le Lundi 6 février 2023
le Vendredi 21 mars 2014 9:32 Scène locale

Consultation sur l’aménagement du parc Kusawa

Sur ces papiers autocollants à l’atelier « usage commercial », on peut voir les divergences d’opinions entre ceux qui voudraient garder le parc sauvage et ceux qui souhaitent y développer des infrastructures de tourisme. Photo : Pierre Chauvin.
Sur ces papiers autocollants à l’atelier « usage commercial », on peut voir les divergences d’opinions entre ceux qui voudraient garder le parc sauvage et ceux qui souhaitent y développer des infrastructures de tourisme. Photo : Pierre Chauvin.

Pierre Chauvin

Le comité d’organisation du futur parc Kusawa tenait une séance de consultation à Whitehorse le 13 mars pour connaître l’avis du public sur l’avenir de cette zone. Le processus de planification qui avait démarré en 2008, se fait en vertu de l’accord final des Premières nations de Carcross/Tagish et Kwanlin Dün.

Le parc n’existe pas encore officiellement, mais la zone sera bientôt désignée comme telle.

Le comité, à travers les consultations avec le public, est chargé de proposer des conditions liées à l’utilisation du parc. Ce comité est composé d’un représentant de chaque Première nation dont le territoire traditionnel comprend le parc Carcross/Tagish, Kwanlin Dün et Champagne Aishihik, ainsi que trois représentants du gouvernement yukonnais.

Après de premières consultations en 2008 et 2009, le comité a défini six principes directeurs dont l’intégrité écologique et la reconnaissance de ce territoire comme un lieu où les Premières nations ont vécu et y pratiquent encore leurs traditions, qui prennent précédent sur les autres principes.

En 2008, le comité avait rencontré des Aînés des Premières nations au campement du parc Kusawa. « Beaucoup d’entre nous étaient frappés par la façon dont les Aînés décrivaient ce lieu comme un endroit de rencontre et que ça (leur) faisait du bien d’y retourner », se remémore John Meikle, membre du comité et représentant de la Première nation de Kwanlin Dün.

Cette consultation publique a suscité beaucoup d’intérêt, note Afan Jones, secrétaire et porte-parole du comité.

« Il y a beaucoup de personnes intéressées à garder le parc comme tel, c’est-à-dire avec le même niveau et le même type d’activités », dit-il. Une trentaine de personnes était présente pour la première des trois présentations effectuées par le comité le 13 mars.

« Nous devons arriver avec un plan (final) dans un an et le remettre aux quatre parties », explique-t-il. Un plan provisoire incluant les recommandations du public est prévu pour l’automne 2014.

Le public pouvait donner ses commentaires lors des six ateliers dirigés par les membres du comité : usage récréatif, valeur écologique, activités commerciales, culture et patrimoine, usage traditionnel et habitat.

Inquiétude de propriétaires

Jim Kenyon et Micki Deuling possèdent une propriété dans le futur parc Kusawa. Ils s’inquiètent de certaines mesures proposées lors de la consultation, comme y construire une épicerie ou une résidence pour aînés, mesures qui selon eux ruineraient le caractère sauvage du parc.

Ils notent qu’ils n’ont été contactés par le comité que deux jours avant la consultation du 13 mars, alors que le comité travaille sur le sujet depuis 2008. « Plus on le développe, plus il y a de gens qui y vont, et cela change le caractère (du parc) complètement », regrette Jim Kenyon. « C’est dommage parce que si on veut sortir et apprécier la nature sauvage au Yukon, il faut aller de plus en plus loin », dit-il.

Leur famille possède une propriété à Kusawa depuis 35 ans et les changements qui se sont produits depuis ce temps-là sont marquants, dit-il. « Ma femme disait que quand ils entendaient une auto, ils couraient pour aller voir qui c’était », dit-il. « Maintenant, ils passent (par chez nous) tout le temps ».

Pour plus d’information sur le plan de la rivière Kusawa, visitez kusawapark.ca.