le Mardi 7 février 2023
le Mardi 1 avril 2014 9:30 Société

Une campagne qui carbure au gaz

Le groupe des Yukonnais concernés par certaines choses (Yukoners concerned about things) invite la population à se pencher sur les conséquences environnementales des flatulences.

« On n’en parle peu, mais savez-vous combien de litres de méthanes les Yukonnais produisent chaque année ? », s’est inquiété un responsable de l’association.

Le groupe tient aussi à dénoncer l’influence des multinationales albertaines dans le débat.

« Ils ont des deals secrets avec l’industrie agroalimentaire ».

« Ils ajoutent des aliments dans notre nourriture pour nous donner plus de gaz », a déploré le responsable.

Ce même responsable n’était cependant pas en mesure d’expliquer quelles alternatives viables existaient.

« Ce n’est quand même pas compliqué ! », s’est insurgé le responsable.

« Arrêtons de manger des aliments qui donnent des gaz ».

Les choux de Bruxelles, mais aussi les poids chiches et le tofu sont pointés du doigt pour leurs effets gazogènes.

On estime qu’au Yukon environ 20 tonnes de poids chiche sont mangées chaque année – ce qui correspond cinquante mètres cubes de gaz – ou trois camions de déblaiement de neige.

Une manifestation est prévue pour le 10 juin prochain devant l’Assemblée législative.

En attendant, le groupe a décidé d’inonder les boites aux lettres électroniques des députés, mais aussi des journalistes, au point où le groupe est en passe de se hisser à la première place du palmarès « groupe d’activistes le plus tannant par leur envoi incessant de message faisant référence à des théories du complot ».