le Mercredi 8 février 2023
le Jeudi 26 juin 2014 9:05 Courrier

Whitehorse invite les gaz de schiste

enveloppe
enveloppe

Cette lettre a pour but de vous informer sur le dépôt du conseil de la Ville de Whitehorse d’une soumission au Comité sélectif http://goo.gl/Ng50MU qui invite les gaz de schistes dans le bassin de Whitehorse. Cet effort de la Ville est bien aligné avec le gouvernement pour opérationnaliser la fracturation au Yukon.

Malgré le fait que des pensées écologiques aient été mentionnées, la conclusion de cette soumission contribue à mettre en place les préparatifs juridiques pour recevoir les gaz de schiste.

Traduction de la citation :
« Nous recommandons et demandons que le gouvernement du Yukon continue de s’abstenir de l’exploration de pétrole et de gaz dans le bassin de Whitehorse [seulement] jusqu’à ce que le plan de protection des puits de la ville soit complété (y compris les mesures de base de nappes souterraines); et jusqu’à ce que la Ville et le gouvernement du Yukon aient veillé à ce que le potentiel de contamination des eaux souterraines ait été éliminé. »

Il est vrai que l’exécution de test de base d’analyse d’eau peut fournir des marqueurs de référence utiles à décrire, surveiller ou dissuader les impacts ou les changements dans l’environnement, par contre, l’idée que de tels tests pourront éliminer la contamination des eaux souterraines qui se produira une fois la fracturation commencée n’a aucun fondement dans la réalité des sciences physique, géologique, hydrologique et chimique, aucune allusion de ce fait n’a été mentionnée dans la soumission.

Les expériences en Alberta, en Colombie-Britannique et ailleurs ont démontré que de tenter de réglementer le processus intrinsèquement destructif de la fracturation hydraulique est fictif et corrompu. Les régulateurs de l’Alberta sont des modèles pour les juridictions nordiques et ont déjà et continuent de faussement affirmer que le processus de fracturation ne pollue jamais l’eau.

Est-ce que ces régulateurs cachent des réalités monstrueuses et ont déjà passé des examens de logique, de conscience et même de santé mentale?

Si la sécurité de la fracturation hydraulique était remise en question, nous pourrions avoir une discussion dans le vrai monde. Que ferions-nous si le ministre des Transports affirmait et soutenait qu’il n’y a jamais eu d’accidents causés par une automobile nulle part?

Jumelée à la sorte de laquage d’implémentation tel que « règle rigoureuse pour la fracturation », cette fiction ne prévient pas, mais corrompt. Cela est trop smooth et facilite la conformité dans un contexte surréel défini par de plus hauts dirigeants au pouvoir.

Cettedite « protection de l’eau et des puits » est devenue la règle du jeu partout où la fracturation hydraulique est à l’ordre du jour. Il est manipulatif de la part de la Ville de nous tromper avec ce projet de protection d’eau et de puits, lorsqu’en même temps, elle laisse la porte toute grande ouverte pour la fracturation future au lieu d’avoir une position ferme contre celle-ci, comme Lethbridge et plusieurs autres villes.

Le conseil de Ville de Whitehorse a fait fi de la résolution déposée en février 2013 par des citoyens, résolution rejetée sous prétexte que la Ville n’a aucune juridiction sur les droits souterrains.

Qu’en est-il de leur approbation en janvier 2014 pour recevoir des installations de gaz naturel liquéfié sur Robert Service Way? Ce gaz sera obtenu d’un sol fracturé ailleurs (pour l’instant).

Pour un Frack Free Yukon et pour aider la communauté à se prémunir d’ordonnances au lieu de règlements bidons en attendant que… Frack Free Yukon prépare la venue d’une conférencière de l’organisme http://www.celdf.org/ à l’automne.

Dons acceptés. Visitez Frack Free Yukon sur Facebook ou Twitter.

Traduction/adaptation des textes de Peter Becker. Plus de lumière sur « la Frack-Corruption Yukonnaise », À suivre…

Jacqueline Vigneux