le Lundi 6 février 2023
le Mercredi 16 avril 2014 9:13 Art et culture

« Ceux qui ont contribué à nous mettre sur la carte »

Le travail de restauration des tombes contribue à la pérennité du patrimoine yukonnais.
Photo : Fred Lauk.
Le travail de restauration des tombes contribue à la pérennité du patrimoine yukonnais. Photo : Fred Lauk.

Fred Lauk

Devinette : qu’ont en commun Bruce Harvey, Chappie et Mattie Chapman, Laurent Cyr, the Frantic Follies, le festival Frostbite et le Whitehorse Star? Tous ont été les lauréats du prix du patrimoine, prix qui récompense une personne ou un organisme qui a contribué de façon significative à la conservation et à la mise en valeur du patrimoine yukonnais. Et ce, dans quatre catégories : le prix annuel qui est au patrimoine ce que les Oscars sont au cinéma, le prix d’excellence qui récompense de nombreuses contributions à la mise en valeur du patrimoine sur plusieurs années, le prix du bénévole de l’année, car comme on dit lors des discours : « sans eux rien n’aurait été possible » et enfin, le prix du projet de l’année pour la conservation des sites patrimoniaux, remis par le secteur des lieux historiques du gouvernement du Yukon.

La 31e 31e prix du Patrimoine de l’année aura lieu au Bâtiment des Archives du Yukon le 17 avril. Organisée sous la férule de la Yukon Historical and Museums Association (YHMA), une association née en 1977 qui compte un conseil d’administration de onze membres, un financement gouvernemental, fédéral et ministériel et soixante membres actifs.

L’élection se fait de la manière suivante : le public propose des noms de personnes ou d’organismes (il est remarquable qu’à ce jour aucun organisme ou personnalité francophones ne se soit manifesté), et un comité de cinq personnes sélectionne les lauréats.

Cette année, c’est Ione Christensen qui a les honneurs du prix du patrimoine. Elle le vaut bien, car ayant été sénatrice jusqu’à l’âge de 75 ans et mairesse de Whitehorse (en 1975 et 1977), son curriculum vitae explique qu’elle a été commissaire du Yukon, mais aussi trappeuse, assistante-vétérinaire, sportive de haut niveau, comptable, directrice des ressources humaines, magistrate du tribunal des mineurs, écrivaine, puis s’est lancée dans la politique. Même si la bienséance nous interdit le jugement, faisons une entorse à la règle pour dire que cette femme a eu une vie formidable et exemplaire.

Récemment, elle a collaboré à la publication du livre « Whitehorse, une histoire illustrée ». C’est ce travail qui lui vaut ce prix qu’elle partage avec son mari Art.

Le prix d’excellence est décerné au Tr’ondëk Hwëch’in Heritage Department pour sa réussite dans le domaine culturel, notamment pour la publication du livre « Hammerstones ». Le YHMA précise que « ce groupe talentueux est un modèle sur la façon dont le patrimoine devrait être interprété et géré ».

Le prix du bénévole de l’année sera remis à Mary Bradshaw qui, pendant deux années, a préparé et coordonné la Conférence nationale des musées du Canada qui s’est tenue à Whitehorse l’année dernière. Mary travaille à la Yukon Art Gallery et était membre du conseil d’administration du YHMA.

Enfin, le prix du projet de l’année sera accordé à la Kwänlin Dün First Nation pour l’action de son Service communautaire. Pendant deux étés, ce dernier a restauré selon les valeurs et la tradition une grande partie des tombes des cimetières de Whitehorse.

Une fois que les prix auront été décernés, Judy Oberlander fera un discours sur le patrimoine ayant pour thème « Commémorer le passé ou ce qui est passé? » En anglais, c’est un habile jeu de mots : « Commemoration past or passed? »

Membre du conseil international de conservation des monuments, Judy Oberlander est une sommité dans le domaine du patrimoine. Elle enseigne à l’Université Simon Fraser et à celle de Victoria. Elle a reçu de nombreux prix prestigieux (Prix d’excellence de l’Association canadienne de l’éducation continue et trois récompenses du service patrimonial de Vancouver). Ainsi, son discours sera assurément de haut vol.

Comme suite à tout ça, un banquet gastronomique bien mérité conclura la soirée.

Comme l’explique avec passion Sylvie Binette, l’infatigable trésorière de l’YHMA, cette journée marque la richesse de l’histoire yukonnaise. Elle rappelle également que le patrimoine, ce n’est pas seulement le bâti (on célèbre d’ailleurs le 18 avril la Journée mondiale des monuments et des sites), mais aussi le patrimoine immatériel. « Il est remarquable qu’une population si peu nombreuse ait œuvré pour faire de si belles choses. C’est elle qui a contribué à nous mettre sur la carte. »

La cérémonie aura lieu le jeudi 17 avril aux Archives du Yukon, 400, College Drive à Whitehorse. Ouverture des portes à 17 h 30, cérémonie à 18 h.