le Lundi 6 février 2023
le Jeudi 25 septembre 2014 9:00 Art et culture

Entre Lancieux et Whitehorse : Robert W. Service

Robert W. Service avec sa femme, Germaine Bourgoin, à Lancieux en 1956. Photo : Iris Service-Davies.
Robert W. Service avec sa femme, Germaine Bourgoin, à Lancieux en 1956. Photo : Iris Service-Davies.

Pierre-Luc Lafrance

Le 26 septembre aura lieu la soirée d’amitié Whitehorse-Lancieux, une soirée placée sous le thème du voyage, mais aussi du poète yukonnais Robert W. Service. L’activité se fera dans le cadre d’un 5 à 7 et le tout commencera à l’Hôtel de Ville par le lever du drapeau de Lancieux avant de se diriger vers la gare du tramway à 17 h 30.

Robert W. Service avec sa femme, Germaine Bourgoin, à Lancieux en 1956. Photo : Iris Service-Davies.

Robert W. Service avec sa femme, Germaine Bourgoin, à Lancieux en 1956. Photo : Iris Service-Davies.

« Cette année, nous invitons les gens, l’espace d’une soirée, à voyager dans le temps et dans l’espace pour aller à Lancieux, dans une atmosphère de café français », soutient Olivier de Colombel qui travaille à l’élaboration de cette soirée. « On veut inviter les gens à revisiter les poèmes de l’auteur, surtout Douce maison, un texte écrit sur sa maison à Lancieux. »

L’amour de deux pays

Le choix de mettre Robert W. Service au cœur des célébrations allait de soi. Après tout, l’auteur a aimé autant Lancieux que le Yukon. Si les Yukonnais connaissent bien sa vie et ses œuvres au territoire, ils ont moins entendu parler de son parcours français. Pourtant, il y a passé tout un pan de sa vie, élevant même sa famille en français. C’est d’ailleurs à Lancieux qu’il allait mourir d’une crise cardiaque.

Il a quitté le Yukon en 1912 pour couvrir la guerre des Balkans pour le Toronto Star. À Paris, il a fréquenté le milieu littéraire et intellectuel. C’est en France qu’il a rencontré celle qui allait devenir son épouse, Germaine Bourgoin. Puis alors qu’ils parcouraient la côte bretonne en vélo, le couple à découvert Lancieux et la maison de ses rêves. D’abord appelée Dream Haven pour l’écriture d’un poème, elle est ensuite devenue Sweet Home lors d’une version subséquente. Sa fille l’a traduit par Douce maison, mais on peut bien parler de sa maison de rêve.

Redécouvrir son œuvre

Les organisateurs ont prévu des jeux interactifs pour que les gens puissent créer leur propre poème à partir des mots de Robert W. Service grâce à un système de mots aimantés sur un tableau. Il y aura aussi un volet musical pour recréer l’univers d’un café français.

Deux ou trois personnes guideront les visiteurs jusqu’à la gare du tramway situé sur la rue Front. D’ailleurs, l’espace de la gare sera utilisé dans cette thématique du voyage. On va aussi mettre l’accent sur l’interprétation autour de Lancieux, de Robert W. Service et de son œuvre.

Historique du jumelage

C’est en 2000 que l’Association franco-yukonnaise, sous l’impulsion de Yann Herry, a accepté de piloter un projet entre Lancieux, en France, et le Yukon, deux terres d’adoption du poète du Klondike, Robert W. Service. Pour officialiser le jumelage, une délégation de jeunes Franco-Yukonnais a porté la proclamation en France, puis l’a lue dans les deux langues officielles lors de la cérémonie des signatures. À l’époque, il s’agissait du sixième jumelage entre Whitehorse et une autre ville. Par contre, c’est le premier jumelage communautaire en ce sens où la population est invitée à participer. Par exemple, avec le Japon, il s’agit surtout d’un échange étudiant.