le Jeudi 2 février 2023
le Jeudi 27 octobre 2022 5:03 | mis à jour le 28 novembre 2022 11:49 Art et culture

Du Yukon aux podiums de Paris

Photo : Kaska Dena Design’s
Photo : Kaska Dena Design’s

La créatrice de mode Natasha Peters, originaire de la Première Nation de Ross River au Yukon, se trouvait à Paris le 1er octobre. Elle y présentait une collection lors d’un défilé de la semaine de la mode autochtone, sous le nom de Kaska Dena Design’s. Ses créations, dont le style est à la fois traditionnel, contemporain et moderne, forment une collection tout à fait unique.

Photo : Kaska Dena Design’s

 

Lors de cet événement, qui a eu lieu à l’hôtel Normandy, la designer a présenté 20 tenues portées par 15 mannequins, dont la plupart sont originaires du Canada et des États-Unis. Natasha Peters utilise différents types de fourrures et des peaux tannées de façon traditionnelle. Elle collecte elle-même ces différents matériaux, y compris les piquants de porc-épic qu’elle intègre dans les colliers et les boucles d’oreille perlées qu’elle conçoit.

Présenter sa collection à Paris, l’une des capitales de la mode, était un objectif et un rêve de longue date pour la créatrice, qui était aussi présente à New York le 10 septembre 2022, dans le cadre de la Semaine de la mode autochtone.

Le tissu des grands-mères

Depuis les deux dernières années, Natasha Peters aime beaucoup créer des tenues avec le tissu des grands-mères. Tissu au motif floral, il est surtout porté par les grands-mères des collectivités autochtones à travers tout le pays depuis la dernière moitié du XIXe siècle. Importé par les populations d’Ukraine immigrées dans la région des Prairies en Alberta, ce tissu a vite été adopté par les différentes collectivités autochtones et se trouve aujourd’hui à travers le pays. Symbole des Aînées, ce tissu inspire un lien très fort à Natasha Peters et lui rappelle ses grands-parents décédés.

« Ma dernière grand-mère, Mary Charlie, qui avait une collection de foulards et avec qui j’avais une relation proche, est décédée il y a deux ans. En utilisant ce tissu, je me sens connectée à mes grands-parents et c’est ma façon de me sentir proche d’eux. Ils ne sont plus là, mais il me reste les histoires et le foulard que je transmettrai aussi à ma fille plus tard », a-t-elle expliqué lors d’une entrevue.

Intégré à des vêtements plus urbains comme une veste en jean ou une robe de soirée, ce tissu floral tient une place importante dans la collection de Natasha Peter, qu’elle décrit comme issue du mouvement de la slow fashion. Ce mouvement issu de l’industrie de la mode préconise une fabrication lente et respectueuse de l’environnement, en opposition à la fast fashion qui produit en masse des vêtements de mauvaise qualité.

 

Photo : Kaska Dena Design’s

 

Une collaboration des cinq médias francophones des trois territoires canadiens : les journaux L’Aquilon, L’Aurore boréale et Le Nunavoix, ainsi que les radios CFRT et Radio Taïga