le Lundi 30 janvier 2023
le Vendredi 7 novembre 2014 17:48 Art et culture

Le Sommet des arts du Yukon : prise II

Michele Emslie, heureuse de voir la deuxième édition du Sommet des arts du Yukon prendre enfin forme. Photo : Marie-Hélène Comeau.
Michele Emslie, heureuse de voir la deuxième édition du Sommet des arts du Yukon prendre enfin forme. Photo : Marie-Hélène Comeau.

Marie-Hélène Comeau

Une grand-messe sur la diffusion des arts se tiendra au territoire. Diffuseurs et présentateurs se réuniront cet automne lors de la deuxième édition du Sommet des arts au Yukon.

Michele Emslie, heureuse de voir la deuxième édition du Sommet des arts du Yukon prendre enfin forme. Photo : Marie-Hélène Comeau.

Michele Emslie, heureuse de voir la deuxième édition du Sommet des arts du Yukon prendre enfin forme. Photo : Marie-Hélène Comeau.

« On espère que l’événement permettra de tisser des liens créant un réseautage fort pouvant appuyer le secteur des arts au Yukon. Ce sommet, j’en rêve depuis 2006 au moment de la toute première édition », confie Michele Emslie, directrice de la programmation communautaire du Centre des arts du Yukon. « Je suis un témoin privilégié du travail fabuleux qu’on arrive à faire ici au Yukon, et j’aimerais que ce travail soit mieux connu. Le territoire demeure toutefois un endroit isolé des grands centres d’art du sud où nos artistes sont peu connus. Avec les coupes budgétaires qui se multiplient, il devient encore plus difficile de faire connaître l’art yukonnais hors des frontières du territoire, il est donc important d’unir nos forces pour faire face à tous ces défis », souligne-t-elle.

L’événement se déroulera du 20 au 23 novembre au centre-ville de Whitehorse. La programmation comprend trois secteurs principaux, soit le tourisme culturel, la promotion et les infrastructures des arts.

« Nous tenons à aborder les sujets chauds de l’heure qui touchent directement les enjeux du Yukon », explique Michele Emslie. « La situation a changé au territoire en dix ans. On voit de plus en plus de touristes qui choisissent de visiter le Yukon, non pas pour faire exclusivement du plein air, mais également pour assister aux événements artistiques. C’est ce qu’on nomme le tourisme culturel. Il est important qu’on y jette un regard pour appuyer ce domaine », ajoute-t-elle.

Présence franco-yukonnaise

L’Association franco-yukonnaise (AFY) qui assistait à l’événement en 2006 sera de nouveau au rendez-vous. Rappelons que le service Arts et culture de l’AFY offre une diversité d’activités sociales, artistiques et culturelles en français et contribue au soutien des artistes d’expression française.

Il faut dire que bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis sa participation au premier Sommet en 2006. L’AFY a intensifié son rôle de diffuseur pour certains spectacles et agit parfois comme codiffuseur pour certains événements, comme le festival de musique Frostbite ou le Yukon Sourdough RendezVous.

« L’AFY n’était pas considérée en 2006 comme un joueur à part entière sur la scène artistique yukonnaise. On travaillait fort pour se faire reconnaître comme tel et organisions déjà des événements artistiques, des présentations de films et des vernissages, mais nous avions le sentiment que nous n’étions pas au même niveau que les autres organismes dans ce domaine comme le Centre des arts du Yukon, Arts Underground », se souvient Édith Bélanger qui occupait à l’époque le poste de gestionnaire art et culture à l’Association franco-yukonnaise. « Les huit ou neuf dernières années, le service Arts et culture a beaucoup évolué et est maintenant reconnu et apprécié dans le domaine artistique. Ce n’est plus juste l’organisation de soirée de poutine et de la cabane à sucre. On a fait beaucoup de travail », ajoute Édith Bélanger qui participera de nouveau cette année à l’événement, mais cette fois-ci à titre de gestionnaire en développement touristique de l’AFY, afin d’en apprendre plus sur le tourisme culturel.

Virginie Hamel, l’actuelle gestionnaire Art et culture de l’Association franco-yukonnaise sera également sur place, principalement pour solidifier et agrandir le réseautage existant avec les autres organismes yukonnais qui travaillent dans le secteur des arts. « Ce sera une belle occasion de partager nos pratiques et surtout nos bons coups », confie-t-elle.