le Mardi 7 février 2023
le Jeudi 29 septembre 2022 4:59 | mis à jour le 4 janvier 2023 18:03 Éducation et jeunesse

2021-2022, une année bien remplie pour la Commission scolaire francophone du Yukon

En juin dernier, la plus grande cohorte de finissants et finissantes a été honorée lors de
la remise des diplômes, au CSSC-Mercier. — Photo : Archives AB
En juin dernier, la plus grande cohorte de finissants et finissantes a été honorée lors de la remise des diplômes, au CSSC-Mercier.
Photo : Archives AB
Le 22 septembre dernier, la Commission scolaire francophone du Yukon (CSFY) tenait son assemblée générale annuelle devant une dizaine de personnes du public. Elle y a dressé le bilan de l’année scolaire 2021-2022, un bilan rempli de réussites.

C’est le président Jean-Sébastien Blais qui a ouvert l’assemblée et accueilli, en personne ou virtuellement, les personnes présentes. André Bourcier, Myriam Bougie et Joanie Maheu représentaient la Direction des services en français du gouvernement du Yukon, Pascal St-Laurent, le ministère de l’Éducation, et Laurence Rivard, l’organisme Les Essentielles. L’honorable Angélique Bernard, commissaire du Yukon, participait également.

Jean-Sébastien Blais a rappelé d’emblée que toutes les actions ont été menées en accord avec le cadre stratégique 2018 – 2023 de la CSFY, dont la mission est d’offrir des programmes de qualité en français langue première afin de développer le plein potentiel de chaque élève et favoriser son engagement citoyen.

À lire aussi : Une école francophone à Dawson pour la prochaine rentrée.

Chiffres records

Lors de l’allocution de la direction générale, Marc Champagne a félicité les directions d’écoles et les membres du personnel pour leur adaptation et leur persévérance face à une deuxième année de fonctionnement en contexte de pandémie, une année encore plus difficile que la première. « Je veux aussi remercier nos élèves et nos parents pour tous leurs efforts et leur soutien durant cette période difficile », a souligné le directeur général.

Marc Champagne notait également que c’était la première année complète de fonctionnement du Centre scolaire secondaire et communautaire Paul-Émile-Mercier (CSSC Mercier). « Nous avions plus de 120 élèves cette année, une augmentation de plus de 40 % par rapport à l’année précédente. De plus, nous avons célébré douze finissants du CSSC Mercier au mois de juin. Ce fut notre plus grande cohorte de finissants jusqu’à ce jour! », a-t-il annoncé avec fierté.

En fin d’assemblée, Jean-Sébastien Blais a nommé les récipiendaires des bourses de cette année. Joséphine Leblanc a remporté la Bourse d’excellence (1 000 $) pour ses résultats scolaires; Isidore Champagne, Noah Connell, Isla Hupé, Orlina Ménard, Maude Molgat, Mike Prokopchuk et Jonathan Racine ont remporté la Bourse des langues officielles (1 000 $); enfin, pour la poursuite de leurs études en français, Joséphine Leblanc, Orlina Ménard, Vincent Ménard, Maude Molgat, Anna Tölgyesi et Marguerite Tölgyesi ont reçu 1 200 $ dans le cadre de la Bourse d’études postsecondaires.

« Six récipiendaires pour la bourse d’études postsecondaires, c’est notre plus grand chiffre à ce jour, remarque Marc Champagne, et ça augmente chaque année. »

La direction générale remarquait également que le CSSC Mercier a accueilli la communauté plusieurs fois pour des activités culturelles et sportives et que la Garderie du petit cheval blanc a utilisé les locaux pour son camp d’été. « Ce centre scolaire et communautaire fut un rêve pendant de nombreuses années. C’est excitant de voir ce rêve se réaliser », a déclaré Marc Champagne.

Finances saines

Julie Dessureault, secrétaire-trésorière de la CSFY, a présenté les états financiers au 30 juin 2022. Elle a mentionné notamment la bonification de la subvention du gouvernement du Yukon, basée sur le nombre d’écoles francophones et le nombre d’élèves inscrits ainsi que les revenus locatifs des espaces communautaires, de l’ordre de 12 000 $.

« Nous avons une nouvelle source de revenus, mais celle-ci s’accompagne de charges supplémentaires, a nuancé Julie Dessureault, comme des frais de conciergerie et le salaire de la coordonnatrice culturelle et communautaire au CSSC Mercier. »

À la fin de l’exercice financier, l’excédent des produits sur les charges était du même ordre de grandeur que l’année précédente, montrant ainsi une bonne gestion de la part de la CSFY.

Les commissaires ont également décidé de grever des fonds pour des projets particuliers : 100 000 $ ont été immobilisés pour l’aménagement et la rénovation des écoles existantes; et 200 000 $ seront réservés pour l’amélioration et l’expansion des services en français de langue première, comme la nouvelle école de Dawson.

Priorités 2022 2023

La CSFY continuera son investissement dans la mise en place de l’école primaire de français langue première à Dawson. « Nous souhaitons mettre en place une solution innovante, tout en respectant la Première Nation Tr’ondëk Hwëch’in », explique Jean-Sébastien Blais. Pour le moment, Agnès Viger, chargée des relations communautaires à Dawson, propose des activités en français aux familles de Dawson. « L’échéancier demeure incertain, mais nous espérons offrir des services dès la prochaine année scolaire », annonce Marc Champagne.

À lire aussi : Dawson : Rentrée francophone retardée.

À noter également qu’en octobre prochain, la CSFY recevra le 32e congrès annuel de la Fédération nationale des commissions scolaires francophones (FNCSF) du Canada, ce dont se réjouit Jean-Sébastien Blais.

Des nouveaux commissaires à venir

Si les bases sont déjà posées, ce sera à la nouvelle cohorte de commissaires de mener la barque à partir de novembre. Le président Jean-Sébastien Blais remercie d’ailleurs ses homologues et les félicite du travail accompli ces trois dernières années.

Jocelyne Isabelle encourage quiconque à se lancer dans l’aventure. « Je remplis le rôle de commissaire depuis plus de trois ans. C’est beaucoup de travail, mais c’est un vrai cadeau. C’est tellement enrichissant et valorisant de veiller sur nos jeunes Franco-Yukonnais et leur éducation. C’est vraiment une belle expérience », livre-t-elle.

Les élections de cette année seront marquées par une grande nouveauté : le vote en ligne. Ce sera donc la première fois que les personnes des communautés pourront voter pour les commissaires de la CSFY. « Ce sera aussi la première fois que les élections se tiennent avec une autre commission scolaire [la Commission scolaire des Premières Nations] et c’est vraiment excitant », conclut Jean-Sébastien Blais.

IJL – Réseau.Presse – L’Aurore boréale