Accueil » Actualités » Whitehorse se prépare pour son festival de rue

Whitehorse se prépare pour son festival de rue

Sophie André

L’événement musical, artistique et culinaire Street Eats & Beats Cultural Festival se tiendra à Whitehorse sur la rive du Yukon entre le centre d’information touristique et le parc Shipyards, du 9 au 11 septembre 2021.

Le rassemblement des camions-restaurants lors de l’édition 2019 du festival. Photo : fournie

 

Fruit d’une collaboration entre le Centre des arts du Yukon et la Ville de Whitehorse, le festival réunit près d’une centaine d’artistes, intervenant.e.s et camions- restaurants sur trois jours. Les enfants et les adultes pourront prendre part à une grande variété d’ateliers artistiques et manuels gratuits, tels que de la teinture ou encore la décoration de vélos.

Il sera aussi possible d’assister à des démonstrations, des concerts et visionner des films en plein air sur grand écran. Les festivités débuteront dès le jeudi 9 septembre à 15 heures au parc Shipyards en compagnie du marché de produits locaux Fireweed et des camions-restaurants. Les animations se poursuivront sur la rive ouest du fleuve du Yukon jusqu’au samedi 11 septembre.

Lien social et bonne humeur

Jusqu’en 2019, la Ville de Whitehorse proposait chaque année depuis cinq ans une célébration sur la berge du Yukon avec de multiples camions-restaurants. Après un an et demi de restrictions, ce festival est le premier rassemblement majeur à Whitehorse après celui de la Ville de Dawson au début d’août, explique Mike Thomas, responsable marketing au Centre des arts du Yukon.

Mélangeant culture et cuisine de rue, le lien social est au cœur des motivations de cette toute nouvelle édition. « La Ville de Whitehorse a approché notre centre pour proposer un événement d’envergure. Notre objectif est d’offrir une grande variété d’activités en extérieur avec de l’art, de la musique et de la danse pour tous les publics tout en suivant strictement les protocoles sanitaires », explique le responsable marketing. Du gel pour les mains et des panneaux de distanciation sociale feront partie du décor cette année afin d’assurer la protection des participant.e.s, des artistes et des restaurateur.trice.s.

Parmi les artistes, nous retrouverons Sylvie Binette, professionnelle des musées. « Je serai présente le vendredi et samedi avec une lecture de poèmes pour les publics anglophone et francophone, si ce dernier est assez nombreux », communique-t-elle.

Pour cette Yukonnaise établie depuis maintenant 36 ans, l’important est le relationnel. « Mon interprétation artistique intègre un élément participatif et conceptuel pour les spectateurs et spectatrices afin de provoquer et faire réfléchir. J’espère que les gens vont venir au festival en grand nombre et avoir du bon temps! »

Des activités en famille

« Les mesures contre la Covid-19 récemment relâchées au Yukon ont permis la création de ce festival très spécial, souligne Michèle Emslie, responsable de la programmation au Centre des arts du Yukon. Nous avons réuni des artistes de la scène venu.e.s d’Alberta et de Colombie-Britannique et créé un lieu spécifiquement dédié aux enfants. C’est la première fois que nous organisons de telles animations familiales, en plus du festival pour les adultes. » Ces ateliers seront tenus au centre d’information touristique et les concerts, au parc Shipyards.

Nous y retrouverons Claire Ness accompagnée de Brigitte Jardin, qui chanteront pour les enfants en français, et Genesee Keevil à la contrebasse le vendredi 10 septembre à 17 h. Claire Ness est Yukonaise et s’est formée à travers le Canada à l’École d’humour de Toronto et l’École nationale du cirque de Montréal. En rentrant au Yukon en 2011, cette chanteuse et écrivaine a fondé la Société du cirque du Yukon pour partager ses spectacles dans les communautés plus reculées. Le trio s’annonce rempli d’énergie et de bonne humeur.

Bien qu’il soit difficile de prévoir le nombre de participants lors d’un nouvel événement gratuit, le message est clair : « Soleil ou pluie, enfilez votre manteau et venez profiter! », s’enthousiasme Michèle Emslie.

Vous pouvez trouver les détails de la programmation sur le site Internet du Centre des arts du Yukon yukonartscentre.com

IJL – Réseau.Presse L’Aurore boréale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *