le Dimanche 5 février 2023
le Jeudi 20 mars 2014 9:36 Art et culture

Littérature francophone à l’honneur

Pierre Chauvin

Poètes, écrivains, chansonniers et autres artistes qui manient la plume tel que Zorro manie l’épée pourront partager leurs créations lors de la 5e édition de Vibrations littéraires le 27 mars prochain. Le thème de l’événement organisé par l’Association franco-yukonnaise (AFY) cette année est « Distingue ta diversité ».

« Le but de l’événement, c’est de donner un espace à tous ceux qui aiment la littérature, tous ceux qui font de l’écriture, que ce soit de la poésie ou de la chanson », explique Julie Plaisance, agente de projets au secteur Arts et culture de l’AFY qui organise l’événement.

L’événement s’adresse aussi bien à ceux qui veulent présenter une œuvre finie ou en cours d’écriture. « Les artistes qui par exemple ont écrit une chanson et veulent la tester et veulent voir comment les gens répondent », dit-elle. Même ceux qui souhaitent simplement lire un texte sur ce thème écrit par un autre auteur sont invités. « C’est un regroupement d’artistes, mais le public est le bienvenu », résume Julie Plaisance.

La mixité des disciplines est aussi un des objectifs clés de l’événement. Pour l’occasion, Nicole Edwards, une chanteuse francophile, ainsi qu’un ou une autre artiste « surprise » chanteront. Sabrina Long qui fait partie du Club d’écriture francophone du Yukon (CEFY) participera cette année encore à l’événement. Le CEFY organisait l’année dernière des concours littéraires pour les artistes franco-yukonnais. Vibrations littéraires permet aussi de combler une partie de l’espace laissé par le CEFY qui est « un peu moins actif » cette année, selon Sabrina Long.

Lors d’une précédente participation à Vibrations littéraires, sur le thème de « la veille de la fin du monde », elle avait soumis une nouvelle qui avait eu du succès au point où on lui a demandé de l’adapter pour en faire une pièce de théâtre. « Je trouvais ça un peu facile de tomber dans les explosions et les gens qui meurent autour du personnage principal », explique-t-elle au sujet du thème. Après s’être « creusé la tête », elle a écrit une nouvelle centrée autour de la vie d’une femme qui va accoucher. Le personnage donne naissance à un enfant « qui n’avait pas toutes les fonctions d’un être humain », explique-t-elle. Une fin du monde, oui, mais dans un sens plus personnel. « Ça va être la fin de son monde, elle ne pourra plus interagir avec les autres de la même façon », dit-elle.

Après l’adaptation pour le théâtre, Sabrina Long joue elle-même le rôle de la femme enceinte, et a donné deux représentations de ce cabaret-théâtre. « Ça a quand même touché certaines personnes », se souvient-elle. « J’en entends encore parler de ces douze minutes-là où j’ai eu à faire un monologue. »

Des artistes au Yukon, on n’en manque pas. Le problème : beaucoup ne partagent pas leurs œuvres avec le public. « Il y a beaucoup de gens qui écrivent et qui ne se rendent pas compte de leur potentiel, un peu comme moi l’année dernière », dit-elle. « Je n’ai jamais osé penser que cette histoire là ferait une pièce de théâtre. »

Vibrations littéraires se tiendra le 27 mars à la galerie Rah Rah de 18 h à 21 h. « On a tous quelque part une certaine plume », conclut Sabrina Long.