Accueil » À la une » Une zone sans écrans voit le jour à l’Académie Parhélie

Une zone sans écrans voit le jour à l’Académie Parhélie

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Julianne Girouard

Dans notre société, la grande majorité des jeunes passe une grande partie de leur temps à regarder leurs téléphones ou autres appareils électroniques. Pensez-vous que cela sera différent à l’école? Pas du tout! Les élèves ont tendance à se diriger vers leurs appareils électroniques dès qu’ils en ont la chance.

Souvent, les parents ne réalisent pas que leur jeune est préoccupé avec son appareil lors des heures d’école, que ce soit une Nintendo Dual Screen (DS), un téléphone intelligent ou un iPod. Toutefois, le conseil des élèves de l’Académie Parhélie a remarqué que cela commençait à poser un problème; cette tendance était un mauvais exemple pour les élèves plus jeunes. Ainsi, le conseil des élèves de l’Académie Parhélie a proposé la création d’une zone sans écrans dans l’aile du secondaire.

Louve Gouaillier et Marina Boulerice aiment jouer sur leur iPod durant leurs pauses dans la zone où les écrans sont permis à l’Académie Parhélie. Photo : Julianne Girouard


Les élèves du conseil ont réalisé qu’il y avait un endroit où les jeunes étaient toujours sur leurs téléphones ou autres appareils électroniques. Chaque fois que les élèves étaient en pause, ils allaient toujours directement à leurs appareils. Mais l’endroit privilégié par les élèves de l’Académie n’était pas approprié selon plusieurs. Et pour cause : les plus jeunes élèves de l’École Émilie-Tremblay passaient toujours devant les plus grands pour aller à leurs cours de musique. C’était un problème. « Les élèves passent trop de temps sur leurs appareils électroniques », explique Louve Tweddell « Et c’est un mauvais exemple pour les plus jeunes. » Étant donné que les jeunes prennent souvent les plus vieux comme exemple, le conseil des élèves ne voulait pas que les élèves de l’Académie soient de mauvais exemples pour les petits.

En réalité, les écrans sont plus nuisibles au cerveau des plus jeunes enfants. Les chances de créer une dépendance envers les écrans ou de devoir porter des lunettes augmentent lors d’une utilisation trop jeune des écrans.

Après quelques discussions, le conseil des élèves a proposé à la direction d’école d’avoir une zone sans écrans. Dorénavant, les élèves peuvent seulement utiliser leurs écrans au bistro et sur la scène. Au départ, de nombreux élèves n’étaient pas d’accord avec cette décision. Malgré tout, ils ont fini par accepter ce nouvel arrangement.

Si vous voulez en savoir plus sur l’effet des appareils électroniques sur les jeunes, il y aura une soirée-conférence pour les parents des élèves du primaire le 16 janvier, au Centre de la francophonie. Cette activité est gratuite.

— Cet article fait partie d’un projet culturel de mentorat journalistique avec des élèves de l’École Émilie-Tremblay ou de l’Académie Parhélie. L’objectif est de suivre les intérêts des jeunes, afin de leur offrir une occasion d’aller plus loin dans leurs connaissances en journalisme. Écrit avec ou sans l’aide du personnel enseignant, le contenu de l’article est entièrement fourni par l’élève.

PartagerEmail this to someoneShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *