le Dimanche 5 février 2023
le Mercredi 16 avril 2014 9:41 Sports - Loisirs

Eden Rodrigue, tireuse d’élite

L’équipe de tir : Kandis Mewett, Ryan Thompson, Sarah Horton, Eden Rodrigue et Brendan Curteneau. Photo : fournie.
L’équipe de tir : Kandis Mewett, Ryan Thompson, Sarah Horton, Eden Rodrigue et Brendan Curteneau. Photo : fournie.

Pierre-Luc Lafrance

Les 5 et 6 avril, les cadets de l’Alberta, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest avaient rendez-vous à Wetaskiwin, en banlieue d’Edmonton, pour le Championnat national de tir. L’équipe du Yukon a terminé au deuxième rang, derrière les représentants du Territoire du Nord-Ouest. Eden Rodrigue, une francophone de 13 ans, est la plus jeune membre de l’équipe yukonnaise composé de cinq tireurs.

Le samedi avait lieu la compétition régionale, alors que le dimanche, c’était les nationaux. Les résultats de cette dernière compétition ne sont pas encore connus, car elle avait lieu à différents endroits à travers le Canada et à différents moments. Lorsque tous les participants auront terminé, les résultats seront mis en commun pour déterminer le classement final.

Eden Rodrigue a obtenu une note de 72,86 le samedi. Elle a obtenu 56,72 sur une possibilité de 67 au tir couché et 16,14 sur une possibilité de 33 au tir debout. Ces résultats lui ont permis de prendre le 19e rang chez les juniors pour la région du nord-ouest du programme des cadets. L’adolescente est toute nouvelle dans cette discipline. Avant de commencer l’aventure des cadets en septembre dernier, elle n’avait jamais tiré avec une arme à feu. « Mais j’aimais bien tirer avec des Nerfs, alors je me suis dit que probablement j’aimerais tirer avec une vraie arme », soutient-elle. Elle s’entraîne habituellement une fois par semaine au maniement des armes, mais dans le mois précédant le Championnat national, elle a fait deux séances d’entraînement hebdomadaires. C’est somme toute peu par rapport aux représentants des Territoire du Nord-Ouest qui tirent jusqu’à cinq fois par semaine.

Selon son instructeur, Don Bouvier, sans être exceptionnel, c’est assez rare de voir une fille de cet âge prendre part au championnat national. Parmi les plus jeunes participants, il souligne que l’an dernier, une jeune fille de 12 ans de Yellowknife a tout gagné autant chez les juniors que dans la catégorie ouverte. « En général, les filles sont plus efficaces au tir que les garçons. Car elles se concentrent mieux et écoutent davantage leur entraîneur. Les garçons sont moins disciplinés. Ils savent tout et veulent tirer tout de suite. »

Selon lui, si Eden continue sur cette lancée, elle a tout pour devenir une des meilleures tireuses au Canada d’ici quatre ou cinq ans. « Tout ce qu’il faut, c’est qu’elle croit en elle. Le tir, c’est 95 % mental et 5 % physique. »

Don Bouvier espère d’ailleurs que plus de francophones vont se joindre à l’escadron de Whitehorse. « Il y a définitivement de la place pour plus de francophones et il y a plusieurs possibilités pour eux. Par exemple, il y a la possibilité de faire des camps d’été à Val-Cartier en français. »