le Mardi 7 février 2023
le Mercredi 26 juin 2013 12:47 Scène locale

Une troisième vie pour un édifice du centre-ville

Depuis quelques semaines, le site où était anciennement situé le commerce Canadian Tire grouille d’activités. La transformation est entamée et cet été, une consultation publique auprès de la population du Yukon permettra au groupe de développement Northern Vision de donner la touche finale à l’édifice du centre-ville de Whitehorse.

Qu’aimeriez-vous voir dans ce nouvel édifice? La question est lancée par l’entreprise de développement Northern Vision. Photo : Adam Gerle

Qu’aimeriez-vous voir dans ce nouvel édifice? La question est lancée par l’entreprise de développement Northern Vision. Photo : Adam Gerle

Car, selon les dires du président de l’entreprise, répondre aux besoins des gens est un élément important pour la compagnie, créée en 2004 dans la foulée du développement riverain du fleuve Yukon à la hauteur de Whitehorse.

« Notre mission est d’arriver à offrir à la population des lieux équilibrés entre des espaces industriels, commerciaux et résidentiels où il fait bon vivre », explique Rich Thompson, président et chef de direction de la compagnie. « C’est la trace que nous voulons laisser à cette ville et tranquillement, nous arrivons à la concrétiser avec la construction de nouveaux bâtiments qui longent le fleuve », ajoute-t-il, de son bureau situé dans un nouvel édifice de la 2e Avenue créé par l’entreprise. « Mais il s’agit d’un très long processus. Nous ne faisons que commencer à observer les résultats de notre vision ».

Ce bureau, il faut le souligner, fourmille d’activités tout au long de l’entrevue. Car depuis la formation de la compagnie issue d’une coalition entre des gens d’affaires du Yukon et de Calgary, et dont le président est l’ancien premier ministre du Yukon Piers McDonald, les projets se sont accumulés. En effet, l’achat de terrains dans la ville de Whitehorse et de ses environs s’est enchaîné à une vitesse folle. Une immense carte illustrant cette progression est d’ailleurs affichée dans les locaux de la compagnie, détenue à plus de 50 % par des gens d’affaires du Yukon, dont 40 % par des membres des Premières nations du territoire.

« En 2004, l’économie du territoire ne nous permettait pas de commencer de gros projets de développement. Nous avons alors changé d’axe en nous concentrant sur l’achat d’hôtels en ville, comme le Gold Rush et le High Country Inn tout en développant tranquillement le secteur longeant la rue Quartz dans le quartier où se trouve maintenant le restaurant Earls. Nous aimons offrir des endroits à la fois beaux et utiles avec des espaces aménagés, comme des sentiers pédestres et des parcs, un amalgame qui augmente la qualité de vie des gens », ajoute Rich Thompson.

L’ancien édifice du Canadian Tire

Pour certains, il s’agit de l’ancien édifice du magasin La Baie (de 1980 à 1992), pour d’autres, celui du Canadian Tire (de 1992 à 2007). Cet espace de 54 000 pieds carrés du centre-ville de Whitehorse porte désormais le nom du Centre NVD (NVD Center).

Des travaux sont présentement en cours afin de décontaminer les murs et le plafond qui contenaient de l’amiante chrysotile. Des fenêtres seront ajoutées, ainsi qu’un nouveau revêtement. Si tous les travaux se déroulent comme prévu, le nouveau centre ouvrira ses portes dès cet automne. Bien que la planification de l’aménagement ne soit pas entièrement arrêtée, il est déjà possible d’en obtenir les grandes lignes.

« Pour l’instant, nous prévoyons un espace consacré à la santé avec l’aménagement d’une clinique et d’une pharmacie. Un autre espace sera occupé par une buanderie », explique Rich Thompson en parcourant le plan qui vient d’être déposé devant lui sur son bureau. « Cet endroit-ci sera transformé en atrium où les gens pourront se rassembler. L’hiver, on pourra y ériger un grand sapin de Noël par exemple. Ce sera un endroit de rassemblement », souligne-t-il, visiblement stimulé par le projet.

L’endroit sera conçu pour accueillir à la fois des bureaux et des entreprises. Une consultation publique sera prochainement mise en branle afin d’aider à apporter la touche finale à l’aménagement des lieux, selon les besoins des gens. Cette campagne devrait prendre son envol en juillet.

« Nous aimons avoir l’opinion des gens. C’est important pour nous et pour la trace que nous voulons laisser de notre passage. »