Accueil » À la une » Whitehorse formalise sa politique vis-à-vis de l’allaitement

Whitehorse formalise sa politique vis-à-vis de l’allaitement

Maryne Dumaine

La Ville de Whitehorse a pris la décision d’officialiser sa politique en ce qui concerne l’allaitement dans les lieux publics. Cette décision a été prise à la suite d’un incident lors duquel un membre du personnel de la piscine du Centre des Jeux du Canada aurait demandé à une mère de sortir du bassin pour allaiter son nourrisson.

Photo : Pixabay

 

Une politique concernant l’allaitement dans les lieux publics a été proposée au conseil municipal de Whitehorse le 4 février dernier. Cette décision fait suite à une plainte déposée par une mère à qui l’on avait demandé de sortir du bassin pour allaiter. Cette demande se basait sur un règlement officiel selon lequel il est interdit de manger et de boire dans la piscine en raison du risque de contamination que peuvent représenter les aliments, incluant le lait maternel.

La Ville a depuis remis les pendules à l’heure en soulignant le fait qu’elle reconnaît l’importance de créer un environnement favorable à la famille pour les citoyens, le personnel et les visiteurs, et indique sa volonté de soutenir les personnes qui allaitent et leur droit d’allaiter sans être dérangées dans les lieux publics de la ville.

Une trousse a depuis été développée à l’intention du personnel de la Ville de Whitehorse. « Pour faciliter la mise en œuvre interne de la politique, nous avons préparé une trousse sur l’allaitement dans les locaux urbains. Il s’agit d’un document de formation qui fournit des conseils et présente des ressources nécessaires à l’allaitement, autant pour les employées que pour les citoyennes. Il a été distribué à tout le personnel plus tôt ce mois-ci », explique Krista Mroz, gestionnaire des services et des bâtiments récréatifs de Whitehorse.

La nouvelle politique a été adoptée par le conseil municipal le 11 février dernier, stipulant que le personnel de la Ville devra :

  • respecter et soutenir le droit des personnes d’allaiter en public;
  • prendre des mesures pour que les individus qui s’opposent à l’allaitement dans les établissements de la ville soient informés du droit des personnes à allaiter en public;
  • déployer des efforts raisonnables pour fournir aux personnes, si nécessaire, un espace privé et confortable pour allaiter;
  • créer un environnement favorable pour les employées qui allaitent encore après leur retour au travail.

Sophie Huguet, coordonnatrice du Programme canadien de nutrition prénatale (PCNP) des EssentiElles, déclare : « Beaucoup de mères allaitent à Whitehorse. Au sein de notre programme, presque toutes les mères ont fait le choix de l’allaitement », déclare-t-elle.
Elle ne mentionne, en revanche, aucun incident désagréable en matière d’allaitement en public. « Il y a de plus en plus de promotion faite à ce sujet, notamment au Centre de santé de Whitehorse. On peut y voir des publicités qui expliquent que l’allaitement n’a pas besoin de se faire en cachette, dans les toilettes. C’est bien de conscientiser les gens qui pourraient être dérangés par la vue des seins en public », renchérit Mme Huguet.

La coordonnatrice souligne également que le Centre de la francophonie est depuis longtemps un lieu ouvert aux mères qui allaitent, et que son bureau, situé au sous-sol du centre, est un lieu tranquille et disponible pour toutes les mamans qui souhaitent allaiter en paix dans un endroit discret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *