le Mercredi 8 février 2023
le Lundi 27 octobre 2014 11:18 Société

Décès d’un titan de la presse francophone

André Paquette
Photo : Le Carillon
André Paquette Photo : Le Carillon

Chantal Quirion, Le Carillon – Francopresse

Une figure de proue de la presse communautaire minoritaire de langue française au Canada n’est plus. André Paquette s’est éteint le 20 octobre à l’âge de 86 ans, entouré de sa famille, à Hawkesbury, dans l’Est ontarien.

André Paquette Photo : Le Carillon

André Paquette
Photo : Le Carillon

Bien qu’à la retraite, le fondateur de La Compagnie d’édition André Paquette Inc., éditrice de Le Carillon et de cinq autres journaux de la région a, jusqu’à son dernier souffle, scruté chaque ligne avec la même avidité, appelant encore à l’occasion les journalistes pour les féliciter ou attirer leur attention sur des pistes à explorer.

Il se plaisait d’ailleurs souvent à rappeler comment il avait acquis cette publication en 1948, pour la somme de 1$. Le jeune et enthousiaste journaliste sportif de l’époque allait alors devoir demander l’appui de son père, n’ayant même pas l’âge légal de contracter un tel engagement.

Dès lors, il allait imposer une nouvelle culture dans l’approche publicitaire et ériger les bases du marketing local, pilier encore aujourd’hui de l’édition.

Les fondements financiers devenus plus solides, le nouveau propriétaire allait mener de nombreuses batailles. Longtemps, sa foi catholique profondément enracinée a marqué le contenu éditorial et dicté ses prises de positions. On le connaissait pour son fervent nationalisme et sa fierté envers la nation canadienne-française.

Membre fondateur de l’APF

À travers moult changements technologiques et autant d’investissements audacieux, le journaliste devenu homme d’affaires s’est positionné comme interlocuteur de taille sur l’échiquier des hebdomadaires, non seulement dans la région mais également au pays, jouant un rôle de premier plan dans la création de l’Association de la presse francophone (APF), en 1976. Membre fondateur, il en a assuré la présidence un temps, œuvrant à la vitalité d’une presse communautaire francophone d’un bout à l’autre du Canada.

Déjà, en 1967, André Paquette avait été désigné comme l’un des 10 jeunes hommes les plus remarquables de l’Ontario. Cette contribution au rayonnement de la vitalité communautaire lui a valu aussi d’être admis à l’Ordre du Canada, en 1983. Cette distinction, remise en présence du premier ministre de l’époque Pierre Elliot Trudeau, compte au nombre des moments qu’il a particulièrement chéris.

En 1984, Le Carillon était acclamé par la Canadian Community Newspapers Association comme le meilleur journal de sa catégorie au Canada, autre honneur pour ce grand homme de l’édition dont l’entreprise qu’il a fondée compte aujourd’hui 140 employés.