le Jeudi 23 mars 2023
le Lundi 17 octobre 2016 12:57 Art et culture

Chant’Ouest : Sophie Villeneuve déploie ses ailes

Sophie Villeneuve a remporté le concours Chant’Ouest et une participation au Festival de Granby. Photo: Chant d'Ouest
Sophie Villeneuve a remporté le concours Chant’Ouest et une participation au Festival de Granby. Photo: Chant d'Ouest

Olivier de Colombel

Des succès qui s’enchaînent pour la chanteuse-auteure-compositrice Sophie Villeneuve. Après avoir remporté le grand prix du concours Pacifique en chanson à Vancouver en juin dernier, Sophie ajoute une nouvelle victoire à son palmarès. En effet, l’artiste vient de remporter le premier prix de Chant’Ouest 2016.

À la fois concours et spectacle, Chant’Ouest est un tremplin unique permettant aux artistes francophones de l’Ouest et du Nord canadiens de faire leurs débuts dans le monde de l’industrie musicale. « Je ne pensais jamais me rendre là. L’année passée, tu m’aurais dit — tu vas gagner Chant’Ouest et tu vas aller à Granby — je ne t’aurais pas cru », confie la gagnante du concours.

Sophie Villeneuve a remporté le concours Chant’Ouest et une participation au Festival de Granby. Photo: Chant d'Ouest

Sophie Villeneuve a remporté le concours Chant’Ouest et une participation au Festival de Granby. Photo: Chant d’Ouest

Le Chant’Ouest est une collaboration des quatre événements de la relève musicale de l’Ouest : Nouvelle scène (SK), Pacifique en chanson (C.-B), Polyfonik (AB), et les Découvertes manitobaines en chanson (MB). Il s’agit du seul concours de la chanson francophone au Canada à se déplacer annuellement d’une province ou d’un territoire à l’autre.

Un retour triomphant

Sophie Villeneuve est revenue enthousiaste de ce festival-concours et semble avoir appris beaucoup. Elle nous explique plus en détail : « Chant’Ouest s’est très bien passé pour moi, c’était quatre jours de formation avec des professionnels de l’industrie de la musique, des formations très individualisées, ce qui m’a beaucoup plu d’ailleurs. On a travaillé sur nos trois compositions qu’on allait présenter le jeudi soir en spectacle. On a travaillé sur l’interprétation, la voix et le texte pour présenter les chansons, ce sont les trois principaux aspects que l’on a abordés. »

Dans l’ombre de Chant’Ouest, un autre événement très important pour les artistes se déroule, c’est Contact Ouest, LE marché des arts de la scène francophone dans l’Ouest et le Nord canadiens. Il assure une grande visibilité aux artistes à l’échelle du pays et au-delà des frontières canadiennes. Après de longues journées de formation, de 9 h à 18 h, les artistes ont pu, lors de « capsules » de 20 minutes, présenter leur spectacle et le vendre face à des professionnels du métier. « Cela m’a fait rencontrer plein de gens de l’industrie de la musique », explique la chanteuse.

Un tremplin vers des scènes prestigieuses

Chant’Ouest est non seulement l’occasion de créer un réseau professionnel, mais il donne à Sophie Villeneuve l’occasion et les moyens d’enregistrer trois nouveaux titres ici à Whitehorse, sans doute au studio du talentueux Jim Holland. Cette victoire ouvre à la chanteuse les portes du Festival de Granby. Elle nous raconte sa victoire à Chant’Ouest : « Le jour du spectacle, j’étais assez nerveuse, et dès que je suis rentrée sur la scène, le stress a disparu. Je n’ai oublié ni les paroles ni l’interprétation, ça a été à 100 % comme je l’avais imaginé, j’étais très contente de ce que j’ai donné. Et quand j’ai vu que j’avais gagné, j’étais vraiment heureuse », nous confie Sophie Villeneuve. Elle ajoute : « Ça me permet d’aller sur la scène du Festival de Granby l’été prochain, qui est aussi un concours. Tous les grands de la musique au Québec sont passés par là : Pierre Lapointe, Les sœurs Boulay, […] »

Et la cerise sur le gâteau, Sophie Villeneuve a également remporté le prix du public de Chant’Ouest. Quelle route parcourue en moins d’un an! « Je suis vraiment reconnaissante envers Sylvie Painchaud, c’est elle qui m’a découverte l’année passée, et qui m’a encouragée à m’inscrire à Pacifique en chanson. Si ça n’avait pas été de Sylvie, je serais toujours en train de jouer dans mon sous-sol probablement. Elle m’a poussée à dépasser mes limites, et à croire en ma musique. »