le Mercredi 8 février 2023
le Jeudi 6 mars 2014 11:10 À la une

Révision de la croissance à la baisse pour 2014

Le ralentissement du côté des mines expliquent en grande partie les révisions à la baisse. On voit ici Minto. Photo : fournie.
Le ralentissement du côté des mines expliquent en grande partie les révisions à la baisse. On voit ici Minto. Photo : fournie.

Pierre Chauvin

Le gouvernement yukonnais a révisé de façon drastique ses prévisions de croissance pour l’année 2014, passant de 8,8 % à 3,3 %.

C’est principalement l’industrie minière que l’on peut attribuer cette importante baisse. « Beaucoup de choses ont changé depuis notre prévision (précédente), surtout autour de l’industrie minière », explique Derrick Hynes, directeur de la recherche économique au gouvernement du Yukon.

La mine Bellekeno qui devait être en pleine production en 2014 ne redémarrera pas ses activités avant 2015. Le gouvernement s’attendait aussi à une production plus importante en 2014 qu’en 2013 pour la mine Minto, mais la compagnie a modifié ses prévisions en janvier dernier. Enfin, la mine Victoria Gold qui devait agrandir ses installations a décidé de repousser ces travaux pour la fin 2014 ou même pour 2015.

En 2012, l’industrie minière représentait 20 % du produit intérieur brut (PIB) du Yukon. L’administration publique ouvrait la marche avec 21 %, et le secteur immobilier était en troisième position à 14 %, suivi de l’industrie de la construction à 13 %. L’industrie minière ne représentait que 4 % du PIB il y a 10 ans.

Le NPD a vivement réagi par voie de communiqué à cette annonce. « Les prévisions irréalistes vantées par le gouvernement à l’automne dernier ont induit en erreur le public et posent la question des capacités de prévision du gouvernement », a déclaré Liz Hanson, chef de l’opposition officielle. « Cela indique qu’ils se sont trompés dans le calcul ou qu’ils ont induit le public en erreur », ajoute-t-elle.

Même si ces prévisions sont moins bonnes que prévu, le Yukon affiche des performances bien meilleures que beaucoup de provinces. Derrick Hynes souligne que le territoire a connu dix ans de croissance consécutive, une rareté de nos jours. « De nombreuses provinces aimeraient être dans la même situation », dit-il.

La croissance de 1 % en 2013 a été la plus faible de ces dix dernières années. La chute du prix des métaux et la mauvaise performance en général de l’industrie minière sont aussi responsables de ce faible résultat.

« Le gouvernement a ignoré les risques de se concentrer seulement sur l’industrie des ressources non renouvelables et est lent à adresser le besoin de diversifier l’économie du Yukon », a regretté la chef du NPD

Les fluctuations économiques du secteur minier sont ressenties de façon plus importante à cause de la petite taille de l’économie yukonnaise, explique Derrick Hynes. « Notre économie est principalement basée sur le secteur des ressources naturelles, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de diversification de l’économie, mais ces projets miniers sont assez gros, et dans une économie de petite taille, elles ont beaucoup de poids dans nos prévisions », explique Derrick Hynes.

Autres indicateurs

Le taux de chômage a régressé en 2013, passant de 6,9 % à 5,4 %. Les prévisions pour 2014 font état d’une légère hausse à 5,7 %.

Le gouvernement s’attend aussi à ce que la construction de l’École F.H. Collins, le développement du quartier Whistle Bend et que de nouveaux projets miniers soutiendront le secteur de la construction.