le Dimanche 4 Décembre 2022
le Jeudi 29 septembre 2022 5:02 | mis à jour le 28 novembre 2022 12:02 Société

Plein feu sur les statistiques et les langues autochtones

Pour les familles autochtones, « les grands-parents jouent souvent un rôle important
dans l’éducation des enfants ainsi que dans la transmission des valeurs, des traditions et des connaissances culturelles aux jeunes générations », indique le rapport de Statistique Canada. « En 2021, 14,2 % des enfants autochtones vivaient avec au moins un de leurs grands-parents, comparativement à 8,9 % des enfants non autochtones. » Photo : Archives AB.
Pour les familles autochtones, « les grands-parents jouent souvent un rôle important dans l’éducation des enfants ainsi que dans la transmission des valeurs, des traditions et des connaissances culturelles aux jeunes générations », indique le rapport de Statistique Canada. « En 2021, 14,2 % des enfants autochtones vivaient avec au moins un de leurs grands-parents, comparativement à 8,9 % des enfants non autochtones. » Photo : Archives AB.

Pour écouter l’article, lu par Patrica Brennan :

https://soundcloud.com/lauroreboreale/plein-feu-sur-les-statistiques-et-les-langues-autochtones-lu-par-patricia-brennan?utm_source=clipboard&utm_medium=text&utm_campaign=social_sharing

 

Maryne Dumaine

À l’aube de la Décennie internationale des langues autochtones (2022 – 2032), le recensement canadien de 2021 fournit des chiffres éloquents qui démontrent que la population autochtone augmente au Canada. Les statistiques, pourtant, soulignent aussi les défis que connaissent les nombreuses langues autochtones, plus vieilles que le Canada lui-même.

Pour les familles autochtones, « les grands-parents jouent souvent un rôle important dans l’éducation des enfants ainsi que dans la transmission des valeurs, des traditions et des connaissances culturelles aux jeunes générations », indique le rapport de Statistique Canada. « En 2021, 14,2 % des enfants autochtones vivaient avec au moins un de leurs grands-parents, comparativement à 8,9 % des enfants non autochtones. » Photo : Archives AB.

 

Selon les chiffres publiés la semaine passée, le recensement de 2021 indique que 1,8 million d’Autochtones (dont plus d’un million de personnes des Premières Nations) vivent au Canada. Cela représente 5,0 % de la population totale du pays. Ce chiffre légèrement en hausse comparativement au 4,9 % de 2016, cache en réalité une hausse de plus de 9 % de la population autochtone.

Au sein de ces communautés, plus de 70 langues sont parlées.

 

À lire aussi : Un projet yukonnais pour l’Année internationale des langues autochtones.

 

Le rôle essentiel des langues

« Les langues jouent un rôle essentiel dans la vie quotidienne des individus, non seulement en tant qu’outil de communication, d’éducation, d’intégration sociale et de développement, mais également comme gardiennes de l’identité et de l’histoire culturelles, des traditions et souvenirs propres à chacun. » Tel était le message véhiculé lors de l’Année internationale des langues autochtones, en 2019.

« Pourtant, malgré leur valeur inestimable, les langues du monde entier continuent de disparaître à un rythme alarmant », s’inquiétait alors l’organisation. De ce constat a résulté la volonté de mettre en place une Décennie, à l’échelle internationale et gérée par les Nations Unies, afin de préserver, maintenir et revitaliser les langues autochtones.

« La population autochtone du Canada est l’une des plus importantes parmi les pays qui ont une histoire coloniale semblable », indique le rapport de Statistique Canada, publié le 21 septembre dernier.

Si l’agence publique réitère les défis liés au dénombrement, tels que la pandémie et les feux de forêt, le rapport mentionne toutefois que ce recensement serait « la source la plus fiable de données communautaires sur la population autochtone du Canada ».

Des langues en déclin au Canada

En 2021, environ 189 000 personnes au Canada ont déclaré avoir au moins une langue maternelle autochtone et environ 183 000 ont déclaré parler une langue autochtone à la maison au moins régulièrement.

Au pays, plus de 237 000 Autochtones pouvaient tenir une conversation dans une langue autochtone. Cependant, le rapport indique que le nombre de personnes qui ont une de ces langues comme langue maternelle a diminué.

Les langues cries et l’inuktitut sont les principales langues autochtones parlées au Canada. « Parmi les personnes dont la langue maternelle est autochtone, quatre sur cinq (78,2 %) parlaient cette langue au moins régulièrement à la maison », indique le rapport sur les langues, publié en août dernier.

 

À lire aussi : Une course contre la montre pour apprendre les langues autochtones.

 

Les langues autochtones au Yukon

Le Yukon ne compte que 0,7 % des Premières Nations du pays, mais cela représente plus de 22 % de la population yukonnaise, soit plus de une personne sur cinq. Il s’agit de 8 810 personnes (en 2021), soit une augmentation par rapport à 2016 qui comptait 8 195 autochtones yukonnais·e·s.

Au territoire, ce n’est pas une seule langue autochtone, mais trois, qui prédominent. À savoir les langues tutchones, le kaska et le gwich’in. D’autres langues autochtones existent aussi au Yukon : le Hän, l’Inuvialut, parlé dans le nord du territoire et des Territoires du Nord-Ouest, le haut tanana ainsi que la langue des peuples tagish, situés dans la région des lacs du Sud.

Au Yukon, cependant, les chiffres linguistiques ne sont pas brillants.

Si 23 000 personnes indiquaient avoir une langue maternelle autochtone au Nunavut en 2021, au Yukon, le recensement n’indique qu’une poignée de 505 personnes pour cette catégorie. 380 personnes indiquent cependant parler une autre langue autochtone régulièrement dans leur foyer.

Un total de 815 personnes indique connaître une langue autochtone (sans pour autant la parler au sein du foyer) au Yukon.

Une population plus jeune que le reste du Canada

Toujours selon le rapport du 21 septembre, la population autochtone est beaucoup plus jeune que la population non autochtone.

Cette nouvelle génération est d’ailleurs une des cibles des programmes de revitalisation des langues, au pays. L’agence indique qu’entre 2016 et 2021, le nombre des enfants âgés de huit ans ou moins qui peuvent parler une langue autochtone est passé de 11 715 à 28 755.

Au Yukon, c’est le tutchone du Sud qui prédomine parmi les langues maternelles autochtones des enfants de moins de 14 ans.

Priorité à l’éducation

Au Yukon comme au Canada, plus de personnes ont déclaré pouvoir parler une langue autochtone que celles qui déclarent en avoir une comme langue maternelle. Le nombre de personnes qui ont indiqué avoir une langue autochtone comme seconde langue a, quant à lui, augmenté. Ce résultat sous-entend que les gens apprennent de plus en plus des langues autochtones.

L’origine de cette volonté d’éducation pourrait provenir du désir de revitalisation des langues par les personnes survivantes des pensionnats : redonner aux jeunes l’accessibilité à leurs langues, qui ont été interdites pendant plusieurs générations.

Le grand public sera aussi invité prochainement au Centre culturel des Kwanlin Dün pour découvrir et en apprendre plus au sujet des langues autochtones du Yukon. Cette Conférence sur les langues, organisée par le Yukon Native Language Centre, propose de s’informer au sujet des initiatives linguistiques actuelles des Premières Nations du Yukon et offrira l’occasion de réseauter avec des « champions et championnes » des langues autochtones. L’événement aura lieu les 4 et 5 octobre prochain. L’inscription se fait en ligne à travers la page Facebook du Yukon Native Language Centre.