le Mardi 7 février 2023
le Jeudi 24 mars 2022 4:58 | mis à jour le 28 novembre 2022 13:49 Éditorial

Horizons

Photo : Maryne Dumaine.
Photo : Maryne Dumaine.

Photo : Maryne Dumaine.

 

Ah! le retour du printemps. La lumière qui revient, les températures qui remontent, la neige qui commence à fondre. Ça met les choses en perspective, non?

À en croire le calme qui régnait à Whitehorse lors des deux dernières semaines, la relâche a permis, pour beaucoup, de changer un peu d’horizon. Que ce soit pour aller skier, camper, trapper ou pour revoir famille et amis, cette pause (parfois courte, ou même juste symbolique) a certainement permis de prendre un peu de recul.

Selon le dictionnaire Larousse, l’horizon est une ligne imaginaire circulaire, dont le centre est la personne qui regarde et où le ciel et la terre (ou la mer) semblent se confondre. En d’autres mots, l’horizon, c’est ce que nous voyons, quand on regarde au loin.

L’hiver fut rude pour beaucoup d’entre nous. Il fut même tragique pour certaines familles. Entre les dégâts de la pandémie et des obligations qui en ont découlé, les dépressions saisonnières, la crise des opioïdes et la crise climatique, nous avions toutes et tous besoin de revoir un peu le bleu du ciel, n’est-ce pas?

L’encyclopédie Universalis explique aussi que, par extension, « l’horizon est le paysage embrassé par le regard » et qu’il s’agit donc, au sens figuré, de l’étendue du champ où se déplace notre esprit. En gros, notre horizon, c’est notre environnement, nos routines, nos habitudes et tout ce qui occupe notre esprit, la plupart du temps.

Bien sûr, il y a aussi l’expression « faire un tour d’horizon », qui signifie regarder nos options. Mais là encore, il ne s’agit pas de n’importe lesquelles. Puisque l’horizon est un cercle dont nous sommes le centre, faire un tour d’horizon présente uniquement les options qui nous sont « visibles » depuis l’endroit où nous nous trouvons.

Changer d’horizon, que ce soit au sens propre pour ceux et celles qui ont pu voyager, ou au sens figuré pour les gens qui ont simplement changé d’activité ou fait une petite pause, ici, au Yukon, c’est en fait une bonne façon de relativiser.

De mon côté, j’ai eu la chance pendant cette relâche de garder une maison splendide, beaucoup plus grande et somptueuse que la mienne. Quel changement de regard! Et pourtant, là aussi, j’ai eu une révélation : même dans des maisons ultramodernes, les tiroirs voués aux petites boîtes en plastique pour les lunchs sont en désordre! Comme quoi changer de perspective, ce n’est pas nécessairement effectuer une révolution, mais ça fait parfois un peu de bien à l’âme de savoir qu’ailleurs aussi, on a les mêmes défis.

Si l’horizon signifie notre présence au milieu du monde, faire autre chose ou changer d’environnement, ça nous met face à l’impermanence des choses. « Il ne sert à rien de se battre contre la tempête, il est plus utile de respirer et trouver le calme, car la tempête finira par se calmer », affirme une de ces citations anonymes qui font parfois surface sur les médias sociaux.

C’est vrai que lorsqu’on passe beaucoup de temps sans changer de routine, d’environnement ou d’horizon, il est fréquent de croire que ce qui nous entoure est immuable. Englués dans les noirceurs de l’hiver, nos soucis, nos peines et nos défis ressemblent à des montagnes insurmontables.

Mais changer de point de vue, faire quelques pas de côté ou bien un grand saut ailleurs, ça permet quelquefois de trouver le chemin qui nous permettra de contourner l’obstacle. Ou du moins, peut-être ce nouveau point de vue donnera-t-il un peu plus d’espoir, un meilleur éclairage ou, tout simplement, la vision familière de quelqu’un qui pourrait nous aider à avancer plus loin.

Changer d’horizon, ce n’est pas délaisser les soucis du quotidien ni vivre dans le déni, mais disons que ça remet « certaines pendules à l’heure ».

Et parlant de pendules, la lumière revient et, à elle seule, elle change également notre regard. Désormais, puisque nous ne changeons plus l’heure au Yukon, il est encore plus facile de se rendre compte du changement autour de nous, immuable, certes, mais porteur de nouvelles perspectives