le Mardi 7 février 2023
le Jeudi 9 octobre 2014 10:08 Art et culture

Le festival du film francophone en version concentrée

1987 sera présenté le 17 octobre dans le cadre du Festival du film francophone. Photo : Film Séville.
1987 sera présenté le 17 octobre dans le cadre du Festival du film francophone. Photo : Film Séville.

Pierre-Luc Lafrance

La 12e édition du Festival du film francophone sera sous le sceau de l’efficacité. Le choix de films a été pensé pour joindre le grand public et les activités ont été reportées sur deux jours (les jeudi et vendredi 16 et 17 octobre) et toute la programmation sera présentée au Centre des arts.

1987 sera présenté le 17 octobre dans le cadre du Festival du film francophone. Photo : Film Séville.

1987 sera présenté le 17 octobre dans le cadre du Festival du film francophone. Photo : Film Séville.

Virginie Hamel, gestionnaire Arts et culture à l’AFY, estime que ce format plus compact permettra à l’organisation d’être plus efficace et de joindre plus de gens. « Avant, cela durait quatre jours. Il y a même eu des éditions plus longues… trop longues. Cette année, on a choisi des films plus grand public que par le passé pour être plus rassembleur. Par contre, je ne fais pas une croix sur les films de différents répertoires qui ont un public plus restreint. » Les organisateurs ont aussi choisi d’éviter de présenter les films lors du week-end, comme c’était le cas lors des éditions précédentes. « À ce temps-ci de l’année, les gens sortent encore beaucoup les fins de semaine, alors on s’est dit que le jeudi et le vendredi seraient de bonnes soirées. »

Rappelons que le Festival avait fait un retour l’an dernier après un arrêt d’un an. Le film Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde était la tête d’affiche de cette programmation.

Une programmation populaire

Virginie Hamel avait la délicate tâche de sélectionner les films qui seront présentés. « C’est sûr que notre priorité est toujours du côté des films canadiens, mais on est aussi intéressé par des films francophones provenant d’autres parties du monde. Mais il faut tenir compte de ce qui est disponible au moment du festival. Une autre priorité dans le choix des films, c’est de savoir si ça va accrocher les gens d’ici. Parce que même si on va chercher un film africain, si ça ne touche pas les gens, on n’est pas plus avancé. » La sélection des films commence au début de l’été. « Je regarde les palmarès, les films qui ont été décorés dans des festivals. Mais je ne veux pas être seule à choisir, alors je demande à mes collègues et je fais des petits sondages maison. »

La première soirée commencera avec une projection de courts-métrages dans le cadre d’un 5 à 7 au Centre des arts avec bouchées et rafraîchissements. À noter qu’on peut assister gratuitement à cette portion du festival. Comme ce fut le cas l’an dernier, ces films ont été choisis à partir d’une compilation du festival Regard sur le court-métrage au Saguenay. La majorité d’entre eux seront sous-titrés en anglais.

Il y aura quatre longs métrages à l’affiche cette année. La petite reine ouvrira le bal le 16 octobre à 19 h. Ce film inspiré par l’histoire de la cycliste Geneviève Jeanson a connu du succès au Québec et ailleurs grâce à sa charge émotive. Cette projection sera suivie à 21 h par le film français Casse-tête chinois de Cédric Klapish. Il s’agit du troisième volet de la série amorcée avec L’Auberge espagnole et Les Poupées russes.

Le lendemain à 19 h, le documentaire Québékoisie sera présenté. Il s’agit d’un film qui traite de la délicate question du sort des Premières nations au Québec. Enfin, à 21 h, les spectateurs pourront voir 1987 de Ricardo Trogi. Cette comédie autobiographique fait suite à 1981 du même réalisateur. On y suit les mésaventures de Ricardo Trogi lors de son arrivée au cégep. Il s’agit du film numéro 1 à la billetterie québécoise en 2014.

À noter que seul 1987 sera présenté uniquement en français, les trois autres titres profiteront d’un sous-titrage en anglais.

Pour le volet scolaire, le film La gang des hors-la-loi sera présenté. Par contre, il n’y aura pas de représentation ouverte au grand public de ce film. On peut se procurer les billets au Centre des arts du Yukon.

Les gens qui voudraient assister au festival peuvent se procurer des laissez-passer pour un (8 $ pour les membres de l’AFY, 10 $ pour les non-membres), deux (14 $ ou 18 $) ou quatre films (26 $ ou 34 $).