le Lundi 6 février 2023
le Jeudi 19 Décembre 2019 6:28 Actualités

Les parhélies et les piliers de lumière

Photo : Jérôme Bossert (Archives AB)
Photo : Jérôme Bossert (Archives AB)

Le phénomène de parhélie, aussi appelé Sundog, est une manifestation météorologique apparentée aux arcs-en-ciel, dans la catégorie des photométéores.

Photo : Jérôme Bossert (Archives AB)

 

Cet effet d’optique saisissant peut être observé lorsque le soleil se trouve à 22 degrés au-dessus de l’horizon. La réflexion de la lumière sur les cristaux de glace en suspension dans certains nuages agit comme des petits miroirs et peut provoquer la manifestation de halos lumineux de chaque côté du soleil.

Un parhélie complet peut ressembler à trois soleils alignés, mais il arrive qu’un seul halo soit visible. Des arcs-en-ciel apparaissent aussi pour dessiner le contour du « cercle parhélique », ayant pour centre le soleil.

Les parhélies peuvent être aperçus tout au long de l’année, mais surviennent surtout en hiver. Pendant la saison froide, les nuages où se trouvent les cristaux de glace, soient les cirrus et les cirrostratus, se trouvent à plus basse altitude et favorisent l’apparition des parhélies.

Malgré sa beauté, l’apparition du phénomène peut être un signe précurseur de mauvais temps. Des précipitations peuvent être attendues dans les quinze à vingt heures suivant les parhélies, car ils seraient des annonciateurs d’une dépression météorologique.

Les racines étymologiques proviennent du grec « para » et « helios », signifiant respectivement « auprès » et « soleil ».
Photo : Flickr

 

Les piliers de lumière

Les piliers de lumière ressemblent aux parhélies et on les confond souvent avec des activités para- normales. Aperçues dans les régions nordiques du globe, ces colonnes lumineuses sont aussi le résultat d’une réflexion de la lumière par les cristaux de glace. Par contre, les piliers de lumière se produisent lorsque le soleil ou la lune sont bas à l’horizon. De longues traînées blanches, verticales et continues apparaissent généralement au lever et au coucher des astres, lorsque ceux-ci se trouvent à une position de cinq à dix degrés de la ligne l’horizon.