le Dimanche 5 février 2023
le Vendredi 15 août 2014 8:59 Société

Jocelyne LeBlanc : la musheuse acadienne du Yukon

Janice Durant

Jocelyne LeBlanc est née au Nouveau-Brunswick dans le petit village acadien de Bouctouche. Si elle y était toujours, elle participerait au Festival de mollusques et, pour célébrer la fête nationale des Acadiens connue simplement comme « le 15 août », ce serait le Tintamarre. « Le Tintamarre, c’est une parade qui commence au musée de Kent et va jusqu’au fond de la baie, » décrit Mme LeBlanc. « Tout le monde se maquille en bleu, blanc et rouge avec une étoile jaune – les couleurs du drapeau acadien – et on marche avec des pottes (casseroles) et des cuillères de bois pour faire du bruit. »

Jocelyne LeBlanc et sa fille Kira s'apprêtent à fêter la fête nationale de l'Acadie. Photo : fournie.

Jocelyne LeBlanc et sa fille Kira s’apprêtent à fêter la fête nationale de l’Acadie. Photo : fournie.

« En grandissant, on célébrait le 15 août avec de la musique au quai (prononcé tchè) jusqu’au soir quand les musiciens se rassemblaient sur la plage pour continuer la fête. À Bouctouche, le tintamarre a commencé avec l’arrivée du Pays de la Sagouine en 1992. C’est l’année que je suis partie vers “la grande ville” de Moncton, pour étudier, » nous raconte Mme LeBlanc. Le Pays de la Sagouine, c’est un parc théâtral situé sur une petite île à Bouctouche basé sur les personnages acadiens des livres d’Antonine Maillet.

Après ses études, le goût de l’aventure a poussé Mme LeBlanc à voyager : elle est arrivée au Yukon en 1996. Elle y a passé le premier hiver à nettoyer les chambres d’hôtel du High Country Inn jusqu’à ce qu’elle rencontre pour la première fois les musheurs venus faire la course Yukon Quest et que ses yeux s’ouvrent au merveilleux monde du traîneau à chiens. Elle a tout de suite su que c’était sa place et elle a commencé à travailler d’abord comme valet de chenil (handler), et ensuite comme guide. Plus tard, elle s’est associée avec le ranch Sky High Wilderness où elle s’occupe actuellement du va-et-vient quotidien de l’entreprise qui comprend les nombreux chiens, les chevaux, les quelques employés et plusieurs touristes (surtout en hiver!).

Mme LeBlanc compte sa course Yukon Quest de 2010 comme un des épisodes les plus mémorables de sa carrière. « J’ai fait plusieurs courses, mais la Yukon Quest était une aventure incroyable, très difficile, où j’ai appris beaucoup. Mais pour moi, une fois, c’est assez! », affirme Jocelyne en se demandant comment les fervents font pour répéter cette course chaque année.

Son travail va l’amener à rencontrer des aventuriers d’un peu partout dans le monde. « Au début, j’étais la seule guide qui parlait français, alors je guidais tous les francophones, surtout des Européens de la France, de la Belgique ou de la Suisse. Ils riaient toujours à m’entendre parler, en me disant que mes expressions leur rappelaient celles de leurs grands-parents. » Mme LeBlanc a aussi accueilli des gens bien connus comme l’aventurier de renommée Victor Boyarsky, la princesse d’Autriche, et plus récemment, les membres de la série télévisée The Amazing Race Canada. « Ils ont filmé un épisode au ranch. Moi, je m’occupais d’organiser les chiens, » nous dit Mme LeBlanc en nous confiant qu’elle est toujours bien plus à l’aise dans les coulisses.

Même si elle préfère la vie paisible, Mme LeBlanc fête toujours le 15 août. « Je me rappellerai toujours la fois qu’on avait essayé de faire des poutines râpées dans ma première cabine au Yukon. Les poutines ont toutes explosé et on a fini avec de la soupe aux patates! », raconte Mme LeBlanc en riant et en expliquant que les poutines râpées ne sont pas les poutines québécoises. Il s’agit d’un mets traditionnel acadien qui consiste à faire bouillir un mélange de pommes de terre crues et pilées façonné en boules avec un petit morceau de porc salé à l’intérieur.

Cette année, Mme LeBlanc célébrera la fête de l’Acadie à l’AFY avant de retourner en Acadie avec sa fille Kira pour un mois de vacances bien méritées.