le Lundi 30 janvier 2023
le Mardi 23 septembre 2014 9:29 Scène locale

Le développement de l’Arctique abordé à Whitehorse

Les parlementaires des régions arctiques se sont réunis au Centre Kwanlin Dün pendant trois jours du 9 au 11 septembre. Photo : Pierre-Luc Lafrance.
Les parlementaires des régions arctiques se sont réunis au Centre Kwanlin Dün pendant trois jours du 9 au 11 septembre. Photo : Pierre-Luc Lafrance.

Pierre-Luc Lafrance

La 11e Conférence des parlementaires de la région arctique a eu lieu du 9 au 11 septembre au Centre Kwanlin Dün de Whitehorse. Les huit pays comprenant des zones arctiques (Canada, Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Russie, Suède et États-Unis) étaient représentés par 150 délégués. Si les échanges ont été cordiaux dans l’ensemble, on a pu sentir une certaine tension avec les représentants de la Russie. Cela n’empêche pas que la prochaine édition, en 2016, aura lieu dans ce pays.

Les parlementaires des régions arctiques se sont réunis au Centre Kwanlin Dün pendant trois jours du 9 au 11 septembre. Photo : Pierre-Luc Lafrance.

Les parlementaires des régions arctiques se sont réunis au Centre Kwanlin Dün pendant trois jours du 9 au 11 septembre. Photo : Pierre-Luc Lafrance.

Lors de la cérémonie d’ouverture, les deux coprésidents, le député David Tilson du Canada et la députée Sara Olsvig du Danemark se sont adressés aux invités, tout comme le sénateur Daniel Lang, le député du Yukon Ryan Leef et le premier ministre du territoire Darrell Pasloski. La ministre responsable du Conseil de l’Arctique pour le Canada, Leona Aglukkaq devait prononcer un discours-thème lors de cette première journée, mais elle a finalement dû déclarer forfait.

Pour David Tilson, il s’agit d’une conférence très importante, car il s’agit « du seul forum qui appuie la coopération intergouvernementale ». Il a d’ailleurs rappelé que le Canada était l’hôte de l’événement pour la deuxième fois depuis sa création en 1993. L’édition de 1996 a eu lieu à Yellowknife. Daniel Lang allait dans le même sens en affirmant que la Conférence allait permettre d’aborder des questions qui ont un effet direct sur les gens du nord, dont l’épineux problème de la souveraineté nationale et régionale. « Il faut mettre de l’avant ce que nous avons en commun et non ce qui nous divise », a-t-il conclu.

Ryan Leef a noté que le moment de la tenue de l’événement tombait bien puisque Stephen Harper venait d’annoncer la découverte d’un des bateaux qui a disparu lors de l’expédition de Franklin en 1846. La nouvelle a été relayée dans tous les quotidiens du pays. D’ailleurs, selon le premier ministre, cette expédition a jeté les bases de la souveraineté du Canada dans l’Arctique. « On peut voir l’histoire s’écrire sous nos yeux », a renchéri Ryan Leef.

Au terme des rencontres, 46 points ont été adoptés concernant le développement d’infrastructures communes, le modèle de gouvernance, le développement de l’économie et les enjeux environnementaux. Cela rejoint les propos tenus par Darrell Pasloski lors de la rencontre d’ouverture. « Nous sommes ici, car nous avons des intérêts communs, nous avons des enjeux communs et nous veillons au bien-être de nos populations. On veut un Nord avec des fondements durables, un Nord dynamique qui respecte l’environnement. » De plus, un nouveau président a été élu le 10 septembre. Il s’agit d’Eirik Sivertsen, un représentant de la Norvège.