Accueil » À la une » « Énergisants », les premiers mois à la mairie de Laura Cabott

« Énergisants », les premiers mois à la mairie de Laura Cabott

Laurie Trottier

La mairesse de Whitehorse Laura Cabott est en poste depuis le 1er novembre 2021. En sept questions, elle revient sur ses six premiers mois à la tête du conseil municipal.

Laura Cabott a été élue le 21 octobre 2021, et a succédé à Dan Curtis à la tête de la Ville de Whitehorse. Elle occupait le poste de conseillère depuis 2018 et avait annoncé que les priorités de sa campagne étaient le logement, la lutte contre les changements climatiques et la réconciliation. Photo : Laurie Trottier.

 

Quelles sont les principales réalisations du conseil municipal depuis votre arrivée en poste?

« Nous avons d’abord formé les trois nouveaux conseillers municipaux et appris à travailler ensemble. Nous avons passé deux budgets, le budget de fonctionnement et le budget des immobilisations, ce qui est arrivé très tôt pour nous. Nous avons développé nos priorités stratégiques : habituellement un conseil le fait dans les trois à six premiers mois, pour savoir ce qu’il aimerait faire en tant que groupe. Cela dit ce qui est important pour nous, ce que nous voulons accomplir dans les trois prochaines années.

Lors du dernier conseil municipal, pour lequel j’étais conseillère, nous n’avions pas complété le plan directeur de la Ville de Whitehorse. C’est un travail exigeant. Une ébauche sera disponible [le 15 ou 16 mai]. »

NDLR : Le plan directeur de la municipalité est un document dans lequel figurent les principales orientations du conseil quant à, entre autres, l’aménagement et l’utilisation des sols, les services municipaux, les questions environnementales et l’aménagement des services publics et des transports en commun pour les 20 prochaines années. Le dernier a été publié en 2010 et est toujours en vigueur jusqu’à l’adoption du prochain.

Votre plus beau souvenir des derniers mois?

« Je crois que c’est la cérémonie d’assermentation. C’était la première fois que [le conseil municipal] était ensemble en public. Nous avons fait différemment, en incluant la Première Nation des Kwanlin Dün et le Conseil des Ta’an Kwäch’än. Il y avait une cérémonie d’ouverture, avec des prières et des représentants et représentantes des communautés. Nous n’avions jamais fait ça avant et c’était vraiment amusant [… ] L’autre chose qui était spéciale était que la personne qui nous a assermentés est une amie à moi, la juge en chef de la Cour suprême du Yukon. »

Votre plus grand défi des derniers mois?

« Probablement la décision autour de la reconstruction de l’hôtel de ville. La Ville travaillait sur ce projet depuis près de dix ans, afin de jumeler des établissements et de rendre le tout plus environnemental et durable, puisque les vieux bâtiments consomment beaucoup plus d’énergie et émettent plus de gaz à effet de serre.

Le projet qui a été présenté était la combinaison de quatre projets [… ] et les estimations étaient de 10 millions de dollars de plus de ce qu’on avait prévu. Alors nous avons décidé que c’était une meilleure idée de ne pas aller de l’avant avec ce projet. Mais des rénovations devront quand même être faites et un bâtiment de services municipaux doit être construit […] Nous devons trouver une façon de faire tout ça sans que ça nous coûte aussi cher. »

NDLR : Le 21 avril, Laura Cabott annonçait que le conseil municipal n’irait pas de l’avant avec le projet de reconstruction de la mairie, le coût estimé ayant grimpé à 26,2 millions de dollars. « L’appel d’offres était une consolidation de plusieurs projets au centre-ville, qui comprenait un nouveau bâtiment de services municipal, un centre de transport en commun, la démolition de la caserne de pompiers désaffectée, des améliorations de l’efficacité énergétique de l’hôtel de ville existant, le déplacement du cénotaphe et la construction d’une nouvelle aile », annonçait-on par communiqué.

Quel a été l’impact de la déclaration d’urgence climatique?

« La déclaration est une déclaration, pas un plan d’action. Cependant, dans nos nouvelles priorités stratégiques, nous avons mis de l’avant un certain nombre d’initiatives [… ] Chaque fois que nous révisons un budget ou des priorités, nous essayons de regarder à travers une lunette environnementale et de développement durable [… ] Par exemple, nous avons ajouté du transport collectif les dimanches et soutenons davantage le transport actif. Nous avons besoin d’une stratégie et de buts clairs pour faire mieux.

Une chose à garder en tête est que, géographiquement, la Ville de Whitehorse est très grande et nous n’avons pas énormément de gens qui vivent ici. Nous avons donc une petite assiette fiscale et il y a probablement beaucoup de choses que nous pouvons faire, mais nous devons prioriser certains projets. »

NDLR : Une déclaration d’urgence climatique a été adoptée en septembre 2019 par le conseil municipal de Whitehorse, alors présidé par le maire sortant Dan Curtis. En 2020, un rapport de la municipalité démontrait que les émissions de gaz à effet de serre de la Ville de Whitehorse ont augmenté de 40 % dans les cinq dernières années.

Comment se passe le recrutement à la Ville de Whitehorse, en ce moment?

« C’est un défi, nous ne sommes pas à plein rendement, nous avons près de 25 % de nos postes qui ne sont pas comblés. Certains départements travaillent avec la moitié des effectifs nécessaires, alors les gens travaillent encore plus fort. Nous avons les mêmes problèmes de recrutement que tout le monde. Nous avons organisé une foire aux emplois au Centre des Jeux du Canada [le 5 mai dernier], et je crois que ça s’est bien passé. C’était la première fois qu’on faisait cela. »

Après votre victoire aux élections, vous aviez affirmé à l’Aurore boréale que les sections clés du site Internet de la Ville et les communiqués seraient disponibles en français. Où en êtes-vous dans ce dossier?

« Nous avons un nouveau site Internet qui sera disponible sous peu. En ce moment, une section francophone n’est pas prévue, mais nous sommes en train de développer un programme pour nous permettre de traduire les annonces publiques et les communiqués de presse en français. Nous allons de l’avant avec ce projet […] et une fois que nous aurons notre site Internet complété, nous allons regarder comment nous pourrions intégrer plus de contenu en français. Nous sommes en train de recruter une nouvelle personne pour gérer les communications et ce sera l’une de ses priorités. »

 

IJL – Réseau.Presse
L’Aurore boréale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *