le Mardi 7 février 2023
le Jeudi 28 août 2014 9:21 Société

Un programme à distance en soins de santé

Colette Barabé, coordonnatrice de la formation en santé au Collège Éducacentre. Photo : fournie.
Colette Barabé, coordonnatrice de la formation en santé au Collège Éducacentre. Photo : fournie.

Pierre-Luc Lafrance

Le Collège Éducacentre offre un programme en santé à distance qui pourrait intéresser des francophones du Yukon, soit le programme « Préposé aux soins de santé ». Il s’agit d’une version retravaillée du programme « Services de soins personnels ». Comme la programmation a été revue de fond en comble, nous avons rencontré la coordonnatrice de la formation en santé au Collège Éducacentre, Colette Barabé, pour qu’elle nous en parle.

Colette Barabé, coordonnatrice de la formation en santé au Collège Éducacentre. Photo : fournie.

Colette Barabé, coordonnatrice de la formation en santé au Collège Éducacentre. Photo : fournie.

Le Collège a été créé en 1992 et il est le seul collège francophone en Colombie-Britannique, toutefois la clientèle va au-delà de cette province. « Comme la plupart des programmes sont offerts à distance, il y a des étudiants de différents endroits. » Le Collège offre des formations en santé, en administration, en éducation et en langue. Il y offre également de la formation de base et continue ainsi que plusieurs services aux étudiants sur place.

« Le programme “Préposé aux soins de santé” a été revu en fonction du curriculum de la province, le BC Health Care Program. Il y a neuf cours au total, dont un cours de laboratoire qui est offert sur place. Il y a aussi trois stages dans le milieu. »

La formation est d’environ dix mois à temps plein, mais s’offre également à temps partiel. « La plupart de nos étudiants suivent la formation à temps partiel, parce qu’ils travaillent ou ont une famille et préfèrent poursuivre leur formation à temps partiel afin de pouvoir concilier le tout. » Selon Mme Barabé, les débouchés dans ce domaine sont excellents. « Avec la population qui est vieillissante, les besoins sont de plus en plus grands, que ce soit pour les soins à domicile, dans les établissements de santé de courte et de longue durée ou dans les hôpitaux. »

Pour ceux qui seraient inquiets de se retrouver laissés à eux-mêmes dans ce type de programme, Mme Barabé se fait rassurante : « Le programme est bien fait et les étudiants sont bien accompagnés et soutenus tout au long de leur formation. Les professeurs sont toujours disponibles, même si ça se passe à distance. Il y a un espace d’échange en ligne qui permet aux étudiants d’échanger entre eux ou avec l’enseignant, et il y a également des vidéoconférences qui permettent aux enseignants de transmettre leur matière de vive voix. »

Sandra St-Laurent, directrice de Partenariat communauté en santé, rappelle que des élèves ont été recrutés par le passé dans ce programme. « Nous aimerions en recruter de nouveaux, car c’est une belle formule hybride. La pratique se fait au Collège, les sessions en vidéoconférences sont offertes à l’Hôpital ou au Centre de la francophonie. De plus, il y a des stages bilingues offerts par l’entremise de notre projet de mentors de stages bilingues. » Mme St-Laurent fonde beaucoup d’espoir dans ce programme : « On aime bien former des professionnels de la santé au Yukon, car c’est avantageux de ne pas avoir à déménager pour suivre une formation intensive. De plus, les participants se font tout de suite une expérience de travail par les stages au Yukon. »

La prochaine session va commencer le 29 septembre. On peut s’inscrire en ligne sur le site http://www.educacentre.com. Pour être admis, il faut répondre aux conditions d’admission soit : avoir un diplôme d’études secondaires, réussir un test d’évaluation en français et en anglais, détenir la citoyenneté canadienne ou le statut de résident permanent et faire une entrevue avec la coordonnatrice. On peut communiquer avec Colette Barabé à ce sujet en appelant au (604) 708-5100, poste 1303. De plus, avant d’amorcer les stages, il faut remettre différents documents : le dossier d’immunisation à jour avec vaccins contre la tuberculose et la grippe, la vérification du dossier judiciaire par le ministère de la Justice, un certificat valide de secourisme général et en réanimation cardiorespiratoire (RCR) niveau C, ainsi qu’une certification de niveau 1 dans la manipulation d’aliments (Foodsafe).