le Mardi 7 février 2023
le Mercredi 1 mai 2013 14:49 Spiritualité

Merci à Lise en notre «Ég-lise» du Nord

Hélène Lapensée, membre fondatrice du CFC, est à même de reconnaître l’apport inestimable du travail de Lise St-Onge comme adjointe à la vie pastorale.
Hélène Lapensée, membre fondatrice du CFC, est à même de reconnaître l’apport inestimable du travail de Lise St-Onge comme adjointe à la vie pastorale.

Claude Gosselin

Grande fête au village lors de l’assemblée générale du CFC, tenue le dimanche 28 avril dernier à la cathédrale Sacré-Cœur, puisque toute la communauté chrétienne a célébré avec grande reconnaissance sa vitalité, son rayonnement, ses projets et ses espoirs.

C’est ainsi que nous pouvions lire en introduction au rapport annuel : « La vitalité de notre communauté chrétienne repose sur cette conviction profonde que le Christ se manifeste dans chacun des membres de son Corps qui le compose. Nous mettons le Christ au monde en l’accueillant dans nos vies personnelles et dans nos rassemblements. Nous marchons avec lui à la manière de nos enfants qui s’éveillent à l’entièreté de leur être. Nous mourons avec lui dans l’accompagnement des personnes en fin de vie et nous ressuscitons avec lui quand la compassion, la ré-conciliation et la contemplation sont à l’œuvre. Nous faisons l’expérience concrète que “le temple de Dieu, c’est nous et que l’Esprit de Dieu habite en nous.” (1Co, 3-16)… et plus particulièrement encore dans l’âme d’une personne-clé de notre communauté. »

En effet, des dizaines de personnes ont profité de l’occasion pour souligner le travail remarquable de Mme Lise St-Onge, adjointe à la vie pastorale pendant les cinq dernières années. Un appel « grand-maternel » profond la ramènera au Québec en juillet, et laissera un vide tout aussi profond au sein de notre communauté chrétienne et de toute la collectivité francophone de Whitehorse.

Son arrivée au CFC en septembre 2008 a provoqué un souffle nouveau. C’est en ces termes que M. Jean-Marc Bélanger, président du CFC, soulignait son apport inestimable et son professionnalisme : « Vous côtoyer est toujours un grand bonheur et votre joie de vivre est contagieuse. Le développement continu effectué pour une meilleure qualité de vie pendant votre passage au CFC a réussi à mettre en marche notre communauté qui sait maintenant mieux s’adapter et grandir. »

De fait, son ardeur à la mission a favorisé un vent de croissance dans la mise en œuvre des activités et a renforci l’accueil de toutes personnes faisant appel à nos services. En plus de contribuer à la réflexion continue et au discernement nécessaire pour être à l’écoute de la vie, Lise aura soutenu le réseautage des bénévoles et des membres de notre communauté par l’amélioration et l’animation d’un service de communication adapté à nos besoins. Par ses efforts de promotion, le CFC se fera davantage reconnaître comme partenaire à la construction de toute la collectivité francophone.

De nombreux témoignages d’appréciation lui ont été remis à même une panne de chercheur d’or pour signifier justement comment elle fut un trésor de grand prix pour plusieurs personnes. Sa joie de vivre, son sourire, sa générosité, son dévouement à servir sans compter, sa foi simple et signifiante sont autant de reflets des pépites d’or de son cœur d’amie, de collègue, de sœur du Nord… et de mère. Car c’est bien la particularité majeure de son service : Lise aura su materner toute la communauté telle une sage-femme accoucheuse du mystère divin en tout événement, une mère nourricière soutenant l’action des bénévoles, et une confidente discrète et précieuse au cœur du pasteur avec qui elle a fait équipe.

Robert Lebel, auteur-compositeur qui est venu à deux reprises offrir des ressourcements au Yukon avec le soutien logistique de Lise, lui a aussi exprimé par courrier sa reconnaissance : « Une perle précieuse au collier de la mission, au cou de l’Église locale qui en a été d’autant plus belle! Voilà l’image de toi qui me vient à l’esprit. Pour Claude, pour la communauté, pour moi… merci d’avoir été cette collaboratrice d’exception. En pensant à toi, il me semble que le chant que j’aurais envie de chanter si j’étais au milieu de vous pour cette fête, ce serait : “En ce pays”, en ce pays qui est le mien… car, là où tu es, quel que soit le pays, d’est en ouest, tu l’habites avec ta grandeur d’âme, ta foi et ta simplicité. Mon âme sans frontières élargit sa maison depuis ce coin de terre jusqu’aux quatre horizons. » Soutenus par le chant et les accords de cet hymne aux couleurs de Lise, les mots du président du CFC résumèrent à la fois notre sincère reconnaissance et nos plus vives espérances : « Les liens tissés après cinq ans à nos services, pour un comité qui compte plus de 20 ans, nous amènent à nous refaire. Tes talents ont comblé nos attentes et même plus. Nous pouvons suivre le chemin balisé par tes intuitions et ton savoir-faire. »

Mission accomplie, Lise! Oui, où que tu sois, d’est en ouest, tu feras éternellement partie de notre communauté, car au dire d’un autre témoignage reçu, le Yukon ne te quittera jamais!

Évènement à venir :

• Célébrons le mois de Marie par la méditation du chapelet, tous les mercredis à 19 h au cimetière des Pionniers.
• Rencontre du groupe-ados le jeudi 9 mai à 19 h au sous-sol de la cathédrale
• Rencontre du CFC le 15 mai à 19 h au presbytère
• La P’tite Pasto aura lieu le dimanche 26 mai à 10 h10 au sous-sol de la cathédrale
• La dernière rencontre du Parcours 4 aura lieu le dimanche 26 mai à 11 h 15 au sous-sol de la cathédrale
Cette chronique est présentée par le Comité francophone catholique Saint-Eugène-de-Mazenod. Pour plus d’information sur toutes nos activités : 393-4791 ou [email protected]er.com