le Mercredi 8 février 2023
le Lundi 7 avril 2014 10:20 Société

Objectif ultime : faire rayonner la langue française

Les Jeux de la francophonie réunissent des jeunes de 13 à 18 ans de partout au Canada. Crédit photo : courtoisie des JFC.
Les Jeux de la francophonie réunissent des jeunes de 13 à 18 ans de partout au Canada. Crédit photo : courtoisie des JFC.

Amina Hufane, APF

Rassembler la jeunesse francophone et célébrer leur identité culturelle, c’est le défi que les organisateurs comptent bien relever lors de la 6e édition des Jeux de la francophonie canadienne (JFC) qui se dérouleront du 23 au 27 juillet à Gatineau. Il n’y aura pas que du sport.

Selon le directeur général du Comité organisateur des JFC, Yves Lahaie, « les événements jeunesse tels ceux des Jeux sont très formateurs. C’est de la sensibilisation, de l’éducation à la francophonie, autant pour les jeunes que pour les adultes, les francophones et les francophiles. C’est une belle occasion pour les jeunes de Gatineau de rencontrer d’autres jeunes de 13 à 18 ans, de partout au Canada, d’échanger avec eux et de tisser des liens ».

Les JFC se veulent avant tout rassembleurs des quelque 1000 jeunes qui partagent leur identité franco-canadienne tous les trois ans. « C’est une très grande fierté pour Gatineau d’avoir la chance de faire vivre une telle expérience, souligne la directrice des communications, Amélie Gauvreau. Parce que les Jeux c’est par et pour les jeunes. Nous sommes convaincus que ce sera un grand succès ».

Axés sur le maintien et le développement d’une culture franco-canadienne, ces Jeux sont répartis sur trois volets : Sports, Arts et Leadership. À travers une panoplie de disciplines, les participants s’affronteront dans une saine compétition centrée sur le respect, la coopération, l’inclusion, la solidarité et l’équité.

« À la fin des Jeux, soulève Yves Lahaie, j’espère que la francophonie canadienne et les jeunes vont rayonner à Gatineau, mais qu’il y aura aussi un rayonnement pancanadien. Il faut que ces Jeux perdurent parce que les jeunes en ont besoin pour réaliser justement qu’ils ne sont pas les seuls dans le pays à parler et à apprécier la langue française. L’objectif ultime de cette sixième édition, c’est de faire vivre la langue française, d’encourager la jeunesse et les rencontres ».

À quelques mois des JFC, Gatineau s’active pour recevoir, loger et assurer la sécurité de toutes les délégations. « On travaille en étroite collaboration avec la police, les pompiers, les services de soutien de la Ville, précise Amélie Gauvreau. On est en train de tout mettre en place pour assurer la sécurité des participants et de la population pendant les cinq jours de compétition ».

La Société de transport de l’Outaouais est le transporteur officiel des Jeux. Selon Dominique Leclerc, la conseillère en relations publiques, « dépendamment du nombre des participants qui va transiter entre les sites d’activités et d’hébergement, tout est évalué. L’équipe des opérations s’est penchée sur le nombre d’autobus qui allaient être nécessaires et selon l’heure de la journée, on va subvenir aux besoins ».

L’horaire des JFC sera dévoilé à la fin avril à la Maison de la culture de Gatineau. Un bref aperçu du déroulement est déjà affiché sur le site des JFC. Yves Lahaie rappelle que « les parents et les amis pourront suivre les exploits et les performances de leurs jeunes à la Radio-Jeunesse de Gatineau qui va diffuser des reportages en direct ou quelque peu différés partout dans le Canada francophone ».

Rappelons que les premiers JFC ont eu lieu en 1999 à Memramcook, au Nouveau-Brunswick, et que les prochains se tiendront dans les villes de Moncton et Dieppe en 2017.