le Dimanche 5 février 2023
le Vendredi 16 mai 2014 9:56 Art et culture

Le R : coeur érudit

Jean-Étienne Sheehy, Francopresse

En 2012, le MC ottavien Christian Djohossou, alias Le R, lançait un premier maxi en guise de vitrine parmi la diaspora musicale franco-ontarienne. Deux ans plus tard, l’auteur-compositeur-interprète récidive avec un premier album complet, Coeur de pion. L’entrepreneur, fondateur de Scribes & Griots, fait partie d’une nouvelle génération d’artistes qui créent du hip-hop dans la région de la capitale nationale, mais arrive à ressortir du lot avec les treize titres du disque.

D’abord, Le R mélange l’approche du hip-hop avec celle du slam. Si le MC se fait précis dans la manière d’attaquer les mots, il n’hésite pas à osciller entre laisser-aller poétique et fronde traditionnelle. La rythmique demeure impeccable, un bel exploit étant donné la technique écrite de Le R. Ce dernier se démarque en tant qu’érudit parmi la proposition hip-hop franco-ontarienne.

Malgré la réalisation lustrée et soignée un brin trop contraignante, Cœur de pion propose des moments polyrythmiques inspirés autant par le Bénin que par la musique classique, comme sur XOX. Si la majorité du disque ne réinvente pas le genre, force est d’admettre que Le R maîtrise assez bien le genre pour ne pas commettre de faux pas, tout en livrant une œuvre cohésive. Il s’agit d’une petite victoire lorsque l’on jette un coup d’œil à la liste d’invités, du chansonnier Patrick Wright au rappeur d’origine algonquin Samian. Ces collaborations semblent parfois un brin forcé, voir arides (Irréversible), mais elles dévoilent également la belle camaraderie qui règne au sein de la confrérie franco-ontarienne lorsque Yao s’empare du micro sur Caravelle.

Si on note un essoufflement à mi-parcours (La route de la soie), il n’en demeure pas moins que Le R propose un disque solide au niveau musical, particulièrement grâce à la place des musiques du monde. La magie se passe toutefois au niveau des textes, bien ficelés. Ce premier effort est bien prometteur, quoiqu’en manque d’une certaine griffe. Si Cœur de pion réitère la place intégrale de Christian Djohossou en Ontario francophone, le prochain défi sera de sortir de ses plates-bandes urbaines pour permettre aux musiques de se superposer au grand potentiel de MC de Le R. En attendant, ce disque est une belle carte de visite.