le Mardi 7 février 2023
le Jeudi 20 novembre 2014 11:40 Société

Qu’est-ce que la violence faite aux femmes?

Françoise La Roche

La Déclaration de l’Organisation des Nations unies sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes affirme que : « la violence à l’égard des femmes traduit des rapports de force historiquement inégaux entre hommes et femmes, lesquels ont abouti à la domination et à la discrimination exercées par les premiers et freiné la promotion des secondes, et qu’elle compte parmi les principaux mécanismes sociaux auxquels est due la subordination des femmes aux hommes. »

On ne parle pas seulement d’agressions sexualisées. Il s’agit aussi bien de mariages, grossesses ou avortement forcés; mutilations génitales, crimes d’honneur, violence conjugale, traite, prostitution, exploitation, discrimination, commentaires sexistes, harcèlement, sexisme quotidien, privations politiquement tolérées de libertés et droits fondamentaux : tous ces traitements dégradants sont, partout, surtout imposés aux femmes.

Statistiques canadiennes

Au Canada, les femmes autochtones sont le plus souvent victimes de violence que leurs concitoyennes allochtones. Ce constat s’avère tant sur le plan de la violence familiale que des autres formes de violence. Au Canada, plus de 1 186 femmes autochtones sont disparues ou ont été assassinées au cours des 30 dernières années. Proportionnellement, cela représente 30 000 femmes canadiennes, ce qui équivaut à faire disparaître 83 % de la population du Yukon.

Y a-t-il des résultats concrets?
Toutes ces campagnes et manifestations de sensibilisation ont pour but ultime de demander des engagements concrets de la part des gouvernements provincial et fédéral pour éliminer cette triste situation qui perdure malgré les avancées notables des droits des femmes au Québec et au Canada. Qu’en est-il réellement?

Selon Maryne Dumaine, directrice par intérim de l’organisme Les EssentiElles, il est certain que l’on aimerait toujours voir plus de résultats concrets. « Ce qu’on voit, c’est une conscientisation du public de plus en plus grande, une réponse sociale de plus en plus positive. Mais c’est sûr que ça n’a pas changé le fait que les statistiques de violence sont toujours très énormes. Il y a encore une femme sur quatre au Canada qui est victime d’agression sexualisée. Au Yukon, on a toujours un chiffre qui est trois fois plus élevé que dans le reste du Canada. Concrètement, il y a encore du travail à faire. »

Il demeure également qu’une seule agression sexualisée sur dix est rapportée à la police.

Protocole d’entente

La Coalition des groupes de femmes du Yukon travaille actuellement sur un protocole d’entente avec le détachement de la GRC de Whitehorse pour créer un environnement et une interaction plus sécuritaires entre les policiers et les femmes en situation de violence.

Dates à retenir

25 novembre : Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, rappelant que cette violence est un obstacle sur la voie de l’égalité, du développement et de la paix.
6 décembre : Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes
10 décembre : Journée internationale des droits de la personne