le Jeudi 2 février 2023
le Mercredi 24 avril 2013 19:08 Société

Aider ceux qui aident

Le réseau Partenariat communauté en santé (PCS) vient de publier le guide Ressources bénéfiques aux personnes aidantes du Yukon. Ce manuel pratique de 70 pages répertorie de façon quasi exhaustive plus d’une centaine de services et de programmes utiles aux francophones offrant du soutien à leurs proches ou à des membres de leur famille.

Outiller les personnes aidantes

« Dans le cadre de notre projet en promotion de la santé, nous avons réalisé une étude de besoins auprès des personnes aidantes », explique la directrice du PCS, Sandra St-Laurent. « Ce que nous avons constaté, c’est qu’il n’y avait pas de guichet unique pour s’informer sur ce qui est offert au Yukon. Les gens ne savaient pas où aller, et quand on est une personne aidante, on n’a pas vraiment le temps de chercher des ressources », affirme-t-elle.

Au terme d’une recherche longue de deux ans, une équipe de cinq personnes a ainsi pu identifier de nombreux services et programmes s’inscrivant dans les domaines médical, financier, juridique ou en lien avec le logement. Des groupes de soutien aux personnes aidantes ont également été répertoriés.

« Les personnes aidantes ne sont pas forcément formées aux métiers de la santé, et comme il leur est difficile de prendre le temps de revendiquer, il faut les outiller », explique Sandra St-Laurent. « Quelques minutes suffisent pour regarder le guide des ressources, mais cela leur permettra par exemple de savoir qu’elles peuvent placer une personne pendant une heure, le temps d’aller faire leur épicerie ou d’aller à leur propre rendez-vous médical. »

Préparer le terrain

Selon les statistiques, 80 % des personnes aidantes seraient des femmes, dont beaucoup seraient âgées d’au moins 50 ans, « parce qu’elles soutiennent un conjoint ou une personne de leur entourage », précise Sandra St-Laurent. Selon la directrice du PCS, chaque individu serait pourtant appelé à devenir une personne aidante. « Nous avons une population vieillissante et nous allons avoir besoin de plus de services et de soutien, par exemple en santé mentale », affirme-t-elle. « On prépare donc tranquillement le terrain. »

Au territoire comme partout ailleurs, le nombre de personnes aidantes reste toutefois difficile à déterminer. En raison de la nature même de sa population, le Yukon francophone se distingue pourtant des autres communautés francophones en milieu minoritaire. « Les gens n’ont pas vraiment beaucoup de famille ici, par rapport au Manitoba, par exemple, où des communautés francophones sont installées depuis des générations », explique Sandra St-Laurent. « Ces familles possèdent un réseau naturel que nous n’avons pas forcément au Yukon. Nous apportons donc de l’aide à des personnes qui ne sont pas de notre famille. »
Six réseaux de santé, implantés notamment au Québec, au Manitoba, en Nouvelle-Écosse et au Yukon travaillent actuellement sur la question de l’appui aux personnes aidantes, et le PCS espère qu’un organisme de soutien verra bientôt le jour au territoire.

L’initiative du PCS s’inscrit dans le cadre du projet S’outiller pour mieux aider les autres pour les personnes aidantes francophones du Yukon.

Qu’est-ce qu’une personne aidante?

Selon le guide Ressources bénéfiques aux personnes aidantes du Yukon, une personne aidante voit au « bien-être et à la qualité de vie d’un proche qui a besoin de soutien. » Ce proche peut être par exemple un parent qui commence à perdre son autonomie, à la maison ou en centre d’hébergement, un conjoint atteint d’une maladie ou encore un ami victime de problèmes de santé.
Une personne aidante peut être amenée à jouer de nombreux rôles. Elle peut simplement aider un proche à se souvenir de prendre ses médicaments, mais elle peut aussi l’assister dans la gestion de ses finances ou l’exécution de ses tâches domestiques. Une personne aidante peut également intervenir en aidant un proche à faire son épicerie, à cuisiner ses repas, à s’habiller ou à effectuer ses soins d’hygiène et de santé.