le Mardi 7 février 2023
le Jeudi 12 juin 2014 9:22 Société

Vers le sommet avec Cindy Fortin

Cindy Fortin avec ses filles, Sandrine et Maxime, lors d’une randonnée en forêt. Photo : fournie.
Cindy Fortin avec ses filles, Sandrine et Maxime, lors d’une randonnée en forêt. Photo : fournie.

Pierre-Luc Lafrance

Cindy Fortin, sœur de la Franco-Yukonnaise Josée Fortin, s’est lancé dans un projet plus grand que nature avec « Pas à pas vers le sommet », une initiative qu’elle a lancée afin d’amasser des fonds pour la Fondation « Sur la pointe des pieds ».

Cindy Fortin avec ses filles, Sandrine et Maxime, lors d’une randonnée en forêt. Photo : fournie.

Cindy Fortin avec ses filles, Sandrine et Maxime, lors d’une randonnée en forêt. Photo : fournie.

Son objectif avec « Pas à pas vers le sommet » : sillonner 200 kilomètres de sentiers pédestres de niveau intermédiaire à difficile au cours de l’été avec ses deux filles, Maxime, cinq ans et Sandrine, sept ans. Son objectif est de sensibiliser la population à l’importance de bouger. C’est surtout une façon qu’elle a trouvée pour ramasser des fonds pour les jeunes atteints du cancer. Le point d’orgue de son projet : la piste de Chilkoot qu’elle suivra sur 53 km à partir de Skagway. Elle sera alors accompagnée de sa sœur et de Sandrine.

Fait étonnant, Mme Fortin a découvert qu’elle était une descendante d’Émilie Tremblay, une des premières femmes blanches à avoir utilisé la piste Chilkoot pour se rendre à Dawson. Elle va donc marcher dans les traces de son ancêtre. Elle envisage de faire ce sentier sur une période de cinq jours jusqu’à Lac Bennett.

Qu’est-ce que la Fondation « Sur la pointe des pieds »? « C’est une fondation basée au Saguenay qui a vu le jour au début des années 2000 », répond Mme Fortin. « Elle vient en aide à des enfants en rémission en leur permettant de vivre des expériences de plein air. C’est une nouvelle source qui leur permet de puiser en eux. Cet hiver, ils ont amené onze jeunes dans un parc de l’Ontario pour faire du traîneau à chiens. Le tout est encadré par des bénévoles : docteurs, psychologues, psychoéducateurs. Le but est de leur apprendre à se reconstruire. »

Le projet l’a tout de suite rejointe. Technicienne forestière, elle adore le plein air et l’activité physique et cultive une passion pour la nature. « Je pensais à mon projet et je voulais trouver une cause qui me rejoigne. Je n’avais jamais entendu parler de la Fondation jusque-là, mais c’est vraiment venu me chercher. Qu’est-ce qu’on fait quand on ne feel pas? On va marcher. Les jeunes en rémission aussi en ont besoin, mais ça leur prend de l’encadrement. »

Pour ce qui est de l’inclusion de ses filles dans cette aventure, ça allait de soi pour elle. « Sandrine me suit dans les sentiers depuis qu’elle a trois ans et demi. Maxime a commencé à me suivre à quatre ans. L’an dernier, on a fait onze randonnées pour environ 100 km. J’en profite pour leur faire découvrir la nature : on goûte des plantes, on chante des chansons, je leur donne des trucs si jamais on se perd ou qu’une situation d’urgence se présente. Parfois, on admire et on écoute en silence. »

Lorsqu’elle a lancé son projet, elle ne savait pas trop par où commencer. « Une de mes collègues m’a aidée pour mettre en place mon plan de commandite. » On peut donner à partir du site Internet de la Fondation Sur la pointe des pieds en cliquant sur « Don pour un événement de financement spécial », en sélectionnant mon projet dans la barre déroulante : « Pas à pas vers le sommet, Cindy Fortin. » Tout l’argent sera remis à la Fondation. « Je défraie 100 % de mes dépenses et de celles des filles. » De plus, un reçu de charité sera remis pour les dons de 20 $ et plus.

Ceux qui voudraient suivre l’aventure peuvent le faire par l’entremise de la page Facebook Pas à pas vers le sommet.