderie du petit cheval blanc a recruté cette année encore de nombreuses personnes à l’international. Jocelyne Isabelle, directrice de la garderie, voit cela d’un bon œil, mais souligne les défis qui sont associés à cette nouvelle réalité : les différentes cultures représentées dans son équipe nécessitent plus d’effort au niveau de l’intégration du personnel. Ravie, elle annonce d’ailleurs la préparation d’une activité de pêche sur glace, réservée à son personnel, dans le but de faire découvrir à l’ensemble de l’équipe une activité typiquement yukonnaise.

Les Essentielles, l’organisme de représentation des femmes francophones du Yukon, a contribué à une étude réalisée par l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne (AFFC). Cette étude portait sur les besoins spécifiques des femmes immigrantes francophones dans les communautés francophones en situation minoritaire (CFSM) de quatre provinces et un territoire du Canada : Colombie-Britannique, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Ontario et Yukon.

Il s’agissait d’établir des liens entre les besoins des femmes immigrantes et les capacités des services d’établissement à les combler. Laurence Rivard, directrice des Essentielles, suit présentement une formation visant à lui permettre de former les autres organismes de la communauté par rapport aux résultats de cette étude.

Une semaine entre traditions et avenir

« Célébrons les traditions des personnes francophones et francophiles, immigrantes, réfugiées et canadiennes », tel est le message véhiculé par la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) pour cette 10e édition.

« Découvrons les traditions autochtones pour continuer les activités de réconciliations, aller plus loin dans notre démarche de reconnaissance pour bâtir un avenir meilleur pour tous. Réunissons-nous auprès de ces traditions, apprécions ces différences culturelles, puis construisons ensemble, réfléchissons à demain, à un avenir profitable pour tous nos enfants », peut-on lire sur le site Web de la SNIF.

Ce thème résonne beaucoup chez Diana Romero. « Quand on arrive dans un pays, j’ai l’impression qu’on se rattache encore plus à nos traditions, celles qu’on a apprises dans notre pays, celles qu’on pratiquait », affirme-t-elle, elle-même immigrante d’origine mexicaine.

« Ces traditions que j’ai apprises, c’est la seule chose qu’il me reste de mon pays, mais il faut aussi s’adapter aux traditions de la nouvelle place où on vit, poursuit-elle. Je pense que les personnes immigrantes sont l’amalgame entre les traditions et l’avenir. On a nos traditions, mais on vient bâtir une nouvelle vie dans un nouvel endroit et on regarde vers l’avenir. »

Au menu cette année

La SNIF sera inaugurée le 4 novembre prochain lors d’un café-rencontre, sur le thème « Nos traditions et notre avenir ».

Comme l’an dernier, la garderie prévoit une activité 5 à 7 pour son personnel. Le PCS proposera cette année encore des ateliers de « cuisine du monde » en format virtuel : une trousse et une carte cadeau seront offertes pour l’épicerie.

Le personnel du CSSC Mercier a prévu un petit déjeuner autour de l’immigration francophone le 8 novembre prochain.

Au moment d’écrire ces lignes, la programmation n’était pas encore finalisée. Diana Romero indique cependant que toutes les activités seront répertoriées sur le site Internet de la SNIF : semaine.immigrationfrancophone.ca/edition-2022/. De même, les activités yukonnaises seront répertoriées sur le site Web de l’AFY.

IJL – Réseau.Presse – L’Aurore boréale