le Dimanche 4 Décembre 2022
le Jeudi 29 septembre 2022 5:00 | mis à jour le 28 novembre 2022 12:19 Scène locale

Le doute plane sur le cours Yukon First Nations 101 en français

L’AFY travaille également à ce que davantage de formations non créditées – de la formation continue ou de développement professionnel – soient offertes dans la langue de Molière à l’Université du Yukon. Photo : Laurie Trottier.
L’AFY travaille également à ce que davantage de formations non créditées – de la formation continue ou de développement professionnel – soient offertes dans la langue de Molière à l’Université du Yukon. Photo : Laurie Trottier.

La population yukonnaise souhaitant avoir accès en français au cours Yukon First Nations 101 de l’Université du Yukon devra s’armer de patience : d’autres délais sont à prévoir et aucune date n’est annoncée.

L’AFY travaille également à ce que davantage de formations non créditées – de la formation continue ou de développement professionnel – soient offertes dans la langue de Molière à l’Université du Yukon. Photo : Laurie Trottier.

 

« Présentement, on pensait être en mesure de l’offrir en automne 2022, mais malheureusement il y a un délai de livraison, encore une fois. On ne sait pas à quel moment le cours va être disponible en français », affirme Stéphanie Bourret, directrice de la Formation à l’Association franco- yukonnaise (AFY).

L’idée d’offrir le cours de Yukon First Nations 101 en français est née d’une initiative conjointe entre l’Université du Yukon, l’AFY et la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY). « Ça fait environ deux ans qu’on travaille en collaboration », affirme Stéphanie Bourret.

L’Université du Yukon n’a pas répondu à nos questions quant aux raisons expliquant ce délai. En ce moment, lorsqu’on contacte le registrariat pour demander des informations quant à l’offre de ce cours en français, il est suggéré de s’inscrire en anglais, faute de date pour la version francophone.

Pourtant, la traduction est prête depuis longtemps. « Aux dernières nouvelles, la traduction est terminée et il y a eu également une révision de la traduction pour qu’aucune information ne soit dénaturée, et pour s’assurer qu’on utilise les bons mots. C’est plus au niveau de l’offre au grand public en tant que tel que ça bloque », estime Stéphanie Bourret.

Plusieurs personnes dans l’attente

Selon la directrice du volet formation, ce cours est attendu par la communauté. « Je dirais qu’aux deux semaines, j’ai des gens de la communauté, autant au niveau des employé·e·s des partenaires communautaires que du public, qui nous contactent à l’AFY pour nous demander quand il va être disponible en français, se désole-t-elle. Ça fait longtemps qu’on travaille là-dessus, donc c’est certain que de voir qu’il y a des délais additionnels, ça amène des frustrations, mais on espère trouver des solutions avec l’université. »

Ce cours fait souvent partie des obligations pour obtenir un poste au sein du gouvernement du Yukon, de l’Université du Yukon, du Conseil des Premières Nations du Yukon et de différentes organisations. À la CSFY, le cours devrait être offert d’ici peu pour les membres du personnel.

Composé de cinq modules, le cours est entièrement en ligne et les gens peuvent suivre les leçons à leur rythme. Il vise à partager les valeurs et la culture des Premières Nations du territoire et à éduquer les gens sur la façon d’échanger respectueusement avec les communautés et les individus.

Au cœur du protocole d’entente

En 2019, l’AFY et l’Université du Yukon (le Collège du Yukon, à l’époque) avaient procédé au renouvellement de leur protocole d’entente. Cette entente – toujours en vigueur – vise à promouvoir l’enseignement en français au niveau postsecondaire et à bonifier l’offre conjointe de programmes et de services. « Avec l’Université du Yukon, on a actuellement un plan de travail. Là, je dirais qu’on est à une étape de mise à jour », soutient Stéphanie Bourret.

Questionnée en mars 2021 au sujet des priorités de l’Université du Yukon quant à l’offre de services en français, Erica Bourdon, directrice de département de l’université, avait affirmé qu’offrir un premier cours en français figurait au sommet de sa liste de priorités.

Selon les chiffres du recensement de 2021 effectué par Statistique Canada, 14,2 % de la population yukonnaise serait bilingue (français-anglais), ce qui hisse le territoire en troisième position des endroits comptant la plus grande population francophone au Canada, après le Québec et le Nouveau-Brunswick.